Le réseau de bus de la Rive-Sud se prépare à l’arrivée du REM

Un train du Réseau express métropolitain est arrêté à la station de Brossard, en construction.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Un train du Réseau express métropolitain est arrêté à la station de Brossard, en construction.

L’arrivée prochaine du Réseau express métropolitain (REM) bouleverse déjà les habitudes de plusieurs sociétés de transport de la grande région de Montréal. Mais pour Exo, elle offre aussi l’occasion de refondre son service d’autobus sur la Rive-Sud pour faciliter les déplacements entre les villes de la région.

À l’heure actuelle, par exemple, un résident de Chambly qui souhaite utiliser le transport en commun pour se rendre à Candiac doit se rendre par bus jusqu’au centre-ville de Montréal avant de pouvoir emprunter une autre ligne en direction de sa destination. Il doit ainsi prévoir environ 80 minutes pour se déplacer entre ces deux villes, pourtant situées à moins de 30 km l’une de l’autre, a souligné le conseiller principal au développement des réseaux d’Exo, Julien Grégoire, lors d’une rencontre virtuelle à laquelle Le Devoir a pris part.

La mise en fonction du REM sur la Rive-Sud, prévue cet automne, devrait changer la donne : Exo pourra alors faire usage des autobus d’une quinzaine de lignes qui utilisent présentement le pont Samuel-De Champlain, auquel ils n’auront plus accès, pour assurer de nouvelles liaisons entre les différentes municipalités de la région.

« On voulait revoir la desserte pour qu’elle réponde mieux aux besoins de l’ensemble de la population [de la Rive-Sud] », a expliqué la directrice au développement des réseaux d’Exo, Catherine Beaulieu. Les heures de service seront aussi élargies le matin, le soir et la fin de semaine, a indiqué M. Grégoire.

Ainsi, au terme de cette refonte, un résident de Candiac désirant se rendre à Chambly en transport en commun pourrait emprunter un bus pour se rendre d’abord au terminal de Brossard, puis un autre vers sa destination. La durée totale de ce trajet serait alors de 35 minutes, entrevoit Exo.

« Le terminus de Brossard du REM va devenir notre grand terminal central d’Exo. On va avoir une vingtaine de lignes qui vont s’y rabattre, ce qui va permettre de mieux connecter la couronne sud. Ça va devenir une espèce de pôle d’échanges central sur la Rive-Sud », a précisé M. Grégoire. Les déplacements à l’intérieur de la région seront aussi facilités dans les environs de Longueuil, depuis la station Panama, a-t-il ajouté.

L’ensemble des lignes de bus d’Exo (qui en compte plus de 230 à travers les banlieues nord et sud de la métropole) feront l’objet d’une refonte. Cette première étape se limitera toutefois à une douzaine de municipalités de la Rive-Sud qui seront directement affectées par l’arrivée de la première phase du REM.

La réforme permettra de multiplier les trajets vers les stations Brossard et Panama du REM, entre autres, mais aussi vers plusieurs quartiers industriels et vers les établissements scolaires de la région, qui connaît un boom démographique et économique.

Sur l’accès facilité des résidents de la Rive-Sud au centre-ville de Montréal, Exo n’a pas voulu s’avancer. « Ce ne sera pas nécessairement plus vite, mais ce ne sera pas plus long », a laissé tomber Mme Beaulieu lorsque questionnée par Le Devoir à ce sujet.

À voir en vidéo