L’impact du tramway sur Limoilou se précise

Au-delà du Vieux-Limoilou vers Charlesbourg, l’impact du tramway sur la circulation s’annonce moindre.
Photo: Ville de Québec Au-delà du Vieux-Limoilou vers Charlesbourg, l’impact du tramway sur la circulation s’annonce moindre.

Dans le secteur Limoilou à Québec, le futur tramway va bouleverser les habitudes de circulation de façon importante, notamment dans les ruelles qui voisinent le parcours.

Le passage du tramway dans le Vieux-Limoilou pose un « défi particulier », a résumé l’équipe du bureau de projet lors d’une présentation à huis clos pour les médias, jeudi matin.

Le tramway doit circuler sur une voie dédiée au centre de la 1re Avenue. Or au sud du Centre Vidéotron, le manque d’espace fait en sorte que les voitures ne pourront circuler qu’en direction sud.

Certaines rues perpendiculaires à la 1re avenue vont dès lors être transformées en culs-de-sac (entre la 7e et la 12e rue) ou une partie de la circulation locale va être déplacée vers les ruelles les plus rapprochées de la 1re Avenue. Les travaux dans ce secteur devraient débuter au printemps 2023.

En contrepartie, la Ville propose aux résidents touchés de repaver ces ruelles avec un design mêlant béton et gazon, en plus de verdir les abords de l’allée. Elle propose également de faire des culs-de-sac des espaces verts de socialisation en plus de défrayer les coûts du déneigement actuellement assumés par les résidents.

Le sort des propriétaires qui vivent sur la 1re Avenue dans ce secteur reste quant à lui incertain. Refusant de parler « d’expropriations », le directeur du bureau de projet, Daniel Genest a indiqué que des « acquisitions » sont toujours au programme, mais n’a pas voulu dire combien de résidences sont touchées.

En conférence de presse, le maire Régis Labeaume a soutenu que les rues du Vieux-Limoilou allaient être plus « calmes » en dépit du détournement des voitures de la 1re avenue vers le reste du quartier. « La capacité d’aménager les fins de rue, les ruelles comme telles, moi je pense que ça va apaiser le quartier. La circulation de transit par les ruelles, moi je ne crois pas à ça. […] En principe, il va y avoir moins de circulation de transit par les locaux. »

Selon des données fournies par la ville, la moitié des résidents du Vieux-Limoilou recourent déjà au transport actif pour circuler matin et soir.

Pour le chef de l’opposition Jean-François Gosselin, les changements proposés pour les ruelles risquent de « dénaturer l’âme de Limoilou ».

Abandon du centre d’exploitation

Le bureau de projet s’attend par ailleurs à ce qu’une majorité des voitures circulant normalement en direction nord, troque la 1re Avenue pour l’autoroute Laurentienne. Cela aurait un impact « marginal » sur la congestion, puisqu’on parle de 200 véhicules à l’heure sur une capacité de 6000, a fait valoir le directeur du bureau de projet, Daniel Genest.

Au-delà du Vieux-Limoilou vers Charlesbourg, l’impact du tramway sur la circulation s’annonce moindre, puisque la 1re Avenue est plus large et permet aux voitures de circuler dans les deux directions de part et d’autre du tramway. Par contre, le virage à gauche ne sera pas possible non plus dans ces secteurs aux intersections avec la 1re Avenue.

Rappelons que le Réseau structurant est un projet de transport collectif de 3,3 milliards de dollars qui prévoit l’ajout d’une ligne de tramway de 22 kilomètres, de trambus et d’infrastructures dédiées. L’échéancier prévoit que le chantier débute en 2022 et que le réseau complet soit mis en service en 2026.

Le Bureau de projet a par ailleurs annoncé qu’il n’allait pas construire de centre d’entretien du matériel roulant à la hauteur de la 41e rue comme prévu, et qu’il se contentera de celui prévu dans le secteur Chaudière à l’extrémité ouest du parcours.

Cette annonce a suscité l’inquiétude de Jean-François Gosselin du parti Québec 21 qui craint qu’il faille plus de temps pour régler les pannes de services avec un seul centre à l’extrémité du trajet. « S’il y a un bris dans l’Est, la moitié du tramway va être paralysée », a-t-il plaidé.

Malgré l’abandon du projet de centre sur la 41e rue, la Ville a décidé d’acquérir les emprises d’Hydro-Québec à cet endroit pour y construire des habitations. Déjà 15 millions $ ont été libérés pour financer ce projet qui permettrait de relier les quartiers de Lairet et Saint-Rodrigue.