La Russie emporte sa première Coupe Davis

Les Russes étaient ravis hier d’inscrire pour la première fois leur nom sur le Saladier d’argent.
Photo: Agence Reuters Les Russes étaient ravis hier d’inscrire pour la première fois leur nom sur le Saladier d’argent.

Paris — L'inconnu Mikhail Youzhni a inscrit hier le troisième point qui a permis à la Russie de battre la France 3-2 en finale de la Coupe Davis de tennis, et d'inscrire pour la première fois son nom sur le mythique Saladier d'argent.

Préféré à l'expérimenté mais vidé Evgueni Kafelnikov, Youzhni a comblé un déficit de deux manches à zéro pour battre Paul-Henri Mathieu 3-6, 2-6, 6-3, 7-5, 6-4. La Russie est ainsi devenu le sixième pays à mériter le Saladier d'argent après avoir tiré de l'arrière 2-1.

Le match, qui mettait en vedette deux joueurs âgés de seulement 20 ans, a duré pas moins de 4 h 26 minutes.

«Quand je me suis retrouvé mené deux sets à zéro, je me suis dit: "il faut que je joue mon jeu, que je fasse de mon mieux"», a déclaré Youzhni, vainqueur cette année de son premier titre sur le circuit professionnel, à Stuttgart.

«J'ai gagné ce match, car je suis en pleine forme, a ajouté Youzhni, un ramasseur de balles lors de la dernière présence de la Russie en finale de la coupe Davis en 1995. Et même en étant jeune, on a déjà l'expérience de quelques grands matchs».

«C'est le sport. Paul-Henri a tout donné, il a été solide, courageux, a réagi Guy Forget, le capitaine tricolore. C'est la défaite d'un groupe, pas celle de Paul-Henri. Dans deux ans, il sera peut-être le pilier de l'équipe, il n'est pas à critiquer».

Classé 32e au monde comparativement au 36e rang mondial de Mathieu, Youzhni a ainsi privé la France d'un deuxième titre consécutif, d'un quatrième en 11 ans et du dixième de son histoire.

La France, qui disputait sa 15e finale, a gagné les finales disputées entre 1927 et 1932, puis celles de 1991, de 1996 et de 2001.

Sublime

Marat Safin

Lors du premier match de la journée, Marat Safin avait battu Sébastien Grosjean en trois sets 6-3, 6-2, 7-6 (13-11) après trois heures cinq minutes de jeu pour permettre à la Russie d'égaliser le duel à 2-2.

Dans le choc entre les deux numéros un des deux pays, Safin a confirmé son statut de troisième joueur mondial en attaquant Grosjean sans jamais le lâcher.

Safin l'a emporté à sa troisième balle de match, sur un retour de service en coup droit de Grosjean dans le filet. Le Français avait gâché quatre balles de manche lors du bris d'égalité.

«C'était un grand match, il y avait beaucoup d'ambiance, surtout très beau à regarder», a déclaré Safin après sa victoire.