Wayne Gretzky a eu de la difficulté à parler de hockey...

Mississauga, Ontario — Comme il fallait s'y attendre, les paris illégaux ont volé la vedette aux Jeux olympiques lorsque Wayne Gretzky s'est brièvement entretenu avec les journalistes avant le départ de l'équipe canadienne de hockey pour Turin hier après-midi.

«Il n'y a rien à dire à ce sujet pour moi, je ne suis pas impliqué», a redit le directeur exécutif d'Équipe Canada en accueillant les membres des médias. «La semaine a été difficile pour ma famille et tout ce à quoi je veux me consacrer présentement est l'équipe de hockey et la préparation pour les Jeux olympiques. L'attention devrait se porter sur ces athlètes qui ont travaillé toute leur vie pour aller aux Jeux. Maintenant, si vous avez des questions concernant le hockey, je serai heureux d'y répondre pendant toute la journée.»

Rick Tocchet, un adjoint de Gretzky, qui est l'entraîneur des Coyotes de Phoenix, est soupçonné de financer un réseau de paris illégaux qui aurait notamment accepté des paris d'une demi-douzaine de joueurs de la LNH et de Janet Jones, l'épouse de Gretzky. La police a bien dit toutefois que les parieurs n'ont enfreint aucune loi et ne seront pas poursuivis.

La première question de hockey posée à Gretzky a été de savoir si l'affaire des paris illégaux constituera une distraction pour son équipe à Turin... «Non, c'est différent de la LNH que vous suivez chaque jour, a-t-il répondu. Les athlètes aux Jeux olympiques sont passablement isolés.»

Gretzky a aussi affirmé qu'il n'a jamais parlé à Hockey Canada de la possibilité de ne pas aller à Turin.

«Non, il n'y a aucune raison pour ça, a-t-il assuré. Il n'y a rien à mon sujet dans cette histoire, c'est ce que j'essaie de vous faire comprendre. Je ne suis pas impliqué.»

«Aucune question au sujet de l'équipe masculine de hockey, messieurs?», a alors demandé un représentant de Hockey Canada qui est intervenu à plusieurs reprises.

Interrogé à savoir comment il pouvait garder sa concentration compte tenu des récents événements, Gretzky a répondu: «Oh je peux le faire. C'est vous autres, les gars, qui avez des problèmes. Pour moi, il n'y en a pas.»

Quant à savoir si son épouse pourrait demeurer en contrôle de la situation à Turin, Gretzky a répondu cette fois: «Vous voulez parler de hockey? Je vais répondre à toutes vos questions.»

Gretzky a ri et s'est écrié: «Oh Mon Dieu!», quand un journaliste lui a lancé que des rapports ont affirmé qu'il était un gros parieur à Las Vegas.

«Nous allons répondre seulement aux questions sur le hockey», est de nouveau intervenu le représentant de Hockey Canada.

Selon Gretzky, les membres d'Équipe Canada peuvent résister à n'importe quelle pression après avoir connu celle de jouer dans la LNH.

Le Canada disputera son premier match à Turin demain contre l'Italie.

«J'espère qu'on va gagner de nouveau la médaille d'or, c'est aussi simple que ça», a dit Gretzky quand on lui a demandé une prédiction.