Dopage - L'UCI attaque Dick Pound

Paris — L'Union cycliste internationale et son ex-président Hein Verbruggen ont annoncé hier l'ouverture d'une action en justice contre le Montréalais Dick Pound, ex-président de l'Agence mondiale antidopage, pour ses «propos continus injurieux et biaisés» sur la politique antidopage de l'UCI.

«M. Pound a contesté publiquement à plusieurs reprises que l'UCI déployait des efforts considérables dans la lutte antidopage», indique le communiqué. En conséquence de quoi, «l'UCI et M. Hein Verbruggen ont ouvert une action contre M. Pound devant les Tribunaux suisses pour ce qu'ils perçoivent comme étant des propos continus injurieux et biaisés de M. Pound contre l'UCI et M. Verbruggen dans le contexte des efforts faits par eux pour éradiquer le dopage de leur sport.»

Président de l'UCI jusqu'en 2005, désormais vice-président, Hein Verbruggen a toujours entretenu d'exécrables relations avec son homologue de l'AMA, en poste jusqu'à fin 2007.

Lors de sa dernière année de mandat, Pound n'a pas ménagé ses critiques envers l'UCI: «Les dirigeants du cyclisme ont laissé faire les choses, ils ont fermé les yeux et maintenant ils en payent le prix». Ils «ont d'abord nié le problème, disant que les cas positifs étaient des incidents isolés et maintenant, ils acceptent le fait que le problème est endémique et organisé» [...] «je ne regarderai pas le Tour de France tant que je ne serai pas persuadé qu'il y a un changement radical dans le fonctionnement de ce sport», avait-il notamment déclaré, qualifiant le Tour de France 2007 de «désastre».

Volontiers provocateur, M. Pound, qui briguera le 3 avril prochain la présidence du tribunal arbitral du sport (TAS) devant lequel aboutissent nombre d'affaires de dopage dans le cyclisme, avait encore proposé à l'UCI d'imiter l'Afrique du Sud de l'après-apartheid en créant une «Commission vérité et réconciliation».