Explosion des coûts pour la place des Nations

La place des Nations avait été créée dans la foulée du réaménagement de l’île Sainte-Hélène pour l’Exposition universelle de 1967.
Photo: Payton Chung Creative Commons La place des Nations avait été créée dans la foulée du réaménagement de l’île Sainte-Hélène pour l’Exposition universelle de 1967.

La place des Nations, située dans le parc Jean-Drapeau, doit faire l’objet d’importants travaux de restauration, mais les coûts du projet grimpent en flèche. La facture vient de passer de 46 millions à près de 75 millions de dollars.

Laissée à l’abandon depuis des années et convertie en site d’entreposage, la place des Nations est dans un piètre état et son réaménagement est dans les cartons depuis des années. En 2013, le maire Denis Coderre avait mis de côté ce projet pour privilégier la construction d’un amphithéâtre naturel de 65 000 places dans le parc, qui avait coûté 73 millions de dollars et avait conduit à l’abattage de 1000 arbres.

Le projet de revitalisation de la place des Nations a par la suite été remis sur les rails. En avril 2020, le conseil municipal a approuvé un règlement d’emprunt de 46 millions de dollars pour la mise en valeur du site et la mise aux normes des équipements.

Les coûts viennent de grimper à 74,8 millions. Lors de leur réunion hebdomadaire mercredi, les membres du comité exécutif ont approuvé l’augmentation de l’emprunt. « Le montant initial de 46 millions de dollars était basé sur une hypothèse budgétaire, alors que le montant de 74,8 millions est une estimation plus détaillée à la suite de la phase avant-projet », précisent les documents fournis aux élus.

Plusieurs éléments ont été ajoutés au projet, ce qui a eu pour effet de gonfler la facture. Il s’agit notamment d’infrastructures et d’équipements électromécaniques, du prolongement de la promenade riveraine, de l’ajout d’une station de filtration au lac des Cygnes et de l’aménagement de l’espace sous le pont de la Concorde.

« L’ampleur du projet de réhabilitation du secteur de la place des Nations a été réévaluée et comprend maintenant le lac des Cygnes, les berges et la promenade riveraine environnante. L’aménagement d’une promenade riveraine permettra d’optimiser les services d’accueil, de sécurité et de transports actifs et collectifs », a expliqué le cabinet de la mairesse Valérie Plante, dans une déclaration transmise au Devoir.

Le comité exécutif a aussi donné son aval à un emprunt de 35,7 millions de dollars pour des travaux d’aménagement dans le secteur du mont Boullé au parc Jean-Drapeau. Les travaux prévus portent notamment sur la réfection des sentiers asphaltés, la restauration des étangs, la transformation de stationnements en espaces verts, la réfection de la tour de Lévis et celle de la grande poudrière. « L’aménagement du secteur du mont Boullé permettra de préserver, de réhabiliter et de mettre en valeur des éléments bâtis et paysagers à forte valeur patrimoniale en plus d’assurer la conservation de l’intégrité écologique de l’une des principales forêts d’intérêt de Montréal », souligne-t-on du côté de l’administration Plante.

Rappelons que la place des Nations avait été créée dans la foulée du réaménagement de l’île Sainte-Hélène pour l’Exposition universelle de 1967. Elle avait notamment servi à l’accueil des dignitaires. Elle était aussi utilisée comme espace public pour la présentation de spectacles.

À voir en vidéo