La fermeture du pont-tunnel inquiète des étudiants du cégep Édouard-Montpetit

Le directeur général du cégep Édouard-Montpetit, Sylvain Lambert, souligne de son côté que la majorité des étudiants de l’établissement sont des résidents de la Rive-Sud.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir

Le directeur général du cégep Édouard-Montpetit, Sylvain Lambert, souligne de son côté que la majorité des étudiants de l’établissement sont des résidents de la Rive-Sud.

Des étudiants du cégep Édouard-Montpetit à Longueuil qui doivent traverser le fleuve en direction de la Rive-Sud pour assister à leurs cours ou suivre leur stage s’inquiètent des répercussions des travaux du tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine qui se mettront en branle lundi.

Avec une seule voie disponible en direction sud, et deux en direction nord, la congestion routière sera au rendez-vous.

 

« Je vais au cégep chaque jour et je travaille à temps partiel la semaine. Je me demande si je vais devoir lâcher mon travail », confie Audrey-Anne Petit, qui réside à Repentigny et qui étudie en techniques d’hygiène dentaire.L’étudiante âgée d’une vingtaine d’années suit un stage à 8 h 10 les matins en semaine au cégep Édouard-Montpetit et quitte généralement son domicile vers 6 h 30. « Le trajet pour se rendre à destination prendra quatre fois plus de temps qu’à l’habitude, peu importe le chemin choisi », peut-on lire dans un message envoyé par sa coordonnatrice clinique lui donnant un avant-goût de ce qui l’attend.

L’étudiante se demande si elle devra trouver un toit temporaire sur la Rive-Sud, une option loin d’être idéale, et appréhende la journée de lundi. Elle déplore aussi un manque de communication de la part du cégep longueuillois. Comme d’autres étudiants dans sa situation, elle réclame des accommodements : le déplacement des stages à des heures différentes ou la possibilité de suivre des cours à distance, par exemple.

Je vais au cégep chaque jour et je travaille à temps partiel la semaine. Je me demande si je vais devoir lâcher mon travail.

 

« J’ai appelé au cégep de Terrebonne en prévision des travaux pour savoir si je pouvais changer vers leur programme, raconte-t-elle. Mais ils m’ont dit que non, ils ne prennent pas de nouveaux étudiants en milieu de programme. »

Une autre étudiante, qui réside à Charlemagne et utilise elle aussi le pont-tunnel, a souligné de son côté au Devoir qu’elle envisageait de manquer quelques cours matinaux ces prochaines semaines, le temps de réfléchir à ses options.

Le cégep se dit à l’affût

Le directeur général du cégep Édouard-Montpetit, Sylvain Lambert, souligne de son côté que la majorité des étudiants de l’établissement sont des résidents de la Rive-Sud.

Les premières semaines pourraient néanmoins s’avérer difficiles pour certains, concède-t-il, bien que la situation risque ensuite de se stabiliser. « C’est ce qu’on souhaite. […] On se met en mode veille à partir de la semaine prochaine pour voir comment ça se vit. On va s’adapter », dit-il.

« Si ça ne se place pas et qu’on se rend compte qu’il y a des mesures différentes à prendre, on va essayer de voir ce qu’on peut faire pour aider nos étudiants », ajoute-t-il, en soulignant que le personnel du cégep est aussi affecté et que la grogne se fera donc rapidement sentir si la situation est problématique.

Beaucoup d’autobus relient la station de métro Longueuil et le cégep Édouard-Montpetit, rappelle-t-il. « On travaille de près avec le Réseau de transport de Longueuil et on va les informer [si] ça génère une masse supplémentaire », souligne-t-il.

La question des accommodements risque par contre d’être difficile. « Après la pandémie, on est très content d’avoir ramené les gens chez nous », dit M. Lambert à propos de l’option des cours à distance. Et le modèle hybride, mélangeant étudiants en classe et étudiants à distance, n’est pas idéal, estime-t-il.

Mais il promet que son établissement évaluera la situation au cas par cas. « Nous sommes plus dans une logique d’accompagnement individuel pour voir jusqu’où on peut aller, dit-il. Chaque situation sera unique. 

 

À voir en vidéo