Voies ferrées bloquées: le CN pourrait fermer son réseau

La voie ferrée est bloquée depuis plusieurs jours près de Belleville, en Ontario, par des manifestants opposés au projet de gazoduc Coastal GasLink.
Photo: Lars Hagberg La Presse canadienne La voie ferrée est bloquée depuis plusieurs jours près de Belleville, en Ontario, par des manifestants opposés au projet de gazoduc Coastal GasLink.

La Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) a indiqué mardi qu’elle pourrait être forcée de fermer des portions « importantes » de son réseau canadien à moins que les blocages sur ses lignes ferroviaires ne soient levés.

La société de Montréal a indiqué que les blocages qui ont lieu près de Belleville, en Ontario — sur la seule voie principale reliant l’Ouest canadien à l’est du Canada et reliant l’est du Canada au centre des États-Unis — et sur la voie principale du CN entre Prince George et Prince Rupert, en Colombie-Britannique, avaient des répercussions sur le transport de marchandises.

Aucun train de marchandises ou de voyageurs ne circule actuellement à ces deux endroits, a précisé le CN, et des centaines de départs de trains ont été annulés depuis le début des blocages, il y a cinq jours.

Les manifestants bloquent les voies en soutien aux chefs héréditaires de la nation Wet’suwet’en, qui s’opposent à la construction du gazoduc Coastal GasLink dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique.

Selon le transporteur ferroviaire, outre son impact au pays, la situation nuit à la réputation du Canada « en tant que partenaire stable et viable de la chaîne d’approvisionnement ».

Le CN stationne des trains sur son réseau, a expliqué dans un communiqué le chef de la direction de l’entreprise, Jean-Jacques Ruest, mais en raison de l’espace limité disponible, la société « n’aura d’autre choix que d’interrompre temporairement le service dans les principaux corridors » si les blocages ne prennent pas fin.