Le Canadien - Carbonneau défend Patrick Roy

Guy Carbonneau s'est porté hier à la défense de Patrick Roy, son ancien coéquipier chez le Canadien, dont les propos sarcastiques ont eu pour effet d'écorcher Guillaume Latendresse. Selon l'entraîneur du Tricolore, Roy ne pensait pas ce qu'il a dit en affirmant que Latendresse est à Montréal simplement parce qu'il est francophone.

L'entraîneur des Remparts de Québec en a pourtant rajouté cette semaine. Pour expliquer son retard auprès des médias à la suite d'une victoire de son équipe, Roy a dit avoir voulu s'assurer que Latendresse était bel et bien l'auteur du but contre Edmonton. Puis hier matin, il a suggéré au Canadien de congédier son vice-président communications et relations communautaires, Donald Beauchamp, pour avoir mal conseillé Latendresse, laissant entendre que toute cette histoire se voulait une bonne blague.

«Je comprends son raisonnement, a dit Carbo. Mais ses propos ont été pris hors contexte. Il ne s'est pas acharné sur Guillaume. Je suis certain qu'il regrette ce qu'il a dit.»

L'exemple de P.-M. Bouchard

D'après Carbonneau, Roy en veut aux équipes de la Ligue nationale qui récupèrent des jeunes de 18 et 19 ans au lieu de les laisser poursuivre leur apprentissage dans le junior jusqu'à l'âge de 20 ans.

«Il y a 54 équipes à travers le Canada qui pensent comme lui», a rappelé Carbonneau, qui est toujours lié aux Saguenéens de Chicoutimi. «Moi-même j'ai perdu Pierre-Marc Bouchard [Minnesota] quand il avait 18 ans. C'est sûr que ça fait mal. C'est pourquoi je comprends son point de vue. C'est une riposte aux décisions prises par les équipes de la Ligue nationale.»

«Mais lorsqu'une équipe garde un jeune de 18 ou 19 ans, ce n'est jamais une question de langue, a-t-il insisté. C'est toujours une décision mûrement réfléchie par un comité composé de dépisteurs, de l'entraîneur, de ses adjoints.»

Carbo souhaite maintenant ne plus avoir à parler de cette histoire.

«Ce n'est pas une priorité pour nous. C'est le temps de laisser aller, a-t-il déclaré. Quant à Guillaume, il est heureux d'être ici et il veut simplement jouer et se concentrer sur son match même si les médias font partie intégrante de la vie d'un athlète».

Le temps de partir

Latendresse ne sera pas fâché de quitter Montréal pour quelques jours alors que le Canadien se rendra successivement à Toronto, Ottawa, Tampa et la Floride.

«Cette histoire a pris trop d'ampleur», soutient le jeune attaquant qui a fait preuve d'une belle maturité en réponse aux propos de Roy.

Latendresse, âgé de 19 ans, a rappelé avoir toujours évolué dans une catégorie supérieure depuis qu'il joue au hockey. C'était vrai bantam, midget, junior et maintenant dans la LNH.

«J'ai toujours été en avance pour mon âge», a-t-il noté le plus simplement du monde.