Les grands projets de transport en commun sont une priorité pour les Québécois

71% des répondants souhaitent voir se réaliser le projet de ligne rose du métro de Montréal.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir 71% des répondants souhaitent voir se réaliser le projet de ligne rose du métro de Montréal.

La très grande majorité des Québécois voient les investissements dans de grands projets de transports en commun comme étant une priorité, et pourtant, peu d’entre eux affirment actuellement utiliser le transport collectif plutôt que leur voiture lorsqu’il est possible de le faire.

Cette dichotomie ressort d’une étude sur la mobilité durable tirée du Baromètre CIRANO 2018 (Centre interuniversitaire de recherche en analyse des organisations), dont les résultats sont dévoilés jeudi soir.

« Il y a vraiment une grande volonté des Québécois d’aller vers la mobilité durable, souligne Nathalie de Marcellis Warin, coauteure de l’étude, présidente-directrice générale du CIRANO et professeure à Polytechnique. Maintenant, c’est sûr […] qu’il va falloir qu’ils passent à la pratique. Je pense que l’offre de transport collectif et les nouveaux projets vont peut-être permettre de passer à l’action. [Les Québécois] sont prêts à changer, mais il faut qu’il y ait une offre adaptée. »

Soif de grands projets

L’étude révèle qu’un pourcentage élevé des Québécois, soit 83 %, « aspirent à voir se développer de grands projets de transport en commun ». Les gens de la grande région de Montréal sont plus enclins à encourager de tels projets (86 %, contre 78 % dans la région de Québec). Les moins de 35 ans sont aussi plus nombreux à les approuver que les plus de 75 ans (86 % contre 64 %).

Mais si les Québécois souhaitent voir les transports en commun se développer, ils semblent toujours hésitants à les utiliser eux-mêmes.

« Les chercheures ont observé une certaine dichotomie entre les aspirations des Québécois et leur réalité », note-t-on. Ainsi, seuls 29 % des répondants ont dit utiliser les transports en commun plutôt que leur voiture lorsque c’est possible.

On note toutefois que près de la moitié des répondants opteraient davantage pour ce mode de déplacement si l’offre était mieux adaptée à leurs besoins.

« On a l’impression qu’il y a des gens qui le prendraient, mais pour qui ce n’est pas adapté : les horaires ne sont pas adaptés, l’itinéraire, des choses comme ça. Ça l’air de ne pas être adapté à leurs besoins », explique Mme de Marcellis-Warin.

Du REM à la ligne rose

Parmi les grands projets de transport collectif déjà évoqués, c’est le Réseau express métropolitain (REM) qui semble avoir davantage la cote auprès des Québécois, qui l’appuient à 77 %.

Le projet de ligne rose du métro de Montréal mise de l’avant par la mairesse Valérie Plante est également bien accueilli, 71 % des répondants souhaitant le voir se concrétiser.

Du côté de Québec, l’arrivée d’un tramway serait accueillie favorablement par 70 % des répondants.

Le plan de transport du Parti québécois, le « Grand Déblocage », se montre toutefois moins populaire, puisqu’il ne reçoit l’appui que de 53 % des répondants.

« Quand vous regardez l’étude, tous les pourcentages sont assez élevés. Le seul qui était un peu plus bas, c’était le projet du PQ, le Grand Déblocage pour le grand Montréal […] Le REM, tout le monde en parle, la ligne rose aussi, le tramway à Québec c’est important. Je pense que le Grand Déblocage […] n’a pas la même résonance, le même niveau de connaissance. Ce n’était pas du tout la même couverture dans les médias, la même façon d’en parler. Je pense que c’est un manque de connaissances, les gens ne savaient pas, c’est tout », offre Mme de Marcellis-Warin pour expliquer les différences d’opinion.

Véhicules électriques et autonomes

L’étude indique que la grande majorité des Québécois (86 %) aimeraient voir davantage de véhicules électriques sur les routes.

On note par ailleurs que 91 % des répondants qui considèrent que les changements climatiques sont occasionnés par l’activité humaine sont favorables aux véhicules électriques, alors que ce pourcentage chute à 61 % pour ceux qui croient que les changements climatiques ne sont pas prouvés scientifiquement.

Les véhicules autonomes se révèlent moins populaires, puisque seuls 37 % des répondants aimeraient en voir plus.

« [Ça demeure] beaucoup aussi, parce qu’il y a beaucoup de gens qui ne savent pas trop c’est quoi les véhicules autonomes, qui se posent des questions », avance Mme de Marcellis-Warin, qui note que les répondants qui se méfiaient des véhicules autonomes étaient souvent les mêmes qui manifestaient une certaine inquiétude envers l’intelligence artificielle dans un autre volet de l’étude.

« Ceux qui n’étaient pas pour, c’était aussi souvent ceux qui nous disaient : “Je ne sais pas c’est quoi l’intelligence artificielle, je suis inquiet des développements de l’intelligence artificielle, je suis inquiet pour les robots”, des choses comme ça. »

Les chercheurs notent également que deux accidents mortels mettant en cause des véhicules autonomes étaient survenus aux États-Unis dans les jours ayant précédé la collecte de données, ce qui a pu provoquer des craintes envers ce type de véhicules chez les répondants.

L’enquête a été réalisée entre le 5 et le 10 avril 2018 auprès de 1013 répondants représentatifs de la population du Québec, note le CIRANO.