Coupe Grey - La formation des Alouettes n'est plus celle que les Lions ont écrasée cette saison

Les Alouettes se sont entraînés durant près de deux heures sur un terrain où on venait d’enlever une petite neige tombée au cours de la nuit, hier à Winnipeg.
Photo: Agence Reuters Les Alouettes se sont entraînés durant près de deux heures sur un terrain où on venait d’enlever une petite neige tombée au cours de la nuit, hier à Winnipeg.

Winnipeg — La dernière fois que les Alouettes ont affronté les Lions de la Colombie-Britannique cette saison, le quart Anthony Calvillo s'est retrouvé étendu sur le dos à regarder le toit du stade BC Place de Vancouver 12 fois. Les Lions avaient alors écrasé les Alouettes 36-20 pour leur deuxième victoire contre ceux qu'ils affronteront demain en finale de la coupe Grey.

Les joueurs de ligne à l'attaque évoluent souvent dans l'anonymat. On souligne le travail des quarts, des receveurs de passes, des porteurs de ballon qui font des jeux spectaculaires, mais on oublie la besogne accomplie par ceux qui ont rendu ces jeux possibles.

Il n'y a pas un seul joueur de ligne qui aime voir son quart se retrouver sur le dos. Quand ça se produit, leur fierté en prend un coup. Les joueurs des Alouettes n'ont pas apprécié, mais alors pas du tout.

Et ils sont les premiers à reconnaître qu'ils étaient à court d'effectifs lors de ces deux matchs contre les Lions.

«Je n'étais pas là, a dit le garde Paul Lambert. C'est la même chose avec Luke Fritz et Dave Mudge. Nous étions tous blessés. Mais là, nous sommes de retour et cela fera toute une différence.»

Anthony Calvillo sait qu'il devrait être mieux protégé cette fois-ci.

Uzooma Okeke est aussi de retour en grande forme, lui qui cachait une blessure en milieu de saison. Lambert, Bryan Chiu, Scott Flory, Fritz et Mudge seront tous là demain.

«Nous retrouvons nos vieux guerriers, a dit Calvillo. Ils sont tous de retour. Nous sommes allés à la guerre souvent avec ces gars-là. Ils jouent tellement bien quand ils sont tous réunis.»

Lambert mentionne que les Lions affronteront une équipe bien différente cette fois-ci. «Nous sommes plus confiants, a-t-il dit. La clé du match sera de gagner suffisamment de verges au premier essai. Nous pourrons alors contrôler le temps au cadran et contrôler aussi la ligne de mêlée. Dans mon esprit, il n'y a absolument aucun doute: nous formons maintenant une meilleure équipe et nous allons l'emporter.»

Si les Alouettes veulent l'emporter, la ligne à l'attaque devra dominer la ligne défensive des Lions, ce qu'elle n'a pas fait lors de leurs deux rencontres en saison régulière. Calvillo devra connaître un autre fort match et le vétéran Ben Cahoon devra trouver des façons de se démarquer. «C'est simple et c'est toujours la même chose, a dit Cahoon. Il faut prendre ce que la défensive nous concède et avoir confiance en ce que nous faisons.»

Calvillo sait qu'il ne pourra lésiner avec le ballon. Les joueurs de la ligne défensive des Lions sont venus le saluer très souvent lors de ces deux matchs de saison régulière et son bon ami et ancien coéquipier Barron Miles se fait toujours un devoir d'intercepter ses passes.

«Il faudra jouer notre meilleur match, a dit Calvillo. Les Lions ont de bons demi défensifs. Le travail de leur ligne défensive les rend tout simplement exceptionnels. Il faut gagner la bataille des tranchées. C'est certain que nous lancerons le ballon souvent à Ben Cahoon et Kerry Watkins. Notre attaque a toujours reposé sur ces deux joueurs.»

Calvillo sait que son travail a été critiqué par les supporteurs montréalais cette saison. Il sait aussi qu'il pourrait faire taire beaucoup de dénigreurs en aidant les siens à gagner la coupe Grey.

«J'ai toujours bien aimé le travail de Dave Dickenson, a dit Calvillo. C'est un quart très régulier. Il n'a pas le bras le plus puissant, mais il est très précis. Mais dans son cas, comme dans le mien, c'est toujours la même chose. On discute du travail d'un quart et la phrase se termine toujours par un mais... Pour avoir raison, il faut gagner.»

Et pour arriver à ses fins, Calvillo n'a rien négligé cette année. Il a même changé certaines choses du côté équipement. «J'ai souffert du froid l'an dernier. Mais cette année, j'ai porté des manches longues tout le temps, même lors des exercices. Je m'y suis habitué et maintenant je n'ai plus froid. Quand le froid nous tenaille, on ne peut fonctionner à plein régime.»

L'entraîneur Jim Popp n'a pas manqué d'encenser son vétéran joueur de quart. «Il en a déjà fait plus que bien des quarts qui sont au Temple de la Renommée, a dit Popp. Mais il faut que les gens reconnaissent que c'est avec les 12 joueurs sur le terrain que nous gagnons. Il faut exceller dans les trois phases du jeu; en attaque, en défensive et lors des unités spéciales.»

Par ailleurs, le demi Éric Lapointe va de mieux en mieux et se dit prêt à connaître un bon match. «Je pense que ce ne sera pas si froid malgré tout, a-t-il dit. Le terrain est aussi en bonne condition malgré la température. C'est pas mal mieux que le gazon de mini-putt du Stade olympique, qui nous brûle la peau dès qu'on est projeté au sol.»