Golf - Tiger Woods a connu toutes sortes de difficultés, mais a survécu

Tiger Woods était perdu dans ses pensées hier...
Photo: Agence Reuters Tiger Woods était perdu dans ses pensées hier...

Augusta, Georgie — Pour tous les coups d'approche frappés avec trop de force, pour tous les coups de départs qui ont atterri dans la paille, pour toutes les balles qui se sont retrouvées dans le ruisseau, Tiger Woods a réalisé des coups miracles pour s'en sortir et rappeler à tous qu'il n'a jamais quitté la course.

Woods ne gagnera peut-être pas le Tournoi des Maîtres cette année, mais il sera là au cours du week-end après avoir donné une clinique hier sur la façon de se placer dans des situations impossibles et de se sortir par la suite sans trop de dégâts au club Augusta National.

Il a remis une carte de 74, deux au-dessus de la normale, en deuxième ronde pour se retrouver à 147, trois au-dessus du par.

«Ce que j'ai fait aujourd'hui [hier], c'est de transformer une ronde de 90 en un compte de 74 et c'est très bien, a dit Woods. Hier [jeudi], j'ai bousillé une bonne ronde. Mais aujourd'hui [hier], j'ai sauvé les meubles. Je suis encore dans la course.»

La plupart des joueurs qui auraient frappé les mêmes coups que Woods hier auraient déjà plié bagage après une telle journée. Mais Tiger a continué de se bagarrer. Il a réussi coup spectaculaire après coup spectaculaire pour demeurer dans la course en ce jour venteux et frais qui n'a pas cédé de comptes très bas.

Après avoir disputé ce tournoi sous la pluie au cours des dernières années, on n'a pas retrouvé le même parcours de 7445 verges, devenu au cours des derniers jours ferme et très rapide. Cela a changé toutes les données.

«Les gars ne vont nulle part, pas dans ces conditions, a dit Woods de ses adversaires. Personne ne pourra obtenir de bas pointages aujourd'hui [hier]. Personne ne pourra se sauver.»

Woods a connu une bien drôle de journée, ratant des coups à gauche et à droite et ne sachant jamais vraiment où la balle irait.

Il a même dû frapper un coup de la gauche au neuvième quand sa balle s'est retrouvée tout près d'un pin. Il s'en est sorti avec un bogey.

Et certains de ses coups ont manqué de force, comme au 12e trou quand il a logé son coup de départ dans Rae's Creek. Il venait de commettre un bogey au

11e trou et se retrouvait à quatre au-dessus du par. Il était soudainement en danger de rater sa qualification.

Il n'a cependant pas paniqué. Plutôt que de viser le fanion après avoir remis une balle en jeu, il a frappé son coup suivant à 20 pieds au-delà de la coupe et a calé le roulé pour éviter un double bogey. «L'idée, c'est d'éviter les doubles bogeys», a dit Woods.

Il se retrouvait en danger de commettre un double bogey une autre fois au 13e trou quand il a logé son deuxième coup dans Rae's Creek une autre fois. Mais il a logé son coup suivant à quatre pieds et a sauvé la normale.

Juste avant, il y est allé d'un mouvement très athlétique quand il a pu stopper son élan sur le tertre de départ quand un oiseau a volé juste au-dessus de sa tête, laissant planer une ombre intimidante.

Au 15e trou, son coup d'approche a dépassé le vert et la balle s'est arrêtée tout près de l'eau. Mais il s'en est tiré avec les grands honneurs cette fois-ci quand il a bien exécuté son approche et a calé le roulé pour le birdie. «Il ne faut jamais abandonner. Il faut tenter de placer la balle là où il le faut pour se donner des chances de réussir, a dit Woods. Si ça ne fonctionne pas, il faut éviter les désastres.»