Promesses d’un lancement en douceur pour la trottinette électrique

«On a fait nos devoirs», assure Mathiew Lobraico, gérant de l’expansion de Lime au Québec.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir «On a fait nos devoirs», assure Mathiew Lobraico, gérant de l’expansion de Lime au Québec.

D’ici quelques semaines, les trottinettes électriques Lime débarqueront dans les rues de Montréal. La Ville tout comme la multinationale américaine disent avoir appris des erreurs commises à l’étranger et promettent un déploiement en douceur dans la métropole. Parmi les règles strictes qui encadreront l’utilisation des trottinettes noir, blanc et vert à Montréal : une photo de la trottinette bien stationnée devra être envoyée par l’utilisateur avant de terminer une location.

« On a fait nos devoirs », assure en entrevue Mathiew Lobraico, gérant de l’expansion de Lime au Québec. Il faut dire que le déploiement de cette nouvelle offre de mobilité ne s’est pas fait sans heurts ailleurs dans le monde. Trottinettes abandonnées en tous lieux, circulation chaotique sur les trottoirs, vitesse excessive, accidents avec des piétons : Paris, San Francisco et bien d’autres ont durci leur réglementation après avoir vécu un déploiement pour le moins périlleux.

La Ville de Montréal assure ne pas vouloir marcher dans les pas de ses consoeurs. Dès l’implantation, les opérateurs devront se soumettre à un règlement « assez sévère » qui établit clairement que ceux-ci « devront jouer selon nos règles », explique au Devoir Sophie Mauzerolle, conseillère associée à l’urbanisme et la mobilité au comité exécutif.

Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Les usagers des nouvelles trottinettes Lime devront fournir une photo de leur véhicule stationné correctement après chaque utilisation.

« Si ça dégénère ou s’il y a une situation problématique, on a la prérogative de retirer le permis à l’opérateur. » Casque obligatoire, stationnement aux endroits prescrits, vitesse limitée à 20 km/h, circulation prohibée sur les trottoirs, utilisation interdite aux moins de 18 ans : les règles sont nombreuses et c’est très bien comme ça, nous dit Lime.

L’entreprise américaine — fondée il y a à peine deux ans et demi — semble bien décidée à jouer les bons élèves à Montréal. « Ici, on a l’occasion de travailler de près avec le gouvernement, mentionne Mathiew Lobraico. C’est une des plus grandes leçons que l’on retient [des erreurs commises ailleurs] : c’est la nécessité de bien encadrer l’utilisation des trottinettes pour rendre leur utilisation sécuritaire et durable. » Car Lime — qui est présente dans environ 150 villes dans le monde — veut s’établir pour de bon dans le marché montréalais. « On veut rester ici très longtemps », fait valoir Mathiew Lobraico. Pour l’instant, c’est un projet-pilote du gouvernement du Québec qui permet la présence de trottinettes électriques en libre-service dans les rues de la métropole.

Comment ça fonctionne ?

Après avoir été la première ville canadienne à accueillir les vélos électriques Jump, en juin, Montréal sera la première ville canadienne à accueillir des trottinettes électriques sans ancrage en libre-service d’ici la fin de l’été. Les négociations entre Lime et la Ville pour que soit délivré un permis d’exploitation sont toujours en cours, mais devraient se terminer sous peu. « C’est la première fois qu’on délivre un tel permis, donc on veut vraiment s’assurer que l’opérateur répond à toutes nos exigences », mentionne Sophie Mauzerolle. D’autant plus que le déploiement des vélos Jump de Uber a amené son lot de « délinquance » (vélos mal stationnés, absence de casque), convient la conseillère municipale. « On a rappelé l’opérateur à l’ordre. Si ça se poursuit, on va émettre des amendes. » Uber est également actionnaire de Lime.

La location des trottinettes Lime se fera par l’entremise de l’application de la multinationale. Il en coûtera 1 $ pour débloquer l’engin, puis 30 ¢ par minute de location (donc 9 $ la demi-heure). En comparaison, le tarif de Bixi pour 30 minutes est de 2,95 $ et il faut débourser 30 ¢ la minute pour un vélo Jump, sans frais initial.

Est-ce qu’il sera possible de réserver une trottinette 30 minutes avant l’utilisation, comme on peut le faire pour une voiture Communauto ou Car2go ? « Je trouve que c’est une bonne idée, mais je ne sais pas si on le fera dès le début », répond Mathiew Lobraico.

Pour démarrer l’engin, il faut donner une bonne impulsion avec son pied. En actionnant l’accélérateur situé sur la poignée droite, l’utilisateur peut faire grimper la vitesse jusqu’à 20 km/h. Dans les pentes, il reviendra à chacun d’utiliser le frein situé sur la poignée gauche pour ne pas dépasser la limite permise, précise Mathiew Lobraico. Un odomètre se situe d’ailleurs sur le guidon. Les trottinettes devront circuler exclusivement sur la chaussée et les pistes cyclables. « On ne veut pas du tout voir des trottinettes sur les trottoirs, insiste Sophie Mauzerolle. On va être très vigilants. »

Des aires de stationnement — seuls endroits où l’on pourra laisser une trottinette — seront aménagées directement sur la chaussée près de certaines intersections, dans les zones de dégagement de 5 mètres. Aucune place de stationnement pour les voitures ne sera donc éliminée. Les zones de stationnement seront indiquées sur l’application, mais pas nécessairement par un marquage au sol. Un maximum de quatre trottinettes pourront être stationnées dans chacune de ces zones. « Les trottinettes devront être stationnées debout, accotées sur le trottoir avec la roue arrière », explique Sophie Mauzerolle. Ce sont les arrondissements qui détermineront le nombre et la localisation de ces dépôts. Pour l’instant, les arrondissements Ville-Marie, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Rosemont–La Petite-Patrie, Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension et la ville de Westmount en accueilleront.

Si ça dégénère ou s’il y a une situation problématique, on a la prérogative de retirer le permis à l’opérateur

Avant de terminer la location, l’utilisateur devra obligatoirement envoyer une photo de sa trottinette stationnée dans un endroit désigné par l’entremise de l’application Lime. « On veut vraiment que ça se passe bien pour le stationnement », dit Mathiew Lobraico.

Dans d’autres marchés, un casque est prêté aux utilisateurs lorsqu’ils louent la trottinette. Une option qui est envisagée à Montréal. « C’est quelque chose qu’on va regarder, souligne Mathiew Lobraico. Ça va dépendre de comment le lancement se déroule. »

La batterie, dont est munie chaque trottinette, a une autonomie oscillant entre 40 et 60 km. Une équipe de maintenance s’assurera de les recharger la nuit. Mais les citoyens pourront également prêter main-forte aux employés de Lime. « On les appelle les récolteurs. Ce sont des contracteurs indépendants qui peuvent ramasser les trottinettes et les charger chez eux. » Les récolteurs recevront quatre chargeurs qu’ils pourront brancher chez eux « comme pour charger un ordinateur ». « S’ils offrent un bon service, ils pourront en acheter d’autres. » Les récolteurs seront payés 4 $ par trottinette rechargée.

Période d’adaptation

D’ici quelques semaines, des vélos traditionnels (dont des Bixis), des vélos Jump, dont la vitesse peut grimper à 32 km/h, et des trottinettes Lime, bloquées à 20 km/h, circuleront donc sur les pistes cyclables et les rues de la métropole. « Le partage de la route, c’est toujours un défi, souligne Sophie Mauzerolle. Ça va demander un temps d’adaptation. »

Et les utilisateurs de trottinettes devront également être vigilants afin d’éviter les nids-de-poule, obstacles encore plus dangereux pour de petites roues. « Montréal n’est pas la seule ville avec des rues dans ces conditions », relève Mathiew Lobraico. De son côté, Sophie Mauzerolle répond que c’est une réalité avec laquelle il faudra composer. « On essaye de corriger le plus de nids-de-poule possible, mais ça fait partie de la réalité de la métropole. »

Jump prévoit également offrir aux Montréalais des trottinettes électriques. Mais aucune demande de permis n’a encore été soumise.

À voir en vidéo