Villeneuve espère toujours courir en NASCAR à Montréal

L’écurie Peugeot a confirmé vendredi dernier que Jacques Villeneuve fera partie de ses pilotes en vue des 24 Heures du Mans, en juin.
Photo: Agence Reuters L’écurie Peugeot a confirmé vendredi dernier que Jacques Villeneuve fera partie de ses pilotes en vue des 24 Heures du Mans, en juin.

Jacques Villeneuve a pris un nouveau virage mais il maintient le cap sur son objectif de courir en NASCAR.

Incapable de se qualifier en vue du Daytona 500 et à la recherche de commanditaires, le pilote québécois a fait le point sur ses plans de carrière, hier à son restaurant de la rue Crescent, à Montréal.

Villeneuve a rompu sa longue association avec Craig Pollock le mois dernier et a renoué avec son ami et ex-propriétaire d'équipe Barry Green, avec lequel il a connu beaucoup de succès, d'abord en Formule Atlantique en 1993, puis en Cart (Champ Car) en 1994 et 1995, l'année de sa victoire historique aux 500 milles d'Indianapolis.

«J'ai récupéré le tout il y a un mois», a-t-il expliqué en présence de Green, qui était à ses côtés lors du point de presse. «On n'était pas aussi avancé que je le pensais. C'est le long terme qui compte. On veut travailler sur quelque chose qui va durer et ne pas fâcher du monde après six mois.»

Villeneuve a perdu son volant dans l'écurie Bill Davis Racing pour les deux prochaines courses, mais il envisage toujours de courir en NASCAR sur une base régulière.

Participera-t-il à l'épreuve de NASCAR qui aura lieu à Montréal cet été?

«On va prendre le temps de s'ajuster et ça fait partie des plans, a-t-il indiqué. On va travailler là-dessus. Montréal serait un bon départ [en NASCAR], mais si ça arrive avant, tant mieux. Mais on ne veut pas aller trop vite», a-t-il prévenu.

À cela, Green a ajouté: «Montréal serait un point de départ formidable. Bill Davis Racing est une option mais nous allons aussi discuter avec d'autres équipes. Nous voulons que toutes nos options soient ouvertes.»

Green était à la retraite et menait, a-t-il précisé en anglais avec le fort accent australien qui le caractérise, «une vie de roi» quand Villeneuve l'a joint pour lui demander s'il voulait reprendre du service.

Passionné de course automobile depuis son enfance, Green s'est empressé d'accepter l'offre de l'ancien champion du monde de Formule 1.

Villeneuve lui a redonné la piqûre après l'avoir rencontré pendant quelques jours à Las Vegas. «J'ai réalisé que Jacques était sérieux dans ses efforts pour avoir un volant et prendre part à cette série [NASCAR], a dit Green. J'ai constaté jusqu'à quel point la compétition était forte et j'ai accepté son offre après l'avoir vu pendant quelques jours. C'est un bon ami et je veux l'aider. Je crois à ce qu'il fait.

«J'ai travaillé avec lui pendant plusieurs années, a-t-il rappelé. Il a gagné beaucoup de courses et je n'ai jamais douté de ses capacités. Nous allons travailler pour trouver des commanditaires. Espérons que nous pourrons les convaincre qu'une association avec Villeneuve constitue un levier formidable pour rehausser leurs marques de commerce.»

Green et Villeneuve, qui sera remplacé par Mike Skinner à Fontana et Las Vegas dans l'écurie Bill Davis Racing, aimeraient poursuivre l'aventure en NASCAR en Coupe Sprint ou Nationwide. Ils ont également renoué avec l'équipe de Torchia Communications pour gérer l'image du pilote québécois, comme à la belle époque dans les années 90, et les aider dans leur recherche de commanditaires.