La STM bloque l'accès à des bancs à la station de métro Bonaventure

La STM a couvert les bancs de la station de métro Bonaventure de panneaux de contreplaqué.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir La STM a couvert les bancs de la station de métro Bonaventure de panneaux de contreplaqué.

À la suite de plaintes de clients, la Société de transport de Montréal (STM) a couvert de panneaux de contreplaqué des bancs longeant un corridor de la station de métro Bonaventure, ce qui empêchera les itinérants de s’y réunir.

Par courriel, la STM a invoqué la pandémie de COVID-19 et précisé que cette mesure avait été mise en place « améliorer la fluidité dans ce corridor et contribuer au respect d’une distanciation physique adéquate ».

Elle a indiqué qu’une « problématique » avait été observée à cet endroit après un signalement par des employés et des plaintes d’usagers du métro.

C’est le conseiller Benoit Langevin, d’Ensemble Montréal, qui a dénoncé la situation en publiant des photos sur Twitter mercredi après-midi. Il a reproché à l’administration de Valérie Plante d’autoriser ce type d’intervention qui empêchera les sans-abri de venir se réchauffer à cet endroit.

Au cabinet de la mairesse Plante, on précise que seuls les bancs situés dans un corridor étroit et très achalandé de la station de métro ont été condamnés car ils ne permettaient pas une distanciation physique. Depuis le début de la pandémie, des rubans incitaient déjà les passants à ne pas s’y installer, ajoute-t-on. « La STM a toujours fait preuve de tolérance envers les personnes en situation d’itinérance, et c’est particulièrement vrai depuis le début de la pandémie », a indiqué le directeur des communications du cabinet de la mairesse, Youssef Amane. « Ces aménagements ne concernent pas le reste de la station Bonaventure, qui demeure accessible. […] Le conseiller Langevin aurait pu simplement valider ces informations auprès de la STM avant de partir en peur. »

La STM a précisé avoir avisé les organismes partenaires qui œuvrent auprès des sans-abri ainsi que le commissaire à l’itinérance, Serge Lareault. « La station Bonaventure fait déjà l’objet d’interventions spécifiques par des équipes spécialisées, en collaboration avec la Société de développement social, dans le cadre des mesures prévues à notre plan hivernal », a rappelé Philippe Déry, porte-parole de la STM.

En 2014, des pics installés en bordure d’une vitrine de commerce pour empêcher les itinérants et les flâneurs de s’y reposer avaient suscité un tollé. Le maire Denis Coderre était intervenu pour les faire enlever.

Plus récemment, en juillet dernier, la Ville de Montréal avait retiré un banc public installé au square Cabot qui empêchait les itinérants de s’y allonger et qui limitait le temps de repos à 15 minutes. « Il s’agit de vieux bancs mis en place par la précédente administration, que j’ai abondamment condamnés. Ce banc n’a pas sa place dans les environs du square Cabot parce qu’il participe à la stigmatisation des personnes en situation d’itinérance », avait alors soutenu la mairesse Plante.

À voir en vidéo