Les usagers de la STM demeurent calmes

La santé publique a annoncé mardi que la quatrième personne déclarée positive au coronavirus au Québec a utilisé les transports collectifs le 6 mars et le 24 février.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir La santé publique a annoncé mardi que la quatrième personne déclarée positive au coronavirus au Québec a utilisé les transports collectifs le 6 mars et le 24 février.

Les usagers du transport en commun de Montréal ne s’inquiètent pas outre mesure qu’une personne infectée par le coronavirus ait récemment emprunté le métro et un autobus de la Rive-Sud. La STM préfère toutefois prendre ses précautions et lavera désormais ses wagons, autobus et minibus adaptés au moins deux fois par semaine.

« Ça fait peur de voir des grosses annonces à la télé et de n’entendre parler que du [coronavirus]. Mais je ne vais pas arrêter de prendre le métro, la vie continue », confie Maria, qui attendait le métro sur le quai de la station Berri-UQAM mardi en fin d’après-midi. Elle venait justement de voir défiler sur les écrans accrochés dans la station les dernières nouvelles sur l’état de l’épidémie dans la province.

La santé publique a annoncé mardi que la quatrième personne déclarée positive au coronavirus au Québec a utilisé les transports collectifs le 6 mars et le 24 février. Elle a pris le métro entre Longueuil et Champ-de-Mars en passant par Berri-UQAM, ainsi que le bus 88 entre Longueuil et Mountainview.

Mais la nouvelle ne semble pas avoir inquiété les usagers du transport en commun croisés par Le Devoir en pleine heure de pointe mardi.

« Je ne m’inquiète pas avec ça. En plus, n’importe quelle infection peut être dangereuse et tuer des personnes âgées ou fragiles », fait remarquer Nathalie Saint-Pierre. La jeune femme estime qu’il y a présentement « un régime de peur » autour du virus qui rend certaines personnes plus anxieuses.

Un avis partagé par Denis, qui travaille pour la Société de transport de Montréal (STM) comme agent de circulation à l’heure de pointe. « Je trouve que les médias en font tout un plat, dit-il. Oui, c’est du sérieux, mais il faut continuer à vivre pareil, je ne resterai pas enfermer chez nous certain. »

De son côté, Alex Luna confie avoir adopté certaines précautions depuis un mois. « Je n’ai pas vraiment peur, mais instinctivement je m’approche moins des gens dans le métro et je garde mes gants pour toucher la barre d’appui ». Il ne se dit pas assez préoccupé pour renoncer à prendre le métro.

Après l’annonce des autorités sanitaires, la STM a, elle, préféré adopter certaines mesures de prévention. « La fréquence de nettoyage des bus, minibus du transport adapté, trains et stations, qui était déjà depuis une semaine aux sept jours, sera augmentée », a indiqué Philippe Déry, conseiller corporatif aux affaires publiques de la STM.

Des lingettes désinfectantes seront également distribuées à tous les agents de station, les opérateurs et les chauffeurs du réseau.