Les vélos seront interdits au cimetière Mont-Royal

Les cyclistes ne pourront plus circuler dans le cimetière Mont-Royal à compter du 1er août.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Les cyclistes ne pourront plus circuler dans le cimetière Mont-Royal à compter du 1er août.

Les cyclistes ne pourront plus circuler dans le cimetière Mont-Royal à compter du 1er août. La direction du cimetière a justifié sa décision en invoquant le comportement délinquant de certains cyclistes.

Le cimetière soutient qu’au cours des deux dernières années, il a tenté de faire respecter les règles limitant à 10 km/h la vitesse autorisée pour les cyclistes et obligeant ceux-ci à rouler en file indienne dans des groupes ne dépassant pas quatre personnes. Des dos d’âne ont aussi été aménagés sur certaines voies.

Ces mesures ainsi que les affiches et les campagnes de sensibilisation n’ont toutefois pas suffi, a indiqué Alexandre Gonçalves, gérant des opérations au cimetière Mont-Royal.

Délinquance

« On a vu un afflux de groupes de cyclistes après les heures d’ouverture et les fins de semaine. Ils utilisent le terrain pour s’entraîner. Certains ne respectent pas nos consignes, roulent à vive allure et ne se conforment pas au caractère sacré du cimetière », a-t-il expliqué.

Le cimetière a récemment installé une chicane dans l’entrée destinée aux piétons afin d’empêcher les cyclistes d’y passer. Mais à compter du 1er août, même l’entrée pédestre sera fermée après 20 h afin de mieux contrôler l’accès au site, « du moins au début », a précisé M. Gonçalves.

L’autre cimetière du mont Royal, soit Notre-Dame-des-Neiges, interdit déjà les vélos sur sa propriété, fait valoir le cimetière Mont-Royal.

Discrimination

« Je suis en deuil », a commenté Suzanne Lareau, p.-d.g. de Vélo Québec. « Je vais m’y entraîner deux fois par semaine. C’est vrai qu’il y a eu des abus. Je comprends la direction d’avoir été exaspérée. Il y a des gens qui venaient en pelotons de 20-30 cyclistes. Ça n’avait pas de bon sens. Ce n’est pas une place pour rouler en peloton. Et il y a des gens qui roulaient vite malgré la consigne. »

Mme Lareau estime toutefois que la décision du cimetière est trop draconienne : « Je trouve ça particulier qu’onsoit rendu à établir une discrimination sur le mode de déplacement. Ce n’étaient pas tous les cyclistes qui étaient délinquants. »

Elle entend solliciter une rencontre avec la direction du cimetière afin que d’autres solutions puissent être envisagées.

La décision de la direction du cimetière n’étonne pas Marc-Antoine Desjardins, organisateur de la Cyclovia Camillien-Houde. Le resserrement des règles et l’ajout de dos d’âne laissaient présager que, tôt ou tard, l’accès au site pourrait être réduit. « Je sais qu’il y en a qui ont poussé la note en matière de non-respect des règles. Mais le cimetière va trop loin dans son intransigeance », dit-il.

Selon lui, la limite de vitesse de 10 km/hn’est pas réaliste, notamment dans la côte qu’empruntent les cyclistes. M. Desjardins déplore aussi que le cimetière n’ait pas consulté les acteurs concernés avant de prendre sa décision.

Projet pilote

« C’est dommage parce que, encore une fois, ça envoie un message de confrontation, de repli et de fermeture. On perd un lieu d’entraînement qui, sans jeu de mots, est sacré. Pourquoi toujours devoir s’expatrier de la ville de Montréal pour faire des côtes ? On dirait que la place du sport et de l’activité physique, c’est secondaire à Montréal. »

Cette décision survient au moment où la Ville de Montréal mène un projet pilote pour éliminer la circulation de transit sur le mont Royal en interdisant aux voitures de rouler sur la voie Camillien-Houde dans le segment situé entre la maison Smith et le lac aux Castors. Mais il n’y a pas de lien à faire entre la décision du cimetière et la tenue du projet pilote, assure Alexandre Gonçalves.

Fondé en 1852, le cimetière Mont-Royal est géré par un organisme privé sans but lucratif. Le cimetière occupe une superficie de 165 acres.

6 commentaires
  • Chantale Desjardins - Abonnée 27 juillet 2018 09 h 27

    Toujours les cyclistes

    On interdit le velo au lieu de faire l'éducation des cyclistes. La prochaine fois, on les interdira sur nos cours d'eau...!!!...!!!

  • Marc Davignon - Abonné 27 juillet 2018 09 h 44

    Grrr.

    Ce n'est pas le vélo qui est visé, ce sont les «entraineux», les «fullequips», les «lycrayens». Ceux qui sont agacés d'être derrière vous quand vous, vous pédalez pour un déplacement d'un point A à un point B. Ce sont tous ces «mollets d'acier», ceux qui se perçoivent comme athlète qui font du tort aux utilisateurs de vélo.

    Les pistes cyclables (quoique certaines sont très «raboteuses») ne sont pas des lieux d'entrainement. Ce ne sont pas des «pistes de course».

    C'est eux et leurs comportements. C'est eux et leurs perceptions d'eux qui sont nuisibles. Même comportement en automobile qui pousse certains vous dépassé par la droite ou passe sur «l'accotement» pour aller plus vite. Plus vite que vous! Car eux, ils sont bons!

    Alors, cessez vos gémissements et faites vos mea culpa.

  • Sylvie Brousseau - Abonnée 27 juillet 2018 10 h 19

    Le vélo un moyen de transport

    Je passe presque tous les jours au cimetière pour me rendre au travail. L’hiver à pieds, mais l’été, quand il fait beau, en vélo..il s’agit bien sûr d’un petit détour, que je prends avec plaisir car j’adore cet endroit, qui me fait du bien et où je médite en saluant ses occupants. De plus, mes grands-parents y reposent, et à force de passer par là j’ai planté un petit jardin sur leur tombe, que je viens arroser régulièrement, contribuant ainsi modestement à la beauté de l’endroit, que je fréquente comme certains font un pèlerinage. Dire que je suis consternée par la décision du cimetière n’est pas assez fort. Je ne fais pas partie de ces cyclistes irrespectueux (s’ils existent). Le vélo est mon mode de transport, bien plus respectueux de l’environnement d’ailleurs que les autos... Je ne peux pas croire que nous sommes tous punis à cause de quelques delinquants... tout le monde en prison a cause de quelques criminels???

    • Marc Davignon - Abonné 27 juillet 2018 12 h 49

      En faites-vous un mode de vie? L'adage dit que nous payons toujours pour ceux qui abusent. Il faut croire que dans ce cas-ci, cela devient indubitablement vrai!

  • Madeleine Léger - Abonnée 27 juillet 2018 13 h 34

    RESPECT DE LA PROPRIÉTÉ PRIVÉE

    Je ne suis pas étonnée de la décision du Cimetière du Mont-Royal de fermer son terrain aux cyclistes, car j'ai souvent rencontré des pelotons de cyclistes alors que je m'y baladais à pied, mais par contre ce qui m'étonne à la lecture de ce texte c'est le manque frappant de réalisme, de respect et de reconnaissance de Madame Lareau et de Monsieur Desjardins, tous deux très déçus de cette décision.
    N'ont-ils jamais réalisé que ce terrain est une propriété PRIVÉE? Au lieu de râler comme ils le font au nom de cyclistes irrespectueux et impétueux, peut-être pourraient-ils avoir l'humilité et les bonnes manières de remercier l'administration du Cimetière Mont-Royal de les avoir tolérés toutes ces années sur, je le répète, un terrain PRIVÉ!!
    Ils osent invoquer le besoin « d'entraînement » dans un terrain PRIVÉ, un lieu sacré!
    Ils ne manquent pas de culot ces deux-là!!
    Madame Lareau accuse l'administration du cimetière de faire « de la discrimination » sur le mode de transport et Monsieur Desjardins de traiter l'administration de faire preuve « d'intransigeance »!! Toujours en parlant d'une propriété PRIVÉE qui n'est pas la leur!!
    Dommage pour les cyclistes respectueux des réglementations, mais vous payez pour vos collègues « fanatiques » irrévérencieux et revendicateurs.

    • Marc Davignon - Abonné 27 juillet 2018 14 h 56

      En passant, ces gens-là monsieur, ce ne sont pas des «collègues»! Eux, ce sont (se perçoivent comme) des «cyclistes» (les «fullequip») et d'autres (m'incluant) sont de simples utilisateurs de vélo. Pas pareil .... pantoute! Comme des «pilotes de F1» versus un automobiliste ... genre!