Encore aucune sanction pour les utilisateurs de Lime

Lime dit avoir reçu une lettre de la Ville de Montréal réclamant des améliorations concernant la question spécifique des stationnements.
Photo: Marie-France Coallier Archives Le Devoir Lime dit avoir reçu une lettre de la Ville de Montréal réclamant des améliorations concernant la question spécifique des stationnements.

Aucun utilisateur de trottinettes électriques Lime n’a été sanctionné par la compagnie depuis le déploiement du service à Montréal il y a près d’un mois. Peu d’usagers portent pourtant un casque — tel que le prescrit la réglementation — et de nombreuses trottinettes mal stationnées parsèment les trottoirs de la métropole.

Lors d’une rencontre avec la presse, mercredi, Christopher Schafer, directeur principal, développement stratégique de Lime au Canada, a rappelé que la compagnie a mis en place de nombreuses mesures pour sensibiliser ses utilisateurs au bon respect des règles. « C’est nouveau, donc on doit encore éduquer. »

Lime dit ne pas avoir reçu, de son côté, de sanctions de la part de la Ville de Montréal. La compagnie affirme toutefois avoir reçu une lettre de l’administration municipale, le 23 août dernier, dans laquelle la Ville réclame des améliorations concernant la question spécifique du stationnement.

« C’est une nouvelle forme de micromobilité, a justifié Christopher Schafer. C’est excitant, mais ça comporte également des défis. Nous travaillons à relever ces défis. »

Stationnement

La Ville de Montréal a mis en place une réglementation sévère pour encadrer le déploiement des trottinettes électriques en libre-service et ainsi éviter les dérives observées ailleurs dans le monde. Les trottinettes doivent obligatoirement être stationnées dans des zones spécifiques, identifiées à la fois dans l’application Lime et par un marquage au sol. Ces zones sont situées sur la chaussée, généralement dans les zones de dégagement de 5 mètres près des intersections. Aucune trottinette ne peut donc être stationnée sur le trottoir.

Malgré les nombreuses infractions — visibles pour quiconque se promène dans les rues de Montréal — Lime n’a pas mis à exécution sa menace de sanctionner les utilisateurs délinquants, par le biais d’une amende ou d’une suspension de leur compte.

Lime indique toutefois que lorsque la ville l’avertit qu’une trottinette est mal stationnée, celle-ci est déplacée dans un délai de 2 heures, comme l’impose la réglementation. « On a répondu à cette obligation à 100 % », a relevé Christopher Schafer, dans une rencontre tenue en anglais.

Les citoyens peuvent également signaler directement à la multinationale américaine — par téléphone ou par le biais de l’application Lime — tout engin mal stationné.

Une équipe de 2 à 6 employés de Lime sillonne chaque jour les rues de Montréal pour récupérer les trottinettes mal stationnées et pour déplacer les trottinettes vers les secteurs les plus achalandés de la ville.

Casques

Les usagers de Lime — comme ceux des vélos Jump — doivent obligatoirement porter un casque à Montréal, ce que bien peu font. Lime dit essayer de conclure un partenariat avec un distributeur pour offrir un rabais à ses utilisateurs sur l’achat d’un casque — qui pourrait être pliable.

Christopher Schafer estime que Lime n’est pas la seule à devoir être proactive pour s’assurer que la réglementation est respectée. "La police a un rôle à jouer. Les médias ont un rôle à jouer. Et nous avons notre rôle à jouer."

De 100 à 500 trottinettes électriques Lime — selon les variations de température — sont accessibles chaque jour aux Montréalais. L’entreprise ne dévoile pas le nombre de trajets effectués. Plus d’une centaine de récolteurs (« juicers ») participent aux opérations de recharge des trottinettes.

Le projet-pilote qui permet à Lime d’opérer son service dans les rues de Montréal se terminera le 15 novembre. Les trottinettes seront alors remisées pour l’hiver. Une période de répit qui permettra tant à l’opérateur et qu’à la ville de faire le point sur les améliorations à apporter.

L’administration Plante dit toujours être insatisfaite du déploiement. « Nous ferons un bilan très prochainement sur cette question », a déclaré Laurence Houde-Roy, attachée de presse du comité exécutif.