Le projet de bornes de recharge rapide sera autofinancé, assure Hydro-Québec

Il y avait un peu plus de 41 000 voitures électriques au Québec à la fin de février 2019, selon la SAAQ.
Photo: Catherine Legault Le Devoir Il y avait un peu plus de 41 000 voitures électriques au Québec à la fin de février 2019, selon la SAAQ.

Le déploiement de 1580 bornes de recharge rapide élaboré par Hydro-Québec sera « autofinancé », a affirmé lundi la société d’État au début des audiences portant sur ce programme de dix ans visant à accélérer l’expansion du parc de véhicules électriques pour réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES).

La multiplication des bornes, un projet estimé à environ 120 millions sur sa durée, et l’augmentation du nombre de voitures électriques vont plutôt stimuler les ventes d’électricité à domicile et permettraient ainsi de financer l’agrandissement du réseau au fur et à mesure, ont avancé les responsables d’Hydro-Québec devant la Régie de l’énergie. Les audiences se déroulent jusqu’à vendredi.

Dans le cadre de sa stratégie de lutte contre les changements climatiques, le gouvernement Couillard a fixé en 2016 l’objectif d’avoir 300000 véhicules rechargeables sur les routes d’ici 2026 et un million en 2030.

Le déploiement des bornes publiques aura un « effet induit » sur le comportement des acheteurs et devrait contribuer à une croissance plus rapide de la popularité des voitures électriques, estime Hydro-Québec. Celle-ci croit que leur prolifération entraînera une hausse de la consommation chez ses clients. À l’heure actuelle, la très grande majorité des recharges se fait à domicile. Le Circuit électrique compte actuellement plus de 170 bornes rapides et 1600 bornes standards.

Il y avait un peu plus de 41 000 voitures électriques au Québec à la fin du mois de février 2019, selon les données de la Société d’assurance automobile du Québec. Selon un scénario prévisionnel d’Hydro-Québec, les routes compteront d’ici 2027 environ 390 000 voitures entièrement électriques, une catégorie qui exclut les voitures hybrides rechargeables. En incluant celles-ci, ce chiffre grimpe à près d’un demi-million.

Aide externe ?

L’avocat représentant le Regroupement des organismes environnementaux en énergie (ROEE) a cherché à savoir si le projet pourrait avancer plus vite avec une aide externe, par exemple du secteur privé ou du gouvernement québécois.

« On souhaite devancer légèrement la demande pour avoir un effet d’entraînement sur les ventes. Mais on ne souhaite pas être trop en avance, parce qu’avoir des bornes rapides qui ne sont pas utilisées, ce n’est pas une utilisation optimale des fonds », a répondu la directrice de l’électrification des transports chez Hydro-Québec, France Lampron. « C’est toujours un équilibre délicat entre [l’idée d’]être juste en avant, mais ne pas non plus gaspiller les investissements. C’est ce qu’on propose. Si on s’est trompés dans nos prévisions, on va s’ajuster. » Un peu plus tard, toujours en réponse à une question sur une aide externe, par exemple sur l’idée de se tourner vers le Fonds vert, elle a affirmé que le « projet est autofinancé » et donc qu’« on ne touche pas aux tarifs des consommateurs ».

Dans son premier budget, en mars, le ministre des Finances du Québec avait indiqué que le gouvernement Legault prolongerait le programme de subvention à l’achat tout en l’appliquant aussi aux voitures d’occasion. Cette dépense totale d’environ 430 millions d’ici 2021 devrait entraîner l’acquisition supplémentaire de 66 000 voitures, selon le plan budgétaire. Les détails du programme qui s’appliqueront au-delà de 2021 viendront « dans le cadre du prochain plan d’action sur les changements climatiques ».

L’usage d’une borne de recharge rapide de 400 volts du Circuit électrique coûte présentement 10 $ l’heure. Un projet de règlement publié dans la Gazette du Québec prévoyait une hausse à 11,50 $ au 1er janvier 2019, mais il n’a pas été mis en œuvre. Quant aux bornes standard de 240 volts, le tarif est de 1 $ l’heure, mais il existe aussi un forfait de 2,50 $ qui ne tient pas compte du temps de recharge.