L’amour inavoué des Québécois pour les cônes orange

Le modèle de cône cylindrique que l’on trouve le plus fréquemment aux abords des chantiers est le T-RV-7.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le modèle de cône cylindrique que l’on trouve le plus fréquemment aux abords des chantiers est le T-RV-7.

Pendant des mois, ils vont transformer les rues en labyrinthe infernal au point de donner des maux de tête (ou de circuits) aux plus intelligents des GPS. Eux, ce sont les cônes orange. Ravisseurs saisonniers, ils comptent bien prendre en otage nombre de Québécois.

Pourtant, atteints d’un sévère syndrome de Stockholm — ou de masochisme routier —, nombreux sont ceux qui ont développé un amour totalement inavouable pour les cônes orange. Au point de les idolâtrer dans l’intimité même de leurs foyers.

Prenons par exemple ce modèle cylindrique que l’on retrouve le plus fréquemment aux abords des chantiers, le T-RV-7 : il est partout !

Sur ce coussin nonchalamment déposé sur le canapé, sur cette illustration accrochée au mur du salon, sur des cartes postales, sur votre trousseau de clés. Sur la tasse dans laquelle vous buvez votre café chaque matin. Les plus accros sont même allés jusqu’à en chaparder un original sur le trottoir. Pour décorer la cour, ou le balcon. Mais comment le cône orange tant décrié s’est-il imposé dans la culture québéco-montréalaise, au point d’en devenir un symbole ?

Un cône « rassembleur »

Pour l’illustratrice et designer Sarha Darveau, connue sous le nom de Darvee, le cône orange serait tout simplement « rassembleur » et matérialiserait un paradoxe culturel : « On aime tout ce qui n’est pas le fun à Montréal, car cela nous distingue. »

Depuis trois ans, Sarha s’inspire des symboles montréalais pour dessiner des cartes de voeux humoristiques et des illustrations grand format. Parmi ses sujets de prédilection : les cônes orange, les panneaux de stationnement et les nids-de-poule.

« C’est comme une joke typiquement québécoise, quelque chose de rassembleur, dit-elle. Les gens aiment étrangement avoir ça chez eux. »

Icône domestique

Dans la boutique de souvenirs montréalais Artpop, située sur le Plateau Mont-Royal, les objets en forme de cônes orange les plus populaires sont la salière et la poivrière, un design de l’entreprise Main and Local. Quoi de mieux que de souper en râlant sur la congestion routière tout en se défoulant sur la salière ?

Et qui sont les principaux acheteurs de ces objets dérivés ? Les Montréalais, bien entendu, affirme la gérante d’Artpop, Stéphanie Loiselle. Mais aussi ceux qui quittent la métropole : « C’est une façon pour eux de se rappeler ce qu’ils aiment et en même temps ce qu’ils détestent de Montréal » ; et ainsi matérialiser ce paradoxe amoureux, comme on s’ennuie des défauts d’un amant tant aimé.

Quant aux touristes qui fréquentent la boutique, Stéphanie doit régulièrement leur expliquer pourquoi nos cônes orange sont aussi populaires : parce qu’il vaut mieux en rire !

Atténuer le stress des chantiers de construction

Pour Andrew Cohen, un des fondateurs de l’entreprise Main and Local, les cônes orange sont à l’origine de beaucoup de frustration. Jouer avec est une façon « d’atténuer les effets du stress qu’ils procurent ».

« Les artistes travaillent le tissu symbolique, ils ne font certainement pas que le reproduire. Le cône orange est réapproprié, déplacé, transposé, décontextualisé, déconstruit, détourné, subverti, etc. Certains usages plus décoratifs conservent une charge ironique, ils ne s’intègrent pas au moins sans un léger décalage ou un jeu spéculaire », observe Louis Jacob, spécialiste des cultures urbaines et professeur de sociologie à l’UQAM.

Le cône en bande dessinée

L’illustratrice Tania Mignacca a été jusqu’à créer un personnage de bande dessinée en forme de cône orange : le petit Ponto, qui quitte sa famille et l’autoroute 30 pour s’installer à Montréal. Au cours de ses aventures, il rencontrera M. Turcot, qui attend patiemment de prendre sa retraite. Il sera même convoqué à la commission Carbonara. Pour Tania, « Ponto nous aide à dédramatiser les choses, en même temps qu’il crée un sentiment d’appartenance ».

La personnification du cône orange chez l’illustratrice est inspirée de la culture manga du yuru kyara, dans laquelle une mascotte mignonne sert à promouvoir une ville ou une région.

« L’objectif était de créer un cône orange tellement adorable qu’on serait obligé de l’aimer, qu’il nous ferait aimer Montréal », explique celle qui a misé sur l’aspect ludique et coloré des cônes orange qui interpelle notre âme d’enfant.

Car notre amour — non assumé — pour les cônes orange pourrait-il venir de leur couleur ?

Dans l’ouvrage Design ?, le graphiste et professeur Frédéric Metz associait la couleur orange aux « avertissements de danger lors de travaux routiers », mais aussi « au luxe et aux plaisirs, jusqu’à la débauche […] c’est une couleur tonique qui remonte le moral et pousse à socialiser ».

Pour Sarha Darveau, les cônes orange ont « participé à mettre Montréal sur la map. À défaut de voir dans notre ville ses bâtiments, son architecture ou ses avancées technologiques, on voit juste un village orange. On nous voit peut-être même de l’espace », souligne-t-elle.

Avis aux extraterrestres : « Le spot orange fluo en Amérique du Nord, c’est nous ! »

Portrait-robot du cône orange

Les cônes orange, Christian Fay, vice-président de SMG Signalisation, les côtoie au quotidien. Il ne se dit pas contaminé par cet engouement pour la balise de signalisation. Pourtant, il avoue garder sur son bureau un mini-antistress en forme de cône orange de 5 centimètres, sur lequel est inscrit « Souvenir de Montréal ». Il a accepté de nous dresser un portrait-robot du cône orange.

Le T-RV-7 : c’est le modèle le plus fréquent sur les chantiers de construction. Ses dimensions sont réglementées par le ministère des Transports. Mais d’autres types de balises peuvent être légalement utilisées, lors de travaux de courte durée par exemple.

En plastique : avant l’utilisation de plastique dans la fabrication des cônes orange, les balises disposées sur les chantiers étaient en métal. « Si jamais vous frappiez la balise avec votre voiture, c’était extrêmement dangereux. Alors, le ministère [des Transports] a voulu supprimer le métal au milieu de la route », explique M. Fay. 
La nuit, les bandes réfléchissantes permettent d’assurer la sécurité des automobilistes.

Une base colorée : la base colorée des cônes orange, en marron, vert ou jaune, permet aux entreprises de signalisation de reconnaître leurs cônes sur les chantiers et ainsi d’éviter les vols entre professionnels de la construction.

Le prix : le prix d’un cône orange à l’unité peut varier entre 75 et 110 $ en fonction de la quantité commandée. Cependant, lorsqu’un contrat est conclu avec une entreprise de signalisation, les cônes orange utilisés sont compris dans le prix de la prestation de services, « avec l’équipement, la surveillance de l’équipement et son ramassage », précise M. Fay.

Attention, cônes en vue !

Le ministère des Transports du Québec a dévoilé au début du mois de mars la liste des principaux chantiers de construction prévus jusqu’en 2020. En voici quelques-uns.

Montréal

- Échangeur Dorval (autoroute 20/ autoroute 520)
Échéance prévue mars 2018

- Structures de l’échangeur Saint-Pierre (autoroute 20/route 138)
Échéance prévue mai 2018

- Sécurisation, nettoyage, enlèvement de grillage, réparation de dalles et divers travaux dans les municipalités de Montréal et de Westmount.
Échéance prévue novembre 2018

- Échangeur Turcot
Travaux dans la cour du Complexe Turcot, reconstruction des rues Saint-Jacques et Saint-Rémi et du boulevard Pullman.
Échéance prévue automne 2018

- Démantèlement de la structure existante, reconstruction d’un pont à haubans rue Saint-Jacques, au-dessus de l’autoroute.
Échéance prévue printemps 2019

- Travaux de maintien des structures de l’échangeur Turcot, de l’autoroute 15 (secteur La Vérendrye), de l’autoroute Ville-Marie et travaux connexes.
Échéance prévue mars 2019

Québec

- Réaménagement de l’échangeur A40/A73
Échéance prévue juillet 2018

Saguenay–Lac-Saint-Jean—Chibougamau

- Réaménagement de la route 169 à Alma et des routes 169 et 172 à Saint-Nazaire
Échéance prévue décembre 2018

- Construction du pont de la route 169 à Dolbeau-Mistassini
Échéance prévue décembre 2019

Source: Ministère des Transports, mars 2018