Boris Said fait connaître le côté plus décontracté de la série Busch

On a vu le côté un peu plus décontracté de NASCAR, hier au circuit Gilles-Villeneuve, alors que seuls les purs et durs de la série Busch ainsi que les spécialistes de circuits routiers embauchés spécialement pour la course d'aujourd'hui ont participé aux essais libres.

Étant donné que Carl Edwards et les autres «agents doubles» de la coupe Nextel avaient déserté Montréal au profit de la piste de Pocono, en Pennsylvanie, la conférence de presse tenue entre les deux séances d'essai d'hier a permis de faire connaissance avec Steve Wallace, auteur du meilleur temps de la première séance, et du vétéran Boris Said, troisième, trois rangs devant Patrick Carpentier.

Wallace, qui aura 20 ans le 18 août, projette l'image du parfait gentleman de la «Bible Belt» américaine. Said, même s'il a lui aussi un fort accent du sud des États-Unis, ne semble pas du genre à perdre du temps avec les belles manières.

Tout d'abord, c'est avec son assiette bien remplie qu'il s'est présenté à la table des invités d'honneur pour le point de presse, qui avait lieu à l'heure du midi. Entre deux bouchées, il n'a pas hésité à raconter la première fois qu'il a visité le circuit Gilles-Villeneuve.

«Je n'ai jamais disputé de course ici, mais je suis venu au circuit il y a plusieurs années pour assister à une course de Formule 1. Sauf que j'avais eu un peu trop de plaisir la veille, alors j'ai manqué une bonne partie de la course, a-t-il reconnu. Mais les installations sont formidables, le site est merveilleux.»

Said a ensuite poursuivi pour dire que les amateurs de course verraient enfin «une vraie course» à Montréal. «Je suis un grand amateur de F1, j'aime vraiment regarder les voitures, écouter le bruit des moteurs, mais bien honnêtement, au point de vue de la course, ça fait dur. On assiste rarement à des vraies courses. On sait qui seront les trois premiers. Mais les amateurs canadiens vont voir de la course sans retenue ce week-end. En NASCAR, un pilote qui finit premier une semaine donnée peut très facilement se retrouver dixième la semaine suivante.»

Wallace a été plus réservé, même s'il a avoué qu'il en a un peu assez de se faire interroger sur ses liens familiaux. L'écurie pour laquelle il court appartient à son père, Rusty. Ses oncles, Kenny et Mike Wallace, sont également des pilotes en NASCAR.

«Des journalistes m'appellent trois ou quatre fois par semaine et veulent tous parler de ma famille. Je tente simplement de forger ma propre identité», a affirmé Wallace.

Said l'a vite interrompu afin d'intervenir en sa faveur.

«Les gens ne l'ont pas toujours traité de façon juste, a-t-il déclaré. Il [Wallace] a tellement de talent, il est tellement en contrôle sur la piste... Ce n'est pas un nom de famille qui va vous donner de telles qualités.»

Pour le reste, Wallace et Said ont répété ce que tous les pilotes disent depuis le début de la semaine, à l'effet que la course de cet après-midi sera exigeante au chapitre des freins.

«La victoire n'ira pas nécessairement au pilote le plus rapide, mais à celui qui sera le plus intelligent, a dit Said. Nous avons les meilleurs freins disponibles, mais il faudra gérer la course à ce niveau pour ne pas les surchauffer. Il faudra faire preuve de discipline, savoir attendre afin de les laisser refroidir, ce qui veut dire que parfois, il faudra se laisser dépasser par certaines voitures à l'approche de certaines courbes... pour les retrouver de toute façon un peu plus loin.»

Wallace, pilote de la voiture no 66, a réussi le meilleur temps de la première séance d'essais hier, soit 1m 41 s 974. Il a été plus rapide que Ron Fellows (no 33, 1 min 42 s 713), auteur du meilleur temps la veille, et Said (no 9, 1 min 42 s 829). Au volant de sa voiture no 22, Carpentier a amélioré son temps de jeudi après-midi de trois dixièmes de seconde, faisant le tour du circuit en 1 min 43 s 230.

Carpentier a encore mieux fait en après-midi en réussissant le meilleur chrono de la deuxième séance d'essais de la journée, soit 1 min 41 s 948, devant le Canadien Michael Valiente (voiture no 42, 1 min 42 s 153), Marcos Ambrose (no 59, 1 min 42 s 207), Max Papis (no 1, 1 min 42s 365), Fellows (1 min 42s 434) et Said (1 min 42 s 542).

Carpentier n'a pas été en mesure de livrer ses commentaires puisqu'il devait disputer la course Grand Am quelques minutes après la deuxième séance d'essais.

On verra ce que ça donne, aujourd'hui, quand Edwards et les autres vétérans de la coupe Nextel seront de retour.

La séance de qualification de la série Busch aura lieu ce midi, quelques heures avant la course prévue pour 15h30 au circuit Gilles-Villeneuve.