La facture du REM risque d’augmenter

À terme, le REM comportera 26 stations et s’étendra sur 67 kilomètres.
Paul Chiasson La Presse canadienne À terme, le REM comportera 26 stations et s’étendra sur 67 kilomètres.

Il faut s’attendre à une hausse des coûts du projet du Réseau express métropolitain (REM), a prévenu CDPQ Infra, vendredi, alors qu’était confirmé le report au printemps de la mise en service du premier tronçon du réseau entre Brossard et la Gare Centrale, à Montréal.

CDPQ Infra désire mettre à l’épreuve le REM à des tests à haute vitesse en conditions hivernales et s’assurer de sa fiabilité avant de mettre en service le train. Ces tests, qui doivent débuter à la fin du mois, auraient amené CDPQ Infra à inaugurer son service au milieu de l’hiver. Ce qui n’était pas « optimal », a soutenu vendredi le président et chef de la direction de CDPQ Infra, Jean-Marc Arbaud, alors qu’il faisait le point sur l’état d’avancement du projet.

Les tests opérés au cours des derniers mois pour vérifier la sécurité des composantes du REM se sont réalisés de « façon très satisfaisante », a affirmé M. Arbaud. Mais CDPQ Infra veut maintenant s’assurer de la fiabilité et de l’endurance de l’ensemble du système avant d’accueillir des passagers dans les trains, a-t-il expliqué.

Un surcoût encore à évaluer

Les deux dernières années ont été difficiles, a-t-il toutefois rappelé, en évoquant la pandémie et l’inflation, qui ont eu un impact sur les coûts d’approvisionnement auprès des fournisseurs, ainsi que les enjeux liés à l’état de dégradation du tunnel sous le mont Royal et la découverte de résidus de charges explosives dans cette infrastructure.

Ces aléas feront augmenter la facture du REM, a admis Jean-Marc Arbaud. Celui-ci n’a cependant pas été en mesure de chiffrer la hausse de coûts attendue. « C’est clair qu’il y aura une augmentation des coûts, et on fera une mise à jour [lors de la mise en service du REM], a-t-il dit. Soyez assurés qu’on gère ça de façon très rigoureuse. »

En juin 2021, CDPQ Infra avait annoncé que le coût du projet atteignait désormais 6,9 milliards de dollars.

Ce report de l’inauguration du REM n’aura pas nécessairement d’impact sur la mise en service des autres tronçons du REM, a assuré CDPQ Infra. « Les travaux avancent très bien et beaucoup a été effectué. On a franchi les parties les plus délicates qu’on pouvait avoir », a indiqué M. Arbaud.

Une option en moins

 

CDPQ Infra n’a pas été en mesure de préciser une date pour la mise en service d’un premier tronçon du REM au printemps, se limitant à dire que l’inauguration aurait lieu « le plus tôt possible ».

Rappelons que l’ensemble du réseau du REM, qui doit s’étendre jusqu’à l’ouest de l’île de Montréal, devrait être en service à la fin de 2024, à l’exception de l’antenne vers l’aéroport Montréal-Trudeau, dont l’échéancier sera confirmé ultérieurement.

Le report de la mise en service du REM survient alors que le ministère des Transports du Québec (MTQ) entreprend des travaux importants dans le tunnel Louis-Hippolyte-La Fontaine. Ils forceront la fermeture de trois voies sur six à compter du 31 octobre prochain et entraîneront des problèmes de congestion majeurs entre Montréal et la Rive-Sud. « Je suis très empathique vis-à-vis les différents problèmes qu’il peut y avoir à Montréal autour de ça, mais malheureusement, ce n’est pas réaliste d’ouvrir le système avant d’avoir passé un certain nombre d’étapes qui sont fondamentales sur le long terme », a soutenu Jean-Marc Arbaud.

L’annonce de nouveaux délais pour le REM a été accueillie avec déception par la mairesse de Montréal, Valérie Plante, dans le contexte des travaux pour le pont-tunnel. « Nous avons évidemment besoin d’offrir à la population d’autres options de transport que l’auto-solo », a reconnu son cabinet.

Au cabinet de la mairesse de Longueuil, Catherine Fournier, on souligne que le Réseau de transport de Longueuil (RTL) se préparait déjà à la possibilité d’un retard dans l’inauguration du REM. Des mesures supplémentaires pour faciliter la circulation sur le réseau local devront être examinées, a-t-on indiqué.

À voir en vidéo