La F1 confrontée à ses démons

Londres — Confrontée à une dramatique chute d'audience de ses retransmissions télévisées, la Formule-1 va essayer de sortir de la plus grave crise de son histoire aujourd'hui à Londres lors d'une réunion de la Commission de la F1, présidée par Max Mosley et en présence de Bernie Ecclestone, le gestionnaire de la discipline reine des courses automobiles.

Deux transformations révolutionnaires des règlements figurent parmi les neuf propositions qui seront étudiées dans un grand hôtel de l'aéroport d'Heathrow.

L'une, avancée par le président de la FIA Max Mosley, consisterait à faire permuter chaque pilote d'une voiture à l'autre afin d'éviter l'emprise d'une écurie sur la Formule-1, comme Ferrari qui a remporté 15 des 17 Grands Prix disputés en 2002.

L'autre, suggérée par Ecclestone, conduirait à lester les voitures les plus performantes, afin de redonner des chances aux écuries moins compétitives car souvent moins fortunées que la «Scuderia».

Une limitation du nombre de moteurs, mais aussi du nombre de boîtes de vitesses utilisables, ainsi qu'une standardisation de l'électronique et du freinage des voitures, figurent aussi parmi les mesures qui seront étudiées aujourd'hui.

La limitation de la transformation de l'aérodynamique en cours de saison et la réduction des essais (d'avant saison, pourraient aussi ramener un certain équilibre.