Le sentiment du devoir accompli

Les joueurs du Canadien pourront profiter de la pause olympique avec le sentiment du devoir accompli. Le Tricolore a réalisé un beau redressement ces derniers jours pour se hisser seul au huitième rang, un point devant les Maple Leafs de Toronto, et deux points devant les Thrashers d'Atlanta et les Bruins de Boston, ex aequo au 10e rang.

En l'espace de huit jours, le Canadien a considérablement amélioré sa position au classement, l'équipe allant chercher huit points sur une possibilité de 10. En fait, le Tricolore a récolté au moins un point à ses cinq dernières rencontres.

Plusieurs joueurs ont contribué aux récents succès de l'équipe. Il y a évidemment Cristobal Huet qui a entrepris les six derniers matchs et qui a pris part à 11 des 12 dernières rencontres du Tricolore. Huet (6-5-3) a abaissé sa moyenne à 2,37, la huitième meilleure de la ligue, dans la défaite de 2-1 que le Canadien a subie aux tirs de barrage face aux Thrashers d'Atlanta. Mais surtout, il présente un taux d'efficacité de ,926, le troisième meilleur du circuit derrière Tim Thomas (,930) et Henrik Lundqvist (,927).

«Il ne cesse de m'étonner. Il joue bien depuis deux ou trois semaines. Il était prévu qu'il serait notre gardien numéro deux. Mais il nous lance le message qu'il veut être notre gardien numéro un, a dit l'entraîneur Bob Gainey après le match. Je m'attends toujours à une contre-performance de sa part un de ces soirs. Sauf qu'il est toujours solide.»

Komisarek en confiance

D'autres joueurs ont élevé leur jeu d'un cran. Mike Komisarek joue avec plus d'assurance depuis le départ de Rick Green. Le jeune défenseur prend de meilleures décisions même s'il lui arrive encore de cafouiller. Son temps d'utilisation a d'ailleurs augmenté considérablement. Face aux Thrashers, il a joué durant 19 minutes 40 secondes, associé à Andreï Markov, alors que sa moyenne de saison se situe sous les 14 minutes.

Radek Bonk est un autre qui joue mieux, enfin libéré de ses problèmes de santé. Après avoir été retranché durant deux matchs contre la Caroline et Boston, Bonk se veut un élément-clé en infériorité numérique tout en pivotant le quatrième trio complété par Steve Bégin et Aaron Downey. Samedi, les Thrashers ont été 0-en-7 en supériorité numérique. Bonk a joué 6 m 35 s à court d'un joueur. De plus, il a appliqué quatre mises en échec, un sommet chez le Canadien. La transaction qui a envoyé Mathieu Garon à Los Angeles en retour de Huet et Bonk n'apparaît donc plus aussi mauvaise.

De la vitesse

Alexander Perezhogin semble de plus en plus à l'aise à la gauche de Mike Ribeiro et d'Alex Kovalev. Le Russe profite enfin d'un temps d'utilisation qui lui permet de s'exprimer. Il est menaçant à chacune de ses présences et sa rapidité complète bien le jeu de Ribeiro et Kovalev, deux joueurs qui aiment bien contrôler la rondelle.