La piste cyclable du pont Jacques-Cartier sera déneigée

Des tests de déneigement avaient été réalisés à l’hiver 2017-2018, mais ils n’avaient pas permis d’assurer la circulation sécuritaire des vélos, selon la société responsable du pont.
Photo: Courtoisie / Association des piétons et cyclistes du pont Jacques-Cartier Des tests de déneigement avaient été réalisés à l’hiver 2017-2018, mais ils n’avaient pas permis d’assurer la circulation sécuritaire des vélos, selon la société responsable du pont.

La piste cyclable du pont Jacques-Cartier sera déneigée cet hiver, mais seulement 25 cyclistes — qui devront s’être inscrits au préalable — pourront l’emprunter dans le cadre d’un projet pilote, a annoncé jeudi la société Les Ponts Jacques-Cartier et Champlain incorporée (PJCCI).

Des tests de déneigement avaient été réalisés à l’hiver 2017-2018 au coût de 1,4 million de dollars, mais ils n’avaient pas permis d’assurer la circulation sécuritaire des vélos, selon la société responsable du pont. La piste était donc demeurée fermée l’hiver dernier.

À l’approche de la saison froide, PJCCI a fait savoir jeudi qu’elle réalisera un projet de simulation d’exploitation hivernale afin de tester des protocoles d’entretien et de surveillance. Ainsi, elle déneigera et déglacera la piste cyclable de trois kilomètres tout l’hiver et les cyclistes qui comptent emprunter la piste de façon régulière pourront s’inscrire pour participer au projet. Leur nombre sera toutefois limité à 25.

« Ça se fera sur la base du premier arrivé, premier servi », a précisé Nathalie Lessard, directrice des communications à PJCCI.

« Deux fois par jour, on leur communiquera l’état de la piste. Par exemple, avant l’heure de pointe du matin, ils vont recevoir un courriel qui indiquera si la piste est ouverte ou non. »

Les cyclistes volontaires devront porter un dossard pour accéder à la piste et posséderont une clé pour ouvrir la barrière.

Une navette sera aussi en fonction pour transporter les autres cyclistes d’une rive à l’autre.

Le coût du projet s’élèvera à 703 000 $, dont 250 000 $ pour le contrat de déneigement et 250 000 $ pour la navette.

PJCCI procède avec prudence en raison des particularités des lieux.

« La piste est très étroite. Les pentes sont fortes et les virages, abrupts. Il vente fort et les conditions climatiques sont très changeantes, a expliqué Mme Lessard. On veut évaluer quel niveau de service on peut donner. Est-ce que la piste va être ouverte 25 % du temps ? 50 % ? Ou 85 % ? Il faut aussi tenir compte des coûts. C’est tout ça qu’il faut analyser cette année. »

Projet bien accueilli

Depuis des années, les cyclistes et piétons des deux côtés du fleuve Saint-Laurent demandent que la piste multifonctionnelle soit accessible tout au long de l’année.

L’Association des piétons et cyclistes du pont Jacques-Cartier est satisfaite. « Pour nous, c’est un pas en avant parce que les usagers sont impliqués dans le projet-pilote », a dit le président du groupe, François Démontagne. Il est toutefois déçu que les piétons, qui sont à l’origine de 30 % des passages, soient exclus du projet.

La p.-d.g. de Vélo Québec, Suzanne Lareau, salue aussi la décision de la société fédérale.

« Mais il faudra qu’après le projet-pilote, on ouvre la piste toute l’année. On ne sera pas en projet-pilote pendant 10 ans. »

À l’instar de M. Démontagne, elle ne s’offusque pas outre mesure du nombre peu élevé de cyclistes testeurs.

À ceux qui seraient tentés de calculer le coût du déneigement par cycliste, elle a cette réponse : « Il ne faut pas regarder le coût par cycliste. On veut tester des techniques de déneigement. Il y a bien d’autres services où c’est très cher et on ne nous ventile jamais les coûts. On serait étonnés de ce que ça coûte. »