La Coupe Ryder, la bête noire de Tiger Woods

Tiger Woods et ses coéquipiers américains débuteront aujourd’hui leurs parcours lors de la Coupe Ryder.
Photo: Agence Reuters Tiger Woods et ses coéquipiers américains débuteront aujourd’hui leurs parcours lors de la Coupe Ryder.

Straffan, Irlande — Le manque de goût de Tiger Woods pour la Coupe Ryder est notoire, mais le no 1 mondial assure que, cette fois, il entend amener l'équipe américaine à la victoire lors de ce duel biennal avec les golfeurs européens, qui se déroule de vendredi à dimanche près de Dublin.

Après dix ans de carrière et 70 tournois remportés, dont 12 du Grand Chelem, la Coupe Ryder est une tache dans la carrière de Woods avec trois défaites en quatre participations et, à titre personnel, seulement sept victoires en 20 matchs.

Ce bilan a suscité les commentaires sur son peu d'attirance pour le golf joué en équipe, que l'intéressé n'a jamais rien fait ni dit pour démentir.

Woods reconnaît ne guère apprécier le battage et l'ambiance de camaraderie virile qui accompagnent la Coupe Ryder: «J'aime bien sortir avec mes équipiers, jouer avec eux mais je ne suis pas un grand amateur des réceptions. Cela ne m'a jamais amusé».

Il se souvient sans plaisir du tournoi 1999 à Boston quand, fêtant leur succès, les Américains se rendent soudain compte que Woods n'est pas là. Ils le sortent du lit et le forcent à participer à la fête, malgré lui. En 2004, son association avec Phil Mickelson le vendredi tourne au cauchemar, avec deux défaites qui donnent le ton de l'humiliante leçon donnée par les Européens.

Mais le capitaine américain Tom Lehman assure que l'état d'esprit de Woods a changé. Le mois dernier, il a accepté de bouleverser son programme pour venir s'entraîner avec l'équipe sur le parcours du K Club. «Tiger veut gagner. Plus que n'importe qui d'autre. Il est engagé dans le processus», assure Lehman. «Cela lui a pris du temps pour que les gens se sentent à l'aise avec lui, et vice-versa. Mais il fait un travail fantastique.»

«Je n'ai pas remporté beaucoup de points en Coupe Ryder. J'ai souvent pris les choses du mauvais bout. C'est frustrant parce qu'il n'y a pas que vous en jeu, vous laissez tomber votre partenaire, votre équipe et votre pays», dit Woods qui va faire équipe aujourd'hui avec Jim Furyk. «Notre réflexion, la manière dont nous voyons les coups et lisons les putts, sont similaires», se félicite Woods qui explique être arrivé à maturité. En 1997, «je m'asseyais juste, j'écoutais et j'apprenais. Et puis un jour, vous prenez le rôle du meneur».