Dopage - Le président de l'UCI s'en prend à Dick Pound et à Jean-François Lamour

Esch-sur-Alzette, Luxembourg — Le président de l'Union cycliste internationale (UCI), l'Irlandais Pat McQuaid, s'en est pris vigoureusement hier au président de l'Agence mondiale antidopage (AMA), Dick Pound, et au ministre français des Sports, Jean-François Lamour.

Pat McQuaid a qualifié leurs commentaires sur l'affaire du réseau espagnol de dopage sanguin de «complètement injustifiés» et a estimé qu'ils feraient «vraiment mieux d'aider les autorités sportives plutôt que de [se] livrer à des attaques à bon marché pour augmenter [leur] propre popularité».

«L'UCI est la première à accepter que ce que l'on appelle "l'affaire espagnole" est un scandale et un désastre pour le cyclisme», a déclaré Pat McQuaid dans une lettre ouverte à ses deux interlocuteurs, en ajoutant: «L'UCI prendra toutes les mesures nécessaires.»

Le président de la Fédération internationale a rappelé à Jean-François Lamour sa réponse à un parlementaire français en mars 2006: «Le cyclisme est le sport le plus contrôlé du fait du nombre élevé de compétitions en France et grâce à la politique antidopage volontariste de l'UCI.»

Pat McQuaid a ajouté «qu'au lieu de faire des remarques hâtives sur les contrôles hors compétition, il [Jean-François Lamour] devrait plutôt formuler des recommandations concrètes en vue de l'amélioration des méthodes de dépistage des transfusions sanguines.»

«Le fait est que les coureurs nommés dans l'Opération Puerto ont été testés à plusieurs reprises, y compris par le laboratoire français de Châtenay-Malabry, hors et en compétition, et que les tests ont toujours été négatifs», a noté le président de l'UCI.