Le Canadien cède Maxim Lapierre aux mineures en raison du plafond salarial

Depuis son rappel de la Ligue américaine, le 11 décembre dernier, Maxim Lapierre a fait plus que boucher un trou.
Photo: Agence Reuters Depuis son rappel de la Ligue américaine, le 11 décembre dernier, Maxim Lapierre a fait plus que boucher un trou.

Les oreilles de Maxim Lapierre ont dû bourdonner hier. Et pas seulement parce qu'il se trouvait dans un avion en direction de Winnipeg dans le but de rejoindre les Bulldogs de Hamilton en prévision d'un match contre le Moose du Manitoba en soirée. C'est aussi parce qu'on a beaucoup parlé de lui, après la séance d'entraînement du Canadien au Centre Bell, quelques heures après qu'on eut appris que l'attaquant de 21 ans avait été rétrogradé aux mineures.

Depuis son rappel de la Ligue américaine, le 11 décembre dernier, Lapierre a fait plus que boucher un trou. Il a contribué à donner du tonus au quatrième trio, inscrivant trois buts et une mention d'aide, avec un différentiel de plus-5, en quatre rencontres. Tout à coup, Guillaume Latendresse n'était plus la seule recrue à avoir gagné l'affection du public du Centre Bell.

«Il ne s'en va pas là [à Hamilton] pour les cinq prochaines années, on va certainement le revoir bientôt, a déclaré l'entraîneur-chef du Canadien Guy Carbonneau. Il a prouvé qu'il pouvait jouer dans la LNH. Mais c'est la nouvelle réalité de la Ligue nationale.»

La direction du Canadien a expliqué que Lapierre n'a pas été rétrogradé en raison de sa performance sur la patinoire mais plutôt à cause des contraintes du plafond salarial. Carbonneau a d'ailleurs indiqué qu'à l'origine, on avait l'intention que de lui faire disputer deux matchs. L'absence de Steve Bégin, victime de spasmes au dos, a toutefois permis de prolonger le séjour de Lapierre à Montréal. Reste que son salaire représentait une dépense additionnelle pour la formation montréalaise. Étant donné qu'au rythme actuel, le Canadien dépensera tout près de 43 millions $US — le plafond salarial est de 44 millions — la direction préférait se garder une marge de manoeuvre, question de pouvoir faire l'acquisition de nouveaux joueurs en cas de blessures d'ici le début des séries éliminatoires.

Par ailleurs, en continuant de garder Lapierre, le Canadien se serait éventuellement vu forcer de retrancher un autre joueur, peut-être un vétéran — comme Aaron Downey ou Garth Murray, par exemple — et aurait donc couru le risque de le perdre au ballottage, tout en devant continuer de défrayer la moitié de son salaire. Le Canadien ne voulait pas affaiblir l'équipe au chapitre de la profondeur si tôt dans la saison.

La relégation de Lapierre constituait donc la solution la plus simple à court terme. «On veut garder tout notre monde, a noté Carbonneau. En le retournant aux mineures, nous savons que nous pouvons le rappeler à n'importe quel moment. Et c'est probablement ce que nous allons faire.»

Bien des observateurs croyaient que Lapierre avait mérité le droit de rester avec le Canadien durant le congé des fêtes mais le moratoire imposé aux équipes de la LNH, de mardi minuit jusqu'au 27 décembre à minuit — aucun joueur ne peut être échangé ou retourné aux ligues mineures durant cette période — a forcé le Canadien à prendre une décision.

Mark Streit et Guillaume Latendresse, les compagnons de trio de Lapierre mardi soir à Buffalo dans la victoire de 5-2 contre les Sabres, ont déploré le départ hâtif de leur joueur de centre.

«C'est avant tout une question de mauvais timing pour Maxim. Il a le talent, il a tout pour jouer dans la Ligue nationale, a déclaré Latendresse. Il doit juste continuer, il a montré qu'il a beaucoup de talent et beaucoup de vitesse. C'est une claque au visage pour lui mais il a du caractère et je suis certain qu'il va vouloir brûler la Ligue américaine pour montrer qu'il mérite de revenir vite.»

«C'est dur pour lui mais il a très bien joué ici. Bien qu'il soit très jeune, il a un très bon potentiel, a affirmé Streit. Parfois, il y a des choses que tu ne peux pas contrôler.»

«J'ai eu une bonne discussion avec Maxim sur l'avion en revenant de Buffalo et je lui ai parlé de toutes les bonnes choses qu'il a faites pour nous, a souligné Carbonneau. Maxim nous a forcé la main mais c'était prévu qu'il retournerait dans les mineures. Beaucoup de joueurs dans la Ligue américaine jouent avec le doute, sans savoir s'ils sont capables ou non de jouer dans la LNH. Maintenant, il sait que c'est le cas.»

Avec les Bulldogs cette saison, Lapierre avait amassé 19 points, dont huit buts, en 26 matchs avant la rencontre d'hier.