LCF - Les Alouettes accèdent à la finale de la coupe Grey

Le joueur des Alouettes Anthony Calvino après la victoire de son équipe contre les Argonauts, hier.
Photo: Agence Reuters Le joueur des Alouettes Anthony Calvino après la victoire de son équipe contre les Argonauts, hier.

Les Alouettes ont atteint la finale de la coupe Grey pour la cinquième fois depuis 2000 quand ils ont battu les Argonauts de Toronto 33-24, hier, en finale de la section est de la Ligue canadienne, devant 35 607 spectateurs au Stade olympique.

En finale de la section ouest, les Lions de la Colombie-Britannique ont battu les Roughriders de la Saskatchewan, 45 à 18, hier.

Les Alouettes avaient même réservé le meilleur pour la fin à leurs partisans quand ils ont joué un match presque sans bavure, leur meilleure prestation depuis longtemps.

La défensive a fermé la porte au vétéran Damon Allen et ses coéquipiers, à tel point qu'il a dû céder la place à Michael Bishop, comme ce fut le cas la semaine dernière face aux Blue Bombers de Winnipeg.

Bishop a bien lancé des passes de touché à Arland Bruce et Michael Palmer et a permis à Ricky Williams de plonger de la ligne d'une verge pour un autre majeur à deux minutes de la fin, mais c'était trop peu, trop tard. Le quart d'avenir des Argos n'a pu accomplir l'impossible cette fois-ci.

Robert Edwards a été le joueur dominant du match. Bourreau de travail, il a accumulé les gains au sol, et a marqué le premier touché des Alouettes. Le demi défensif Mark Estelle, qui avait fait les manchettes en début de semaine après avoir été arrêté par la police en compagnie d'Alain Kashama, a couru 78 verges pour un autre touché après avoir intercepté une passe d'Allen et Thyron Anderson, le grand oublié chez les Alouettes au cours des dernières semaines, a réalisé un catch superbe pour le troisième touché des Montréalais, qui ont acquis leur billet pour Winnipeg tôt dans la rencontre. Damon Duval a fait le reste avec quatre placements.

À sens unique

On peut courir contre la défensive des Argos. On l'a fait pendant toute la saison. «C'est un peu comme si les Argos invitaient l'adversaire à le faire», a commenté Jim Popp au cours de la dernière semaine.

Les Alouettes n'allaient pas refuser pareille invitation et ce sont des gains importants de Robert Edwards qui ont marqué la première demie, tout à l'avantage des Alouettes.

Non seulement a-t-il marqué le seul touché de la première demie sur une course de quatre verges, mais il a porté le ballon 12 fois pour des gains de 65 verges. Il a permis aux siens de se retrouver en bonne posture à plusieurs reprises.

Duval a réussi trois placements dans cette première demie dominée par les Alouettes et qui s'est soldée par une avance de 16-3. Mais les Alouettes, qui ont mérité 14 premiers essais, deux fois plus que l'adversaire, auraient pu ajouter facilement à leur avance. Deux de leurs poussées ont été freinées par des revirements. Edwards a échappé le ballon à la ligne de huit des Argos après une mauvaise remise de Calvillo et Orlando Steinauer a intercepté une passe du quart montréalais en fin de premier quart quand l'attaque s'était remise en marche.

Et Estelle, qui avait fait parler de lui en début de semaine, a porté un dur coup aux visiteurs quand il a intercepté une passe d'Allen avant de courir 78 verges pour le touché sur le deuxième jeu de la deuxième demie.

C'est alors que Bishop s'est amené dans le match et après un échappé d'Avon Cobourne à la suite d'un botté de dégagement, il a mis sur pied la première poussée vraiment intéressante des Argos et avant la fin du troisième engagement, il a lancé une passe de touché de 23 verges à Arland Bruce pour redonner espoir aux siens, un scénario de déjà vu.

Puis à deux minutes de la fin de l'engagement, Popp a pris une des meilleures décisions de sa jeune carrière quand il a contesté une décision des arbitres après une course de 14 verges de Ricky Williams. Les Alouettes croyaient qu'il avait échappé le ballon. La reprise leur a donné raison.

Sur le jeu suivant, Calvillo a lancé une passe de touché de 52 verges à Thyron Anderson, qui s'est moqué du secondeur Chuck Winters. Les Alouettes n'avaient pas lancé une seule passe en direction d'Anderson en première demie. C'est sans doute la raison pour laquelle il s'est retrouvé isolé avec un seul secondeur pour le «couvrir».

Calvillo ne lui avait pas dirigé aucune passe non plus lors du dernier match de la saison à Toronto. Il était l'arme cachée des Alouettes.

Une pénalité pour obstruction de Chip Cox dans la zone des buts en toute fin de match a conduit au dernier touché des Argos, réalisé sur un plongeon d'une verge de Williams.

Duval a mis fin aux espoirs des Argos avec un placement de 44 verges à 14:09 après que Kerry Watkins eût complété une passe de 31 verges de Calvillo.

Les Alouettes affronteront les Lions dimanche prochain, à Winnipeg, en finale de la coupe Grey.