Tour de France - Le Français Cédric Vasseur remporte la 10e étape

Cédric Vasseur
Photo: Agence Reuters Cédric Vasseur
Premier Français vainqueur d'étape sur le Tour 2007, Vasseur a devancé son compatriote Sandy Casar et le Suisse Michael Albasini, membres d'une échappée de cinq coureurs.

Le Français de 36 ans, qui mettra un terme à sa carrière en fin de saison, a remporté sa deuxième victoire d'étape dans le Tour, après un succès à La Châtre en 1997. «Dix ans après ma première victoire, pour mon dixième Tour de France et le jour de la 10e étape, j'y vois un signe du destin, a déclaré Vasseur. Je peux quitter le cyclisme la tête haute.»

Arrivé au sein du peloton avec 10 min 36 s de retard, le Danois Michael Rasmussen (Rabobank) a conservé son maillot jaune de leader. «Ça a été difficile au début, car le départ a été rapide aujourd'hui [hier]. La bonne échappée est partie au bout de 70 kilomètres de course. Ensuite, on a contrôlé avec Flecha devant, a déclaré Rasmussen. L'équipe a très bien travaillé. Elle est habituée à l'idée de défendre le maillot jaune jusqu'à Paris.»

Christophe Moreau, très satisfait de ses performances dans les Alpes, a lui aussi mis la pédale douce lors d'une journée où les leaders ont surtout pensé à la récupération. «On a dix jours de course dans les jambes, la fatigue est là. Aujourd'hui [hier], il faisait chaud, c'était difficile», a déclaré le leader de l'AG2R qui continue de croire dur comme fer en ses chances.

«Je suis en bonne condition, ma santé est bonne. Avant les Pyrénées, il est important de sauvegarder son capital santé. Il faut se méfier, rester concentré, tout reste à faire», a ajouté le Français.

«Christophe fait partie des candidats au podium», a estimé Vincent Lavenu, le gérant de l'AG2R.

Rasmussen possède toujours au classement 2 min 35 s d'avance sur l'Espagnol Alejandro Valverde et 2 min 39 s sur l'autre Espagnol Iban Mayo. Moreau est sixième à 3 min 18 s. Grand perdant des Alpes, relégué à 8 min 5 s au général, le Kazakh Alexandre Vinokourov est resté sagement au sein du peloton à soigner son genou blessé dans l'étape d'Autun.

«La cicatrice est belle, ça devrait aller de mieux en mieux pour lui», a déclaré Catherine Guyot, médecin sur le Tour de France.

L'échappée matinale de 11 hommes devait compter une avance maximale de 14 minutes, au 128e kilomètre. Dans la descente du col des Bastides, dernière petite difficulté du jour à 30 kilomètres de l'arrivée, ils n'étaient plus que cinq à filer vers l'arrivée: les trois du podium, plus Patrice Halgand et l'Allemand Jens Voigt.

Tout se jouait au sprint, lancé à 200 mètres du but par Cédric Vasseur. «À 200 mètres, je me suis dit: il faut y aller. J'avais comme un instinct, tout le monde voulait partir à gauche, je me suis faufilé à droite», a déclaré le Français.

Halgand a fini quatrième devant Voigt.

Dressant un bilan d'une carrière de 14 saisons marquée par des succès d'étapes dans le Dauphiné Libéré, les Quatre jours de Dunkerque ou le circuit de la Sarthe, Cédric Vasseur s'est montré fier de son parcours. «Je suis un coureur moyen mais talentueux, je n'ai pas les moyens impressionnants de Lance Armstrong que j'ai côtoyé deux ans à l'US Postal, mais j'ai su tirer 100 % de mon potentiel, a-t-il dit. Cette victoire est bonne pour le cyclisme français d'autant que nous étions trois à jouer l'étape.»

La 11e étape, plate comme la main, conduira aujourd'hui le peloton de 171 rescapés de Marseille à Montpellier sur 182,5 kilomètres.

À voir en vidéo