Le Québec a un retard à rattraper dans le transport collectif

Dans son budget 2016, le gouvernement de Justin Trudeau a intégré le Fonds pour les infrastructures du transport en commun, dont la seconde phase doit permettre la mise en œuvre de projets de transports collectifs structurants.
Photo: Catherine Legault Le Devoir Dans son budget 2016, le gouvernement de Justin Trudeau a intégré le Fonds pour les infrastructures du transport en commun, dont la seconde phase doit permettre la mise en œuvre de projets de transports collectifs structurants.

Tramway, métro, voies réservées, système rapide par bus, ou encore trains légers : de nombreux projets de transport collectif sont dans les cartons depuis des années au Québec. Plusieurs d’entre eux pourraient enfin se réaliser s’ils arrivent à accaparer une part des subventions prévues par Ottawa.

Déterminé à récolter sa part des milliards de dollars du gouvernement fédéral pour développer le transport en commun, le maire de Québec, Régis Labeaume, a dévoilé son projet de tramway vendredi. Il faut dire que la date butoir pour déposer des projets approche, une entente devant être signée entre Québec et Ottawa à la fin du mois de mars, ce qui inquiète les experts et acteurs du milieu.

Les règles d’attribution des sommes de la seconde phase du Fonds pour les infrastructures du transport en commun (FITC) doivent être fixées le 31 mars prochain.

Lors de son budget 2016, le gouvernement de Justin Trudeau a créé le FITC, promettant des sommes destinées au maintien et au développement des infrastructures de chaque province et territoire du pays. Et si la première phase, actuellement en place, concerne essentiellement la remise en état et la modernisation des réseaux existants, la seconde devrait permettre la mise en oeuvre de projets structurants au cours des dix prochaines années.

Encore faut-il que des projets soient proposés. La semaine dernière, l’Ontario et le Nouveau-Brunswick ont déjà signé une entente avec le gouvernement Trudeau pour enclencher la phase 2 du programme sur leur territoire. Le Québec, pour sa part, est toujours en négociation pour déterminer comment seront utilisés les 5 milliards de dollars dont la province pourra bénéficier à long terme.

Du retard ?

Des négociations plus ardues que prévu : la semaine dernière, le Journal de Québec révélait qu’une erreur s’était glissée dans le calcul de l’enveloppe fédérale réservée au Québec. Une douzaine de sociétés de transport n’ont pas été prises en compte dans le calcul de la part revenant à la province dans le cadre de la phase 1 du FITC. Ce ne sont pas moins de 40 millions de dollars que Québec devrait pouvoir réclamer.

« Il y a effectivement une proportion supplémentaire que le Québec pourrait aller chercher, a reconnu le ministre des Transports, André Fortin, à l’Assemblée nationale la semaine passée. Cette proportion supplémentaire là fait partie des demandes pour la deuxième phase du FITC, qui est présentement en négociation ».

Aux yeux des experts et des acteurs du milieu interrogés par Le Devoir, le Québec devrait presser le pas et rattraper le retard qu’il a déjà pris dans la première phase du projet.

Photo: Renaud Philippe Le Devoir Vendredi, le maire de Québec, Régis Labeaume, accompagné du premier ministre Couillard, a dévoilé son projet de tramway, qui sera normalement fonctionnel dans huit ans.

« Les gouvernements changent, les priorités changent. C’est maintenant qu’on a l’occasion d’avoir ce financement, on ne sait pas ce que nous réserve l’avenir. On n’a aucune garantie que cet investissement ne va pas disparaître si on ne le réclame pas au plus vite », s’inquiète Samuel Pagé Plouffe, coordonnateur de Transit, l’Alliance pour le financement des transports collectifs au Québec.

Une occasion à saisir

« Il ne faut pas qu’on perde cette occasion, c’est ridicule. Nos bus sont pleins, nos métros sont pleins, il faut faire quelque chose au plus vite, car ça n’a pas de sens », renchérit la professeure au Département d’études urbaines et touristiques de l’UQAM Florence Junca-Adenot.

Les propositions et l’approbation des projets n’allant pas à un rythme assez soutenu au Québec, la phase 1 a dû être prolongée pour permettre à la province de ne pas perdre les subventions du fédéral auxquelles elle avait droit.

Les autres provinces canadiennes ont pourtant déjà utilisé la quasi-totalité des sommes qui leur étaient accordées.

Initialement, les dépenses devaient être engagées entre le 1er avril 2016 et le 31 mars 2018. Or à l’approche de la date limite, plus de 573 millions de dollars dormaient encore à Ottawa sur une enveloppe totale de 923 millions réservée au Québec. Deux années supplémentaires ont été accordées au Québec, qui a désormais jusqu’au 31 mars 2020 pour lancer les projets et utiliser ces subventions du fédéral.

À l’heure actuelle, plus de 200 projets ont été approuvés et sont pour la plupart encore en cours. Le MTQ n’ayant pas rappelé Le Devoir, difficile de savoir quel est le nombre de projets en attente ou sur le point d’être déposés prochainement.

Des pertes de temps

« Le Québec n’était pas prêt », juge le directeur général de la Fondation David Suzuki pour le Québec, Karel Mayrand. Lorsque le FITC a été annoncé par le gouvernement de Justin Trudeau en 2016, les administrations à Québec et Montréal étaient davantage dans une période d’austérité budgétaire ou de réforme de gouvernance — la création de l’ARTM en témoigne — plutôt « qu’en mode action ».

En concurrence entre elles, les municipalités ont aussi tardé à choisir et à présenter les projets de transport collectif qu’elles voulaient dans leur ville.

Il suffit de se souvenir du projet de service rapide par bus (SRB) lancé au printemps dernier, devant relier la ville de Québec à sa banlieue sud. La municipalité de Lévis a finalement abandonné la vieille capitale, ne trouvant pas son compte dans le projet et s’inquiétant de son financement. « Québec a dû repenser tout son projet de transport en commun, sans Lévis, ça fait perdre du temps forcément », explique M. Mayrand.

Le gouvernement Couillard a surtout fait preuve d’un manque de planification flagrant, estime de son côté Philippe Cousineau Morin, directeur de Trajectoire Québec. « On est dans la vieille culture, on attend les promesses au moment des élections, projet par projet, plutôt que d’être capables d’en planifier plusieurs sur le court et long terme », déplore-t-il.

Karel Mayrand a toutefois bon espoir de voir l’ensemble des fonds disponibles investis dans des projets au Québec. « On devrait avoir une accélération dans les demandes de projets désormais et rattraper notre retard, dit-il. On vit tout de même une période excitante en matière de transports. C’est un beau problème que de se demander quels projets pourraient bénéficier d’une aide financière d’Ottawa ».

Des besoins très vastes

« Les besoins en transport collectif sont énormes au Québec, on a trop longtemps mis de côté le transport collectif. On a juste à se demander à quand remonte le dernier grand projet », lance la directrice générale du Conseil régional de l’environnement de Montréal, Coralie Deny.

« Les beaux grands projets emblématiques, c’est important, mais il faut aussi penser à ce qui est moins sexy mais contribue aussi à inciter à prendre les transports collectifs », ajoute Samuel Pagé Plouffe, coordonnateur de l’Alliance Transit. Remplacement d’abribus, ouverture d’un garage pour entreposer le matériel, stationnements incitatifs, nouvelles gares, sans oublier l’ajout de conducteurs et de réparateurs pour faire rouler ces moyens de transport supplémentaires.

Les évidences

Les experts et acteurs du milieu interrogés par le Devoir s’entendent tous sur les grands projets qui devraient obtenir une subvention du fédéral pour la deuxième phase du FITC.

Tramway à Québec. C’est finalement un tramway qui a été proposé par la Ville de Québec vendredi. Prévu sur un trajet de 23 km entre le nord du secteur de Charlesbourg et l’ouest de Sainte-Foy, le projet de transport en commun devrait coûter 3,3 milliards. Il devrait voir le jour dès 2026.

Prolongement de la ligne bleue de Montréal. Sur la planche à dessin depuis une trentaine d’années, le prolongement de la ligne bleue du métro de Montréal a été remis en avant dans la dernière année par le ministre des Transports, André Fortin, qui compte bien mettre le projet en branle aux prochaines élections. Ce projet de trois milliards prévoit cinq nouvelles stations à l’est de Saint-Michel, sur plus de cinq kilomètres et demi, parallèlement à la rue Jean-Talon.

300 nouveaux bus hybrides à Montréal. La mairesse Valérie Plante l’avait promis pendant sa campagne électorale : elle ajoutera 300 autobus hybrides à la flotte de la Société de transport de Montréal d’ici 2020. Financé en partie par le gouvernement du Québec, ce projet pourrait aussi bénéficier de l’aide du FITC.

SRB entre Gatineau et Aylmer. Même si le projet est encore à l’étude, un système rapide par bus (SRB) est le mode de transport en commun envisagé dans l’ouest de Gatineau pour desservir la population d’Aylmer. Les élus gatinois doivent se positionner ce printemps, certains souhaitant davantage développer une ligne de train léger.