Armstrong dans la fosse aux lions

Colby Armstrong sera un joueur marqué demain après-midi. Personne, chez le Canadien, n'a oublié la mise en échec qu'il a appliquée à Saku Koivu lors de la rencontre de jeudi à Pittsburgh. Sheldon Souray a cherché à venger son coéquipier, un geste qui lui a valu une pénalité mineure pour avoir été l'initiateur du combat, une majeure, une inconduite et une inconduite de match. Durant son absence, les Penguins ont marqué deux buts.

«J'espère qu'il s'y attend, a lancé Guy Carbonneau en guise d'avertissement.

«La mise en échec était légale. Il l'a frappé avec son épaule. Je n'ai pas de problème avec ça. Ce que j'ai pas aimé, c'est que Saku devait se préoccuper d'un défenseur qui le pourchassait. C'était une bataille à un contre un. Il n'a jamais vu venir Armstrong afin de se protéger. C'était un coup salaud, j'ai pas peur de le dire.»

Carbonneau a indiqué que le coup du joueur des Penguins rappelait la mise en échec de Scott Stevens à l'endroit d'Eric Lindros il y a quelques années. Lindros avait alors subi une commotion cérébrale.

«Stevens aurait dû être suspendu, a fait valoir l'entraîneur du Canadien. Quand Stevens l'a frappé, Lindros devait déjà se protéger d'un autre joueur. Faudrait quand même pas qu'un joueur soit obligé de surveiller quatre ou cinq adversaires pour éviter d'être blessé.» Carbo n'a pas apprécié non plus que Souray soit le seul joueur pénalisé.

«Je ne comprends qu'Armstrong n'ait pas été puni. Il savait ce qui s'en venait et il a laissé tomber les gants. Bob [Gainey] doit téléphoner à la ligue pour demander des explications», a informé Carbonneau. Koivu et Souray n'ont pas chaussé les patins vendredi.

Carbo leur a interdit la patinoire, question de se reposer et, surtout, de se soustraire aux questions des médias.

Carbonneau a encore insisté pour dire que Souray n'a fait que son travail.

«On a lancé un message. Nous allons protéger nos joueurs. À Pittsburgh, c'était Souray. Un autre joueur le fera la prochaine fois.»

Maxim Lapierre a également fait parler de lui dans ce match. Il a frappé Sidney Crosby dès la mise en jeu initiale.

Le joueur-vedette des Penguins n'a pas apprécié et il l'a fait savoir au jeune attaquant du Canadien.

«Il me rappelait de vieux souvenirs. Il m'a dit que je n'ai pas changé depuis le junior, que je suis toujours aussi salaud, a raconté Lapierre en riant. Mais je ne pense pas lui avoir donné un "six pouces".»

Lapierre et Crosby pourraient se retrouver une nouvelle fois lors de la première mise en jeu aujourd'hui.

Plekanec honoré

Par ailleurs, Tomas Plekanec a été le seul attaquant à marquer avec régularité en janvier, ce qui lui a valu de remporter le dernier segment de la coupe Molson.

En 12 matchs, Plekanec a réussi sept buts et récolté cinq passes en plus de maintenir une fiche de plus-3.

«J'ai entrepris la saison plutôt lentement. Maintenant, je profite de bonds favorables et je marque des buts», a-t-il dit en guise d'explication. Cristobal Huet conserve toujours le premier rang de la coupe Molson avec 65 points devant Saku Koivu (30 pts) et Christopher Higgins (23 pts).

D'autre part, à l'entraînement hier, Cristobal Huet a piqué une crise lorsqu'il a été atteint près de la gorge par un tir de Guillaume Latendresse.

«Ca arrive mais là, je trouve que ça arrive trop souvent. J'ai réagi sous le coup de la frustration. Ce n'est rien de personnel», a expliqué le gardien de Grenoble. «La rondelle était sur le bout de ma palette et elle est partie», a raconté Latendresse qui s'est bien sûr excusé après l'incident. Il n'y a pas longtemps, Mike Komisarek avait atteint Huet au même endroit, d'où sa colère.