Timide hausse de l’usage du transport en commun dans la région de Montréal

À Montréal, des arrondissements ont vu une baisse de l’utilisation du transport en commun.
Photo: Catherine Legault Le Devoir À Montréal, des arrondissements ont vu une baisse de l’utilisation du transport en commun.

La part qu’occupe le transport en commun dans les trajets pour se rendre au travail n’a augmenté que légèrement depuis les années 2000 dans la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), indique le plus récent portrait de la situation, vu comme un « signal » qui milite pour l’accélération des investissements.

Selon l’analyse publiée dimanche soir par la CMM, sur un territoire de quatre millions d’habitants qui va de Blainville à Saint-Bruno et de Vaudreuil-Dorion à Contrecoeur, la part globale du transport en commun est passée de 22,1 % en 2001 à 23,5 % en 2016. Ces données reposent sur la ventilation de celles contenues dans le dernier recensement de Statistique Canada.

Or le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD), adopté en 2011 par les élus des villes qui font partie de la CMM, a établi à 35 % la place que le transport en commun devrait occuper dans les déplacements d’ici 2031. La présidence du conseil de la CMM est actuellement occupée par la mairesse de Montréal, Valérie Plante.

C’est un signal comme quoi il faut se mobiliser pour accélérer les investissements. Il faut mettre l’épaule à la roue. 

 

« C’est le temps de le faire si on veut arriver en 2031 avec les orientations que le PMAD s’est données, c’est-à-dire une région métropolitaine axée sur le transport collectif, avec un aménagement à proximité des équipements de transport », ajouter le directeur général de la CMM.

35 %
C'est la part que le transport en commun devrait occuper dans les déplacements d’ici 2031 dans la Communauté métropolitaine de Montréal

De ce fait, la croissance observée à Montréal, qui occupe le troisième rang du continent, offre un contraste saisissant avec l’évolution plus rapide observée dans d’autres régions nord-américaines. Vancouver et San Francisco, situées aux quatrième et cinquième rangs, ont vécu une croissance de 3,9 points de pourcentage, ce qui porte respectivement à 20,4 % et à 18,4 % la part du transport en commun dans ces deux villes.

Le taux de 23,5 % est quand même « très compétitif » par rapport aux autres grandes villes, a dit M. Iezzoni. Mais la CMM reconnaît que Montréal « pourrait perdre » son troisième rang si Vancouver et San Francisco poursuivaient leurs progrès.

Les données de la CMM montrent également que de 2011 à 2016, 46 des 82 villes de la CMM affichent une hausse de la proportion des navetteurs qui prennent le transport en commun. Vingt-cinq villes ont observé un recul, « généralement » au profit de l’automobile, mais plusieurs de ces baisses étaient faibles.

À Montréal, un certain nombre d’arrondissements ont également vu une baisse du transport en commun, sauf que ce glissement a dans plusieurs cas bénéficié au « transport actif », comme le vélo ou les déplacements à pied. Le vélo occupe d’ailleurs une part de 2,1 %, derrière Portland (2,4 %), Ottawa (2,4 %), Vancouver (2,3 %) et San Francisco (2,2 %). Dans les quartiers plus centraux de Montréal, il peut atteindre près de 15 %.

Investissements totaux

Le PMAD, adopté en décembre 2011, affirme que « le développement du réseau, qui nécessite au moins 23 milliards d’investissements », est « essentiel » pour la mobilité de même que pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il repose aussi sur le parachèvement de certains tronçons du réseau routier pour « assurer, plus particulièrement, la mobilité des marchandises et la desserte des principaux pôles d’emplois métropolitains ».

Un certain nombre de projets sont déjà connus, que l’on pense au prolongement de la ligne bleue, à l’achat d’autobus supplémentaires et au Réseau express métropolitain.

La nouvelle Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) doit produire cette année un plan directeur de transport collectif pour la grande région, a rappelé M. Iezzoni. Il faudrait que ce plan enchâsse les objectifs de la CMM en matière de mobilité et de réductions des émissions de GES. « Pourquoi l’ARTM ? C’est elle qui, par la suite, va fixer le cadre financier des projets avec les villes et le gouvernement. »

Montréal versera cette année 574 millions à l’ARTM cette année, indique le budget 2018 déposé le mois dernier par la mairesse Valérie Plante. De manière plus générale, l’ARTM tire aussi ses revenus des droits imposés aux automobilistes, de la tarification des usagers, des autres villes et des gouvernements. Pour l’année en cours, elle prévoit des revenus et dépenses de 2,3 milliards.