Formule 1 - Le retrait du Grand Prix de Belgique irrite l'UE

Bruxelles — David Byrne, le commissaire européen chargé de la Santé, a critiqué hier la décision de la Fédération internationale de l'automobile (FIA) de retirer le Grand Prix de Belgique du calendrier 2003 de la Formule 1, pour avoir suivi la loi nationale belge en refusant la publicité pour le tabac.

«Quel est ce message adressé aux amoureux du sport automobile?, s'est interrogé Byrne. Est-ce que l'argent pollué de l'industrie du tabac est plus important aux yeux de la Formule 1 que l'esprit du sport?»

Byrne estime que les supporters doivent être forcément déçus de la décision prise lundi par la commission de la Formule 1 de retirer du calendrier le Grand Prix de Spa-Francorchamps, «considéré comme l'un des circuits les plus spectaculaires».

Le gouvernement belge entend interdire la publicité pour le tabac dans le sport à partir du 1er août prochain alors que l'Union européenne a pris la même décision mais à partir de 2006. L'interdiction belge entrera en vigueur un mois avant la date fatidique du Grand Prix à Spa-Francorchamps, programmé initialement le 31 août.

«Cet exemple d'injuste sanction contre la Belgique en raison de sa politique de pionnier en matière de protection de la santé, montre clairement qu'il faut que nous [les Européens] ayons une position commune», a estimé Byrne.

Le Grand Prix de Belgique aurait pu avoir lieu si les écuries de Formule 1 avaient décidé conjointement de se passer de la publicité pour le tabac à Spa-Francorchamps, mais elles ne sont pas parvenues à cet accord unanime lundi.

L'annulation du Grand Prix de Belgique, qui pourrait être réintroduit au calendrier en 2004, signifie qu'il y aura 16 épreuves au lieu de 17 au calendrier 2003.