Latendresse veut bien faire à l'étranger

Guillaume Latendresse s'est mis en évidence dans les trois matchs hors-concours qu'il a disputés au Centre Bell depuis l'an dernier. Il lui reste maintenant à démontrer qu'il peut également s'illustrer à l'étranger.

Latendresse, âgé de 19 ans, tentera de saisir l'occasion qui s'offre à lui à Toronto, aujourd'hui, face aux Maple Leafs. «Je veux prouver que je peux bien jouer autant sur la route qu'à la maison, a-t-il insisté, hier. C'est une source de motivation additionnelle pour moi. Je sais que je dois disputer un fort match [à Toronto] afin d'augmenter mes chances de rester.»

Latendresse estime que les deux performances «plus ordinaires» qu'il a connues à Toronto et à Moncton l'an dernier ont pesé lourd dans la décision du Canadien de le retourner aux Voltigeurs de Drummondville. La rencontre à Toronto avait été particulièrement difficile.

L'imposant ailier natif de Sainte-Catherine, sur la rive sud de Montréal, aborde le défi plus confiant cette année. Il a rappelé avoir trouvé l'expérience de Toronto quelque peu intimidante, il y a un an.

«Je sais davantage à quoi m'attendre et je suis un meilleur joueur, a-t-il souligné. J'ai eu un bon premier match cette année, et je ne verrais pas pourquoi ça n'irait pas bien si je continue de travailler fort.»

Latendresse s'est entraîné, hier, en compagnie du vétéran Radek Bonk et d'Alexander Perezhogin, qui est son principal adversaire pour l'obtention d'un poste, dit-on. L'entraîneur Guy Carbonneau a confirmé que Latendresse et Perezhogin n'évolueront pas ensemble aujourd'hui. «Moi, on ne me dit rien. Je n'ai aucun "feedback", comme l'an dernier. Tout ce que je dois me concentrer à faire, c'est de redoubler d'ardeur, peu importe avec quels joueurs je joue.»

Latendresse est à l'aise aux côtés de Bonk, qui l'a aidé à connaître son match de trois points contre le Lightning de Tampa Bay, l'an dernier. Et mardi, Bonk lui a refilé le disque sur la séquence de son but.