Les magasins et les ateliers de réparation de vélo pourront rester ouverts

C’est un soulagement pour la communauté cycliste qui avait vu avec consternation les boutiques de réparation de vélo fermer une à une la semaine dernière.
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir C’est un soulagement pour la communauté cycliste qui avait vu avec consternation les boutiques de réparation de vélo fermer une à une la semaine dernière.

Les magasins et ateliers de réparation de vélo seront finalement considérés comme un service essentiel au Québec. Le gouvernement a fait marche arrière et décidé de les ajouter dans sa liste, après les nombreuses démarches en ce sens d’organismes, citoyens, députés et élus municipaux.

« Je suis très contente que le gouvernement ait ajouté cet oubli dans sa liste. C’est essentiel en temps de crise, en temps de pandémie, de pouvoir utiliser son vélo pour se déplacer et donc d’être capable de le faire réparer », indique au Devoir directrice générale de Vélo Québec, Suzanne Lareau.

Dans un arrêté ministériel daté du 1er avril, le ministère de la Santé et des Services sociaux indique que les « Ateliers de réparation de vélos » seront ainsi ajoutés dans la rubrique des « Services prioritaires de transport et logistique ». On y trouvait déjà les garages de réparation de voitures, camions et autres équipements spécialisés.

La mesure ajoutée au décret est entrée en vigueur à midi, mercredi. 

C’est un gros soulagement pour la communauté cycliste qui avait vu avec consternation les boutiques de réparation de vélo fermer une à une la semaine dernière. Plus tôt cette semaine, plusieurs personnes avaient expliqué au Devoir se sentir plus en sécurité sur leur vélo que dans le transport en commun.

« Ça n’a aucun sens ! C’est oublier que de nombreuses personnes en ville n’ont pas de voiture et qu’en ce moment, beaucoup ont peur de prendre le transport collectif », avait souligné Daniel Lambert, porte-parole de la Coalition vélo Montréal, la semaine dernière.

Rappelons que dans sa lutte contre le coronavirus, Québec avait ordonné le 23 mars la fermeture de tous les commerces et services non essentiels jusqu’au 13 avril. Sa liste d’exemption ne faisait aucune mention des ateliers de vélos.