Un Eva pour aller et revenir de l’aéroport Montréal-Trudeau

Grâce à l’entente conclue avec Aéroports de Montréal, les membres conducteurs d’Eva pourront embarquer des voyageurs aux portes 7 et 8 du niveau des départs.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Grâce à l’entente conclue avec Aéroports de Montréal, les membres conducteurs d’Eva pourront embarquer des voyageurs aux portes 7 et 8 du niveau des départs.

La coopérative québécoise Eva commencera mardi à offrir des déplacements à partir et vers l’aéroport Montréal-Trudeau, concurrençant ainsi le taxi traditionnel et Uber, a appris Le Devoir.

Grâce à l’entente conclue avec Aéroports de Montréal, les membres conducteurs d’Eva pourront embarquer des voyageurs aux portes 7 et 8 du niveau des départs.

Les voyageurs pourront solliciter une course à l’aide de l’application mobile Eva. Et un kiosque sera érigé près des arrivées pour diriger les passagers.

Lancée en mai dernier, la jeune pousse montréalaise dit compter à son millage plus de 3000 courses. Avec cette nouvelle corde à son arc, « Eva accélère sa croissance », se réjouit Raphaël Gaudreault, chef d’orchestre logiciel et cofondateur de Eva.

« On vient bonifier l’offre en mobilité alternative, sociale et locale à l’aéroport », ajoute Dardan Isufi, chef d’orchestre opérationnel et cofondateur d’Eva.

Deux éléments distinguent Eva de la multinationale américaine Uber, explique Dardan Isufi. « Eva, c’est une coopérative québécoise qui appartient à ses membres qui sont autant des conducteurs que des passagers. » Après quatre mois d’activités, Eva compte à son actif quelque 400 membres conducteurs et 15 000 membres passagers, soutient Dardan Isufi.

Et la structure informatique d’Eva est décentralisée grâce à la technologie de la chaîne de blocs. « On s’assure comme ça de ne pas avoir de fuites de données. »