Le Canadien - Carbonneau a un «heureux problème» de surplus de défenseurs

Le retour au jeu probable de Francis Bouillon, demain, fait en sorte que Guy Carbonneau a un «heureux problème» de surplus de défenseurs chez le Canadien.

«Je préfère en avoir trop que pas assez», a affirmé l'entraîneur hier, avant d'ajouter qu'il allait analyser la situation en compagnie du directeur général Bob Gainey à la suite du retour de Bouillon.

Le Tricolore a huit défenseurs en santé à l'entraînement. Le retour au jeu de Mathieu Dandenault, la semaine dernière, a déjà fait un mécontent en la personne de Janne Niinimaa, qui a été laissé de côté dans les trois derniers matchs de l'équipe. Celui de Bouillon ne fera sans doute pas le bonheur du Suisse Mark Streit, qui va écoper même s'il se tire bien d'affaire.

«Je n'ai pas de problème à garder huit défenseurs ici, a reconnu Carbonneau. On va disputer trois matchs en quatre soirs cette semaine et on touche du bois pour qu'aucun joueur ne se blesse. Mais on sait que ça peut arriver. Le portrait peut changer très rapidement.

«On était content de miser sur Janne après la perte de Mathieu en début de saison», a-t-il rappelé.

L'entraîneur a laissé entendre qu'il va faire appel à sept défenseurs contre le Wild du Minnesota, si Bouillon joue. C'est donc dire que Dandenault pourraît être appelé à évoluer à l'attaque, comme il l'a fait à son retour à Tampa.

«C'est ce qu'on envisage de faire pour se donner une police d'assurance», a expliqué «Carbo», qui s'est dit rassuré par ce qu'il voit de Bouillon à l'entraînement.

À l'écouter, le principal intéressé va vouloir jouer demain. Assurant que son genou gauche ne le fait aucunement souffrir, il veut toutefois s'accorder une autre séance sur glace avec ses coéquipiers avant de se déclarer prêt. «Je ne suis pas un tricheur, je ne reviendrai pas si je n'estime pas être totalement prêt, a dit Bouillon, qui a poussé fort hier. Ça se passe bien jusqu'à maintenant, la forme est là et je suis rapide sur patins. Il me reste à retrouver le synchronisme des situations de match. Et c'est en jouant que je vais le faire. J'aurai peut-être besoin que de quelques rencontres.»

Niinimaa malheureux

En attendant, l'heureux problème de l'entraîneur ne fait pas le bonheur de tout le monde. Niinimaa vit des moments difficiles. Il peut au moins recevoir le soutien de ses parents et de sa copine, qui sont à Montréal.

Le Finlandais, acquis des Stars de Dallas vers la fin du camp dans l'échange de Mike Ribeiro, a simplement indiqué que son conseiller Don Baizley, de Winnipeg, avait déjà discuté avec Gainey. «Moi, je n'ai pas parlé à personne. Je me propose de jaser avec Doug Jarvis [un des adjoints à l'entraîneur] prochainement.»

Quant à Streit, il affiche une attitude sereine. Pour lui, il s'agit d'un retour à la case départ parce que l'arrivée de Niinimaa en début de saison l'avait relégué à un rôle de réserviste. Au moins, pour le moment, il a coiffé Niinimaa. «Je savais en venant ici que je serais confronté à une forte concurrence dans l'équipe, a-t-il mentionné. Je dois me défoncer à tous les jours.»

Streit a expliqué être plus à l'aise à sa deuxième saison dans la LNH.

«La confiance y est pour beaucoup. Le hockey en Europe et le hockey de la Ligue nationale, c'est comme deux disciplines sportives différentes. Il y a d'importants ajustements à faire et c'est un long processus. J'ai réalisé des progrès, mais je sais que je peux encore m'améliorer.»