Plaidoyer pour que le Québec cesse de s'étaler

Inscrite dans le plan d’action de la Stratégie Centre-ville de Montréal, la densification est déjà une tendance lourde dans la province.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Inscrite dans le plan d’action de la Stratégie Centre-ville de Montréal, la densification est déjà une tendance lourde dans la province.

Devant l’urgence climatique, citoyens, élus et professionnels interpellent le gouvernement Legault sur la nécessité de réduire le bilan carbone des villes et des municipalités du Québec. L’heure n’est donc plus à l’étalement, mais à la densification de nos milieux de vie, plaident-ils dans une déclaration lancée lundi.

« La crise environnementale, couplée à la désuétude de plusieurs de nos infrastructures et à la pression démographique et foncière, impose une requalification de nos villes et villages », résume au Devoir Milèna Cahen-Fourot, urbaniste-conseil à l’Ordre des urbanistes du Québec (OUQ), l’un des treize signataires et porte-parole. « Pour chaque nouveau projet, nous avons donc une occasion à saisir et une responsabilité vis-à-vis des générations futures d’aménager autrement. »

83%
C’est la part de la croissance démographique captée par les banlieues de la région montréalaise entre 2006 et 2016.

Pour y parvenir, le collectif formé entre autres de conseillers municipaux, d’architectes et d’urbanistes y va de ses propositions pour Québec. Le gouvernement doit ainsi prôner la création d’écoquartiers et une conservation plus accrue des milieux humides et agricoles, souvent dans la mire de promoteurs immobiliers.

Les signataires demandent aussi à l’État qu’il adopte une Politique nationale d’aménagement du territoire et de l’urbanisme. Celle-ci doit se fonder « sur les principes du développement urbain durable », qui inclut la densification afin de réduire notre facture énergétique.

Cette façon d’aménager apparaît de plus en plus comme un antidote à prioriser pour répondre aux problèmes créés par l’étalement urbain. Et signe que cette solution occupe les esprits, l’Ordre des architectes du Québec (OAQ) organise mardi à Montréal un forum sur la densité urbaine, en collaboration avec l’OUQ.

« Il y a un nombre croissant de projets immobiliers où plusieurs sites sont appelés à être requalifiés », explique la présidente de l’OAQ, Nathalie Dion, citant en exemple les sites de Radio-Canada, de Molson et le vaste secteur Bridge-Bonaventure. « L’Ordre juge[ait] essentiel de réunir élus, promoteurs et professionnels pour réfléchir aux meilleures manières d’occuper ces sites et de les densifier adéquatement », dit-elle.

Le réflexe de s’étaler

Inscrite dans le plan d’action de la Stratégie Centre-ville de Montréal, dans le Schéma d’aménagement de l’agglomération de Québec et dans le plan métropolitain d’aménagement depuis 2011, la densification est déjà une tendance lourde dans la province.

« Comme on prend conscience que nos comportements peuvent avoir des conséquences sur l’environnement et qu’il faut essayer de les minimiser, la densification des villes apparaît comme une façon de limiter l’impact de notre empreinte écologique », explique Jean-Philippe Meloche, professeur à la Faculté d’aménagement de l’Université de Montréal

Les banlieues créent présentement des quartiers à haute densité dans des champs de patates, au carrefour d’autoroutes et avec aucune possibilité de structurer des déplacements en commun ou actifs. Autrement dit, on fait des tours avec d'immenses stationnements autour.

Et pourtant, les banlieues autour de Montréal ont connu une forte croissance démographique au cours de la dernière décennie. Elles ont accaparé 83 % de la croissance démographique de la région métropolitaine entre 2006 et 2016, selon le Conseil canadien d’urbanisme.

« Au Québec, ça fait partie de nos moeurs que de se développer par étalement », lance le professeur Meloche. Selon lui, il faut d’abord s’attaquer de front à ce « réflexe » hérité du siècle dernier avant de pouvoir véritablement envisager la densification urbaine. Le problème, c’est que bon nombre de municipalités continuent de s’étendre, renchérit CatherineBoisclair de l’organisme Vivre en ville. « Elles autorisent encore aujourd’hui des projets immobiliers sur leurs milieux naturels et parfois même sur des terres agricoles », déplore-t-elle.

Et en injectant d’importantes sommes dans les infrastructures routières sans instaurer de péages, par exemple, le gouvernement encourage les gens à s’installer « à bas prix » loin des grands centres où ils travaillent, ajoute M. Meloche. « Le coût de l’étalement est reporté sur l’ensemble de la population et non pas uniquement sur ceux qui choisissent de s’étaler. »

L’économiste de formation estime d’ailleurs que les villes qui densifient leur territoire en ne bonifiant que le nombre de logements par hectare font fausse route. De cette manière, elles évitent de transformer notre dépendance à l’auto solo. « Les banlieues créent présentement des quartiers à haute densité dans des champs de patates, au carrefour d’autoroutes et avec aucune possibilité de structurer des déplacements en commun ou actifs, lance-t-il. Autrement dit, on fait des tours avec d’immenses stationnements autour. »

La densification urbaine ne doit pas être vue que par le prisme d’un chiffre à atteindre, souligne Catherine Boisclair de Vivre en ville. « L’idée, ce n’est pas juste de construire quelque chose de très, très dense. C’est plutôt de construire des quartiers complets avec des commerces de proximité et une offre de transport diversifiée, dit-elle. Et pour que tout ça soit dynamique, on veut des gens qui vivent dans ces quartiers-là. »

L’architecte Pierre Corriveau note quant à lui que la densification d’un quartier va bien au-delà du fait d’y construire une tour de 30 étages. Le Plateau-Mont-Royal est particulièrement dense, mais cette densification dépasse rarement les trois étages, fait-il remarquer. Les rangées de triplex colorés de cet arrondissement remportent d’ailleurs la palme de la densité à Montréal, devant les gratte-ciel élancés de Griffintown.

En périphérie, les nombreux stationnements offrent pour leur part de belles occasions de densification. M. Corriveau prend l’exemple du boulevard Taschereau sur la Rive-Sud, dans la région de Montréal, « un site extraordinaire ». L’architecte, qui succédera à Nathalie Dion à la présidence de l’OAQ, fait le pari qu’une offre bonifiée de transport collectif réduirait les besoins en stationnement. « On se retrouverait avec des flaques énormes le long du boulevard pouvant être réaménagées pour le mieux. »

Revoir les pratiques

Pour beaucoup de municipalités québécoises, la densification commande un changement complet de paradigme. Normal donc qu’elle se heurte à la résistance de certains citoyens. Les signataires de la déclaration diffusée lundi insistent d’ailleurs sur la nécessité d’ouvrir le dialogue au plus grand nombre « pour établir ensemble ce que constitue une densification réussie ».

« Il est primordial de diffuser les avantages de la densification, de rehausser la qualité des projets de densification et d’offrir un lieu d’expression aux préoccupations légitimes que ces transformations soulèvent », écrivent-ils.

Coordonnatrice de l’initiative « Oui dans ma cour ! », Catherine Boisclair travaille justement à établir un dialogue entre les citoyens, les municipalités et les promoteurs de projets de densification. « On mise beaucoup sur la qualité des projets de densification. On pense qu’il y a peut-être trop de mauvais exemples et pas assez de bons exemples », explique Mme Boisclair.

L’organisme a jusqu’ici offert de l’accompagnement aux villes de Deux-Montagnes, de Sainte-Catherine et de Plessisville, et auprès de l’arrondissement du Sud-Ouest, notamment. Une foule d’enjeux sont pris en compte, tels que l’abordabilité des logements et le maintien du cadre bâti existant. Le but ? Que tout le monde y trouve son compte.

5 commentaires
  • Jean Lacoursière - Abonné 4 novembre 2019 07 h 20

    Pas un mot sur le bruit

    Tant que les villes ne séviront pas systématiquement contre le bruit en général et surtout contre les systèmes d'échappement illégaux, bien des gens chercheront à vivre en banlieue, car c'est la meilleure façon d'augmenter ses chances d'avoir la paix.

    Les autorités publiques ne semblent toutefois pas avoir la colonne vertébrale requise :

    https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1231735/motos-bruyantes-pas-une-priorite-surete-du-quebec

  • Bernard Terreault - Abonné 4 novembre 2019 07 h 54

    En effet

    Résident du Vieux-Longueuil à quelques minutes du métro et amateur de vélo, cela m'a frappé que la ''nouvelle banlieue'' n'est plus faite de bungalows entourés de pelouse, alignés sur des rues proprettes, mais de tours et de développements de haute densité, entourés de parkings, de centres commerciaux et d'autoroutes. Des villes-satellites aussi bétonnées et aussi peu bucoliques que le centre-ville, mais à 25 km de celui-ci et de ses universités, salles de spectacles, musées, quartiers branchés ou ''ethniques'', etc.. Pourquoi s'installe-t-on là alors qu'il y a de grands terrains vacants dans le Vieux-Longueuil et à Montréal même? Ce doit être une question de fiscalité municipale, plus l'illusion qu'on sera proche de tout grâce à l'autoroute. Quiconque a vu la 20, ou la 30, ou la 132 en fin d'aprem on voit bien que c'est une illusion.

  • Marcel Vachon - Abonné 4 novembre 2019 09 h 18

    Bungalo

    Imaginons qu'il n'y ait que des "BUNGALOS" au Québec pour les petits plaisires d'avoir sa tranquillité et son silence, avec ses milliard de kilomêtres de rues à construire, à déneiger, à électrifier, à nettoyer, etc. Les coûts seraient épouvantables. Il y a environ 2 fois plus de rues et routes au Québec qu'en Ontario pour une population moindre. Pourquoi continuer à s'étendre?
    Je suis pour la densification intelligente.... présentement.

    • Dominique Boucher - Abonné 5 novembre 2019 06 h 46

      « [...] petits plaisires d'avoir sa tranquillité et son silence [...] »

      Comme si la tranquillité et le silence nʼétaient pas des besoins normaux et vitaux des êtres humains en terme dʼhygiène mentale... Le jour où il y aura des normes TRÈS strictes de construction qui feront en sorte que lʼon nʼentendra pas ses voisins marcher, faire couler leur douche ou écouter leur musique même à un volume sonore raisonnable (et que lʼon ne sentira pas ce quʼils cuisinent et... digèrent), vous reviendrez culpabiliser les gens qui fuient la ville. En attendant...

      Je supporte de moins en moins ce discours « Allez, citoyens ! Soyez vertueux! Tous dans vos cages! Plus vite que ça! Et, tss, tss, tss, fermez vos gueules! »

      Jean-Marc Gėlineau, Montréal

  • Danielle Desbiens - Abonnée 4 novembre 2019 10 h 59

    Des stationnements ombragés

    Pourquoi pas une norme pour obliger les entreprises à planter des arbres dans leurs espaces de stationnement? Exemple fictif: Un arbre pour cinq espaces de stationnement... Les coûts pour les entreprise seraient minces par rapport aux bénéfices, dont diminuer l'augmentation de la chaleur à ces endroits.