Hyundai enquêtera sur l’explosion d’une voiture Kona EV électrique à Montréal

Une explosion a détruit la voiture et a provoqué l’incendie du garage à l’intérieur duquel elle se trouvait, à L'Île-Bizard.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Une explosion a détruit la voiture et a provoqué l’incendie du garage à l’intérieur duquel elle se trouvait, à L'Île-Bizard.

Hyundai Canada a annoncé son intention de participer à l’enquête en cours sur l’explosion, vendredi dernier, d’une automobile électrique de modèle Hyundai Kona EV dans le garage d’une résidence du nord-ouest de Montréal. Si l’événement a de quoi marquer les esprits, des experts automobiles n’y voient qu’un incident isolé.

Ce que l’on sait à propos de l’événement est qu’une explosion a détruit la voiture et a provoqué l’incendie du garage à l’intérieur duquel elle se trouvait, en plus d’endommager la maison attenante. Le souffle de la déflagration a été si puissant que la porte du garage a été projetée sur le terrain de la maison située en face, de l’autre côté de la rue Montigny, à L’Île-Bizard. Heureusement, personne n’a été blessé.

Dans un courriel transmis au magazine spécialisé Automotive News Canada, un porte-parole de Hyundai Canada, Jean-François Taylor, explique que des représentants du constructeur ont déjà eu des entretiens avec le propriétaire de l’automobile et des responsables de Transports Canada. La compagnie collabore aussi à l’enquête sur l’incident dont la cause exacte n’a pas encore précisément été déterminée par le Service de sécurité incendie de Montréal (SSIM).

Le modèle 2019 du véhicule utilitaire sport (VUS) Hyundai Kona EV est muni d’un moteur électrique de 150 kilowatts (kW) qui comprend une batterie au lithium-ion de 64 kWh d’une tension de 356 volts.

Pour le chroniqueur automobile Philippe Laguë, il est important de demeurer prudent puisque l’on se trouve à un stade très préliminaire de l’enquête et qu’on ne connaît pas la cause de l’incident. Toutefois, ce qui est préoccupant, c’est que l’on parle d’une explosion et pas d’un incendie.

La cause pourrait très bien être extérieure au véhicule, prévient M. Laguë, mais on connaît encore bien peu de choses sur ce nouveau modèle lancé il y a à peine quelques mois. « Il y a peut-être un vice de fabrication dans la batterie, mais c’est trop tôt pour statuer », évoque-t-il.

Éric Lesage est propriétaire et mécanicien chez Service Automobile ML, un garage spécialisé dans les véhicules électriques et hybrides à Gatineau. Lui aussi ne s’explique pas ce qui a pu se produire à L’Île-Bizard surtout compte tenu de toutes les mesures de protection présentes sur ce modèle en particulier.

« Les véhicules ont des capteurs de température dans les batteries et s’il y en a un seul qui devient trop chaud, il va désactiver la batterie ou la débrancher complètement. D’habitude, il y a des capteurs partout pour s’assurer de débrancher le connecteur dès qu’il y a un problème même quand on roule », explique le mécanicien en ajoutant que le Hyundai Kona est très apprécié de ses clients qui en possèdent.

À son avis, l’hypothèse la plus plausible serait celle d’un problème de raccord au système d’alimentation électrique, soit l’utilisation d’une rallonge non adaptée à la puissance d’ampérage par exemple.

« J’ai vraiment hâte de voir les résultats de l’enquête parce que je ne peux pas croire qu’un véhicule simple de même parte en feu tout simplement », admet M. Lesage.

Du côté de l’Association des propriétaires de véhicules électriques du Québec (AVEQ), le président et fondateur Simon-Pierre Rioux s’étonne d’autant plus que d’après son observation des photos de la carcasse du véhicule en cause, il semblerait que celui-ci n’était pas branché au moment de la déflagration. Le port de recharge paraît intact sur l’une des photos diffusées dans les médias.

« On se pose des questions à savoir ce qui a pu arriver et on a vraiment hâte de comprendre », a commenté M. Rioux en notant que le nouveau Hyundai Kona électrique fait partie des bons vendeurs sur le marché québécois.

Aucune inquiétude à avoir

Philippe Laguë, qui administre le site spécialisé philippelague.com, rassure les futurs acheteurs qu’ils n’ont rien à craindre en se procurant une voiture 100 pour cent électrique.

« C’est un incident isolé. Ça fait quand même quelques années qu’on a des véhicules électriques qui circulent régulièrement sur les routes et il n’y a aucun de ces véhicules-là qui a explosé, assure-t-il. Évidemment, les adversaires de la voiture électrique vont se servir de cet incident comme épouvantail, mais il y a beaucoup de gens là-dedans qui ne savent pas de quoi ils parlent. »

Évidemment, un incident spectaculaire comme celui de L’Île-Bizard marque les esprits, reconnaît Simon-Pierre Rioux de l’AVEQ, mais il a bon espoir que les Québécois vont continuer de se tourner en grand nombre vers les voitures électriques.

C’est aussi l’opinion de Mathieu Sirois, un automobiliste qui a opté pour un véhicule électrique Tesla, modèle S, il y a trois ans déjà et qui ne regrette pas son choix.

« Je pense que c’est le présent et le futur, les prix vont continuer de baisser, l’autonomie des batteries va continuer de s’améliorer, plus il va y avoir d’utilisateurs, plus l’infrastructure de recharge va se développer », soutient-il.

À son avis, cette histoire ne sera bientôt plus qu’« un petit incident dans l’histoire des voitures électriques ».