Montréal expulse Kabane 77

Les installations du collectif Kabane 77, qu’il avait construites autour d’un bâtiment abandonné du Mile-End, ont été démantelées par des employés de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal.
Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir Les installations du collectif Kabane 77, qu’il avait construites autour d’un bâtiment abandonné du Mile-End, ont été démantelées par des employés de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

« Aujourd’hui, voilà à quoi se heurtent les initiatives citoyennes qui tentent de changer la façon dont on planifie les usages des espaces dans la ville de Montréal. »

Elle était palpable, la déception, quand le collectif Kabane 77 a annoncé mardi sur sa page Facebook que les installations qu’il avait construites autour d’un bâtiment abandonné du Mile-End avaient été démantelées par des employés de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal.

Certaines tables, quelques chaises ont été sauvées. Mais les balançoires, comme la majorité des structures assemblées par des bénévoles, sont parties. Pourtant, dès l’arrivée du printemps, les membres de Kabane 77 ont nettoyé la place — publique et abandonnée. « On a révélé les briques d’argile qui constituaient la place publique, l’ancien pavé de la gare du Mile-End », a résumé au Devoir Sébastien B Gagnon, membre du collectif. Au 77, avenue Bernard, des citoyens « ont pris l’initiative » de vider le bâtiment abandonné depuis 20 ans. « Il y avait l’équivalent de cinq camions remplis de déchets », a ajouté M. Gagnon.

Et alors, où était le mal ? Dans les clous pointant parfois hors de certaines constructions, dans les structures chambranlantes et dans les risques d’incendie signalés par les autorités, a répondu le conseiller du district du Mile-End, Richard Ryan. « On encourage ces initiatives-là, mais il faut qu’elles soient faites dans les règles », a affirmé l’élu de Projet Montréal, en soulignant que Kabane 77 n’avait pas obtenu de permis de la Ville.

Sans permis, mais…

Le terrain situé au 77, avenue Bernard a été acquis par Montréal au Canadien Pacifique en 2000. Dès lors, la ville centre a lorgné l’endroit pour y installer une cour de voirie permettant de répondre aux besoins de l’arrondissement. Pour y arriver, elle a annoncé le 7 mars la démolition de l’édifice industriel qui se trouve en son coeur, malgré le désir des citoyens de le conserver.

Devant la lente évolution du dossier, et pour prolonger l’esprit citoyen, piéton et vert du secteur — l’hectare protégé pour le Champ des possibles se trouve juste à côté —, Kabane 77 a investi le terrain. Sans permis, avec l’intention de faire du bâtiment un « cinéma indépendant et ouvert sur la communauté », selon la description de son projet. « On fabrique des places, on renverse le système, plutôt que de laisser des urbanistes et des architectes décider pour nous », a résumé Sébastien B Gagnon, aussi technologue en architecture.

« C’est un peu le principe de l’urbanisme tactique ; que les gens prennent des initiatives et que les autorités s’adaptent », a rappelé Simon Van Vliet, journaliste indépendant et membre du conseil d’administration de la place des Gorilles, qui vise aussi l’appropriation citoyenne d’un espace public, dans le secteur Marconi-Alexandra celui-là. « Il y a un peu de “deux poids, deux mesures” », a-t-il ajouté. « Si le propriétaire d’un terrain décide de négliger les critères de sécurité, de laisser un bâtiment à l’abandon, c’est toléré. Mais quand ce sont des gens qui s’approprient l’espace, ça ne l’est plus. »

Sébastien B Gagnon y voit une forme de cercle vicieux. « On nettoie la place, la place attire les gens, la Ville se rend compte que la place est utilisée et elle décide de la fermer », a-t-il résumé. Aussi, les communications sont bonnes avec l’arrondissement. « Mais la ville centre n’a répondu à aucune de nos demandes », a-t-il déploré.

Difficile de définir les contours de l’implication citoyenne et de la réglementation, conviennent MM. Van Vliet et Gagnon. « C’est complètement arbitraire, ce qui est toléré et ce qui ne l’est pas », a commenté le premier. D’autant qu’« on se heurte à un mur rempli de faux arguments », a lancé le deuxième. Les matelas, les lumières et autres débris qui encombraient le secteur auparavant étaient au moins aussi dangereux, a-t-il fait valoir.

2 commentaires
  • Johanne Fontaine - Inscrite 10 août 2016 09 h 54

    Dans une «ville intelligente» proche de chez nous

    Initiative civique allègrement saccagée
    par les gros sabots municipaux.

    Requiem pour la mort-née
    Les Choeurs:Bissons avec Sébastien B. Gagnon

    Johanna Fontaine
    St-Alphonse Rodriguez

  • Jean Richard - Abonné 10 août 2016 10 h 56

    Risque potentiel et risque réel

    La Ville semble beaucoup plus préoccupée par les risques potentiels que par les risques réels. Un clou qui dépasse, c'est, selon la Ville, beaucoup plus dangereux qu'un camion ou une bagnole qui roule trop vite et qui écrase sur son passage piétons et cyclistes.

    Et sans doute qu'un édifice abandonné, ça peut prendre en feu beaucoup plus facilement qu'un camion citerne...