La STM ne contrôlera pas les titres de transport dans ses autobus

La STM précise que le service de transport en autobus du réseau n’est pas gratuit, même si l’organisation ne vérifie plus la validité des titres de transport.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La STM précise que le service de transport en autobus du réseau n’est pas gratuit, même si l’organisation ne vérifie plus la validité des titres de transport.

La Société de transport de Montréal (STM) a décidé de ne plus contrôler les titres de transport des usagers qui utilisent les autobus jusqu’à nouvel ordre, en raison de la crise de la Covid-19. Les passagers devront désormais monter à bord en empruntant la porte arrière, une mesure prise pour protéger les chauffeurs des autobus.

La STM précise que le service de transport en autobus du réseau n’est pas gratuit, même si l’organisation ne vérifie plus la validité des titres de transport.

« Il est toujours requis de posséder un titre de transport valide pour utiliser notre réseau de transport. Mais puisque l’embarquement dans le bus s’effectue par la porte arrière dorénavant, il n’est pas possible de valider son titre à bord du bus », explique le conseiller corporatif, affaires publiques à la STM, Philippe Déry.

Qui plus est, les usagers devront « laisser libre le siège à l’arrière du chauffeur en tout temps » et éviter d’obstruer la porte et le couloir situés à l’avant du véhicule.

Ces mesures exceptionnelles ont été prises dans la foulée des demandes formulées au cours des derniers jours par les chauffeurs des autobus, dans le contexte de la crise de la Covid-19. Outre le fait d’obliger les passagers à entrer par les portes arrière, ils ont demandé que le siège avant droit de l’autobus ne soit plus utilisé et qu’à bord des véhicules, les passagers se tiennent à une distance d’un mètre des chauffeurs. Ils souhaitaient aussi que la perception soit suspendue et qu’ils puissent porter des gants ainsi que des masques dans certains cas.

Dans le réseau du métro, qui demeure ouvert, la STM précise que l’achat de titres est possible uniquement par l’entremise des distributrices automatiques.

   

La Société de transport de Laval (STL) a elle aussi décrété que l’embarquement à bord des autobus se fera par la porte arrière, mais aussi qu’il n’est pas nécessaire de faire valider le titre de transport.

« Afin de minimiser les risques de transmission du virus pour nos chauffeurs, l’embarquement et le débarquement se feront désormais par la porte arrière de l’autobus, à l’exception de la clientèle à mobilité réduite », a également indiqué mardi la Régie de transport de Longueuil.

Les sociétés de transport ont par ailleurs augmenté la fréquence des nettoyages de leurs véhicules, y compris des rames de métro, dans la foulée de la menace de la Covid-19, dont on recensait 63 cas mardi, selon le bilan gouvernemental.