La grève est déclenchée aux aéroports Montréal-Trudeau et Mirabel

La grève des employés de Swissport, chargés du ravitaillement des avions aux aéroports <span style=Pierre-Elliott-Trudeau et Mirabel, a été déclenchée à 11 h, mardi matin." height="530" width="828" class="img-responsive">
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne La grève des employés de Swissport, chargés du ravitaillement des avions aux aéroports Pierre-Elliott-Trudeau et Mirabel, a été déclenchée à 11 h, mardi matin.

La grève des employés de Swissport Canada, chargés du ravitaillement des avions aux aéroports Pierre-Elliott-Trudeau et Mirabel, a été déclenchée à 11 h, mardi matin. Les autorités aéroportuaires affirment que les opérations sont maintenues, mais que le conflit de travail pourrait occasionner des retards.

Le Conseil canadien des relations industrielles est intervenu dans cette affaire le jour même, à la suite d’une plainte de Swissport Canada accusant le syndicat d’avoir négocié de mauvaise foi. Le tribunal n’a pas accédé à la demande de l’entreprise de suspendre provisoirement le droit de grève des syndiqués, mais leur a ordonné de reprendre immédiatement les négociations à partir de la plus récente entente de principe.

Vendredi soir, les travailleurs avaient rejeté dans une proportion de 90 % cette entente, dont la conclusion quelques jours plus tôt avait permis d’éviter un premier débrayage prévu à Noël. Pas moins de 99 % d’entre eux ont ensuite appuyé la grève, selon l’Association internationale des machinistes et des travailleurs de l’aérospatiale (AIMTA).

Swissport reproche à l’AIMTA d’avoir ensuite présenté des demandes dont le coût est estimé à plus du double de ce qui avait été convenu dans l’entente de principe.

En entrevue téléphonique avec La Presse canadienne, le porte-parole syndical Peter Tsoukalas a pour sa part accusé l’employeur d’avoir concentré ses ressources sur des procédures judiciaires plutôt que sur les pourparlers.

Il a souligné que, dans un geste de bonne foi, les syndiqués avaient complété le ravitaillement des appareils avant d’entrer en grève. Ils comptent piqueter de nouveau mercredi.

Les employés concernés sont une centaine de ravitailleurs d’aéronefs, de répartiteurs, de travailleurs d’entretien d’installations de stockage de carburant et de mécaniciens. Leur contrat de travail est échu depuis le mois d’août.

Swissport Canada est le seul fournisseur de carburant des transporteurs aériens aux deux aéroports. L’entreprise établie à Zurich, en Suisse, appartient au conglomérat chinois HNA Group Co. Ltd.

Dans un communiqué transmis mardi matin, Aéroports de Montréal (ADM) a confirmé que les cadres assureraient la poursuite des activités à l’aéroport Montréal-Trudeau.

« Swissport Fuelling assure avoir les ressources nécessaires pour effectuer le ravitaillement des aéronefs à YUL et à YMX », a-t-on ajouté, en invitant toutefois les voyageurs à vérifier le statut de leur vol avant de se déplacer.

Le site web de l’aéroport Montréal-Trudeau a affiché plusieurs vols retardés tout au long de la journée, mais une porte-parole les a plutôt attribués aux mauvaises conditions météorologiques.

« Malgré l’intention de Swissport d’avoir recours à des briseurs de grève pour réaliser le travail, les activités des deux aéroports risquent d’être perturbées », a pour sa part signalé l’AIMTA dans un communiqué.

Le jour de l’An est une journée plutôt tranquille dans les aéroports du pays, mais le flot de passagers augmente rapidement dès la première semaine de janvier.