Mort de Clément Ouimet: le coroner plaide pour la sécurité, sans recommandation claire

Des amis de Clément Ouimet ont tenu une randonnée silencieuse sur le mont Royal quelques jours après la mort du jeune cycliste en octobre dernier.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Des amis de Clément Ouimet ont tenu une randonnée silencieuse sur le mont Royal quelques jours après la mort du jeune cycliste en octobre dernier.

Jugeant que « la solution la plus adéquate pour assurer la sécurité des cyclistes et piétons » près de la voie Camillien-Houde, sur le mont Royal, « n’est pas facile à trouver », le coroner chargé de l’enquête sur la mort de Clément Ouimet, en octobre, ne tranche pas sur les solutions à mettre en place.

Dans un rapport de cinq pages rendu public lundi, le coroner Jean Brochu confirme que le conducteur d’un VUS a percuté le jeune cycliste, qui portait son casque, après avoir « subitement décidé d’effectuer un virage en U ».

« Le cycliste qui arrivait derrière n’a pas eu le temps de freiner et de ralentir sa course de façon significative ». « On ignore si le conducteur du VUS a actionné son clignotant » ou « s’il a vu le cycliste », ajoute le coroner.

 

Le coroner montre du doigt la difficulté d’accès au belvédère du mont Royal, non loin du lieu de l’impact. Il est impossible pour un véhicule arrivant de l’ouest de retourner dans cette direction, après un arrêt au belvédère, sans effectuer un demi-tour, manoeuvre illégale. Il en est de même pour un véhicule arrivant de l’est et dont le conducteur veut se rendre au belvédère.


Accès au belvédère

« Y aurait-il lieu de réaménager l’accès au belvédère ? », demande le coroner, sans apporter de solution définitive. Si l’accès devait être complètement fermé aux véhicules, le Dr Brochu propose l’instauration d’une navette pour transporter les visiteurs au parc du Mont-Royal.

L’administration Plante n’exclut pas l’idée de limiter l’accès au belvédère aux cyclistes et aux piétons.

« Tout est envisagé à ce stade-ci. C’est pour ça qu’on consulte », a expliqué Marianne Giguère, responsable du transport actif au comité exécutif. « Pourrait-on dédier une navette qui irait des stationnements du haut de la montagne jusqu’au belvédère Camillien-Houde de façon régulière et sécuritaire ? C’est une voie qui pourra certainement être envisagée. »

À l’heure actuelle, le belvédère est desservi en tout temps par des autobus de la STM. Ce service est aussi bonifié en période estivale.

Un projet pilote interrompant la circulation automobile au sommet de la montagne pour une période de cinq mois est en cours. « Comme nous, le coroner constate qu’il n’y a pas de solution simple. […] C’est pour ça qu’il y a une grande consultation qui est en cours », a rappelé Mme Giguère.

L’opposition à l’Hôtel de Ville estime que, depuis son arrivée au pouvoir, l’administration de Valérie Plante n’a pas fait de geste concret pour mieux protéger les cyclistes sur la montagne. Le projet-pilote en cours pour interdire la circulation de transit sur la voie Camillien-Houde n’apporte aucune solution aux préoccupations soulevées par le coroner, selon le chef de l’opposition, Lionel Perez.

« Ce même genre d’accident pourrait avoir lieu encore une fois sur la même partie du mont Royal », a-t-il signalé. « Il y a moins d’achalandage pendant le projet-pilote, mais il n’y a aucune mesure qui a été prise pour améliorer le sort des cyclistes sur la partie où ils partagent encore la route avec les automobilistes. »