Série mondiale - Le repos des guerriers

Anaheim, Californie - Les Angels d'Anaheim et les Giants de San Francisco ont dû attendre à la toute fin de la saison pour mériter une place dans les séries. Ils ont par la suite dû disputer deux rondes difficiles en séries. Ils sont maintenant heureux d'avoir un peu de repos.

Plutôt que de s'inquiéter du fait qu'ils pourraient être rouillés, ils apprécient ces quelques jours de congé avant le premier match de la Série mondiale, demain.

«Je crois que les deux équipes avaient besoin de respirer un peu, a dit Mike Scioscia, gérant des Angels. Nous avons quelques jours pour panser nos blessures. À un certain moment, nous avons besoin de retrouver toute notre concentration, et là, nous avons l'occasion de le faire.»

Les Angels et les Giants ont remporté les séries de championnats en cinq matchs. Ils auront profité de près d'une semaine de repos.

Certains joueurs, comme le voltigeur Tim Salmon, des Angels, ralenti par une blessure à l'aine, auront eu le temps de guérir.

«Tous les gars soignent de petites blessures, a dit Scioscia. Nous avons eu une dure saison et des séries difficiles.»

C'est aussi vrai pour les Giants, qui ont disputé 10 matchs en 13 soirs et qui ont voyagé quelquefois d'un bout à l'autre du pays.

«C'est bon d'avoir un peu de temps pour reprendre notre souffle, a dit Jeff Kent, des Giants. Si notre série de championnat avait duré sept matchs, nous n'aurions eu aucune journée de repos.»

Le releveur numéro un des Angels, Troy Percival, n'a pas lancé depuis le dernier match contre les Twins du Minnesota. Il ne remettra les pieds sur le monticule qu'aujourd'hui.

Percival a eu six périodes de cinq jours de repos cette saison, et cela n'a jamais nui à son rendement.

«Ça n'a rien de difficile pour moi, je suis habitué à ces longues périodes de repos, a-t-il dit. Je sais quand mon bras est rouillé, et ce n'est pas le cas maintenant.»

Cette longue période de repos cause pourtant un problème à Percival, pour lequel il n'a pas de solution: «On nous a posé les mêmes questions cinq jours de suite», a-t-il dit.