Claude Provencher, architecte de Montréal, n’est plus

L'architecte est considéré comme l’un des instigateurs de la nouvelle architecture urbaine issue de la fin des années 1970 au Canada.
Photo: Frédérique Ménard-Aubin L'architecte est considéré comme l’un des instigateurs de la nouvelle architecture urbaine issue de la fin des années 1970 au Canada.

Le réputé architecte québécois Claude Provencher est décédé vendredi. Il avait 72 ans. La firme Provencher_Roy, qui a confirmé l’information dans un communiqué diffusé en début de soirée, a accueilli ce décès « avec énormément de tristesse ».

Après avoir obtenu son diplôme d’architecture à l’Université de Montréal en 1975, Claude Provencher a fait ses débuts dans le métier au sein de l’agence Papineau Gérin-Lajoie Le Blanc architectes. C’est là qu’il a rencontré l’architecte Michel Roy, avec qui il a fondé quelques années plus tard, en 1983, le cabinet Provencher_Roy. Leur bureau est devenu rapidement l’une des plus importantes firmes au Québec, proposant ses services tant en architecture et en urbanisme qu’en design urbain.

Au fil des années, l’équipe a fait sa marque ici et aussi à l’étranger. Mais c’est surtout à Montréal que l’on trouve la signature de Claude Provencher. Parmi les projets auxquels sa firme a travaillé — seule ou en collaboration —, on compte notamment le pavillon Claire et Marc Bourgie du Musée des beaux-arts, le musée Pointe-à-Callière, le pont Samuel-De Champlain, le CHU Sainte-Justine, l’îlot Balmoral de la place des Festivals, qui accueille l’ONF, et le stade Saputo. La firme a aussi participé à l’agrandissement et à la rénovation du Ritz-Carlton, de la Tour de Montréal, de l’aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau, du Casino ou encore de l’édifice Decelles de HEC Montréal.

« Passionné, enthousiaste, intuitif, constructif, émotif, Claude Provencher contribua de façon importante, par son esthétisme, son ouverture d’esprit et son engagement indéfectible, à notre patrimoine architectural », a rappelé la firme dimanche. « Aujourd’hui, on ne compte plus le nombre de bâtiments portant sa marque à Montréal. »

Considéré comme l’un des instigateurs de la nouvelle architecture urbaine issue de la fin des années 1970 au Canada, Claude Provencher plaçait l’environnement et l’architecture durable au cœur de sa pratique. Il accordait une importance toute particulière au mariage entre la modernité et le patrimoine, soucieux de créer des espaces urbains et de vie empreints de beauté et de qualité pour favoriser le mieux-être collectif.

Au cours de sa carrière, ses réalisations ont reçu de nombreux prix, dont le prix d’excellence du Gouverneur général, du Canadian Architect ou encore de l’Ordre des architectes du Québec. En 2021, Claude Provencher a été nommé chevalier de l’Ordre national du Québec, soit la reconnaissance la plus prestigieuse remise par l’État québécois. Cette récompense soulignait l’ensemble de son œuvre, mais aussi son engagement dans le milieu.

Membre de l’Académie royale des arts du Canada, fellow de l’Institut royal d’architecture du Canada et membre de l’Ordre des architectes du Québec et de l’Ordre des architectes de l’Ontario, Claude Provencher a en effet été très actif au sein de sa profession.

Entre 1999 à 2011, il a été membre et vice-président du Comité consultatif de l’urbanisme, du design et de l’immobilier de la Commission de la capitale nationale, à Ottawa. De 2009 à 2016, il a occupé le poste de commissaire et membre du comité des avis au Conseil du patrimoine culturel du Québec. Sans compter son implication dans différents comités universitaires et organismes faisant la promotion de l’excellence en architecture.

Claude Provencher laisse dans le deuil sa femme, Lucie Bouthillette, ses enfants et ses proches.

À voir en vidéo