L'Autrichien Stephan Eberharter remporte le Super G de Lake Louise

Lake Louise, Alberta — L'Autrichien Stephan Eberharter a couronné un week-end dominant, hier, en remportant le Super G de Lake Louise.

Vainqueur de la descente disputée samedi, Eberharter totalise déjà trois victoires en quatre épreuves comptant pour le classement de la coupe du monde.

«C'est un bon départ, a admis Eberharter. Si je peux continuer ainsi, je serai heureux.»

Eberharter a négocié la piste de la montagne Whitehorn, longue de 2410 mètres, en 1 min 23 s 39 secondes. Il a devancé son compatriote Josef Strobl par 18 centièmes de seconde. Le Suisse Didier Cuche (1 min 23 s 76) a pris le troisième rang.

À la dernière minute, les deux Autrichiens ont opté pour des skis conçus pour la descente, plutôt que pour le Super G.

«Les skis de descente sont plus difficiles à faire tourner et lorsque la piste est plutôt droite, ils sont plus rapides», a expliqué Strobl.

Le meilleur Canadien a été Mike Gianelli, de Burnaby en Colombie-Britannique. Gianelli s'est classé au 50e rang après avoir inscrit un temps de 1 min 27 s 43.

Francois Bourque (1 min 27 s 45), un jeune skieur de 18 ans de New Richmond, a été le seul autre Canadien à compléter l'épreuve, terminant tout juste derrière Gianelli.

Les deux Canadiens ont gagné deux rangs après la disqualification de deux compétiteurs.

«Cela a mieux été qu'en descente, a lancé Bourque, qui avait fini 61e samedi. J'ai connu de bonnes portions dans la course, mais j'ai perdu du temps dans les passages qui demandaient de la vitesse. La piste s'est réchauffée et la base, que nous avions choisie pour nos skis n'était plus idéale pour cette température. Je suis tout de même satisfait de ma course. Je vais pouvoir bâtir là-dessus, a évalué Brochu, pour qui c'était possiblement le seul week-end en Coupe du monde cette année.

Les performances des deux Canadiens mettent en lumière tout le travail qui attend le Canada dans sa quête pour redevenir une puissance internationale lors d'épreuves de vitesse.

«Il n'y a aucun doute; nous avons beaucoup de travail devant nous, a admis le président de Ski Canada, Ken Read, dont l'objectif est de présenter une équipe dominante d'ici 2010.

«Ce fut une bonne expérience pour eux, a ajouté Read. Nous devons les inciter à regarder devant. Ce sera long, mais je ne veux pas les entendre dire: "Je suis le meilleur Canadien et je suis heureux". Je préfère les entendre dire: "Je suis le meilleur Canadien, mais je peux faire encore mieux".»

Eberharter, le champion en titre du classement général de la coupe du monde, est devenu le roi de la montagne depuis que son compatriote Hermann Maier a subi une sérieuse blessure à la jambe droite lors d'un accident de moto, il y a 15 mois.

«Je me sens confortable. J'ai 33 ans et je n'ai rien à prouver. Peut-être que ça explique pourquoi tout va si bien actuellement. Je peux prendre les choses avec calme.»

Selon Strobl, la force mentale d'Eberharter explique tous ses succès.

Des rumeurs laissaient croire que Maier, victorieux à Lake Louise en 1999 et en 2000, effectuerait un retour à la compétition ce week-end, mais ce projet a été mis sur la glace.

Selon la nouvelle formule stipulant que l'ordre de départ est déterminé selon le classement international des 30 meilleurs, mais inversé, Eberharter a été le dernier à dévaler la pente de la montagne Whitehorn.

Stephan Eberharter a manifesté son désaccord face à ce nouveau règlement, instauré pour rendre le résultat des courses moins prévisibles.