Cure de rajeunissement en vue aux abords du Parc olympique

Le réaménagement de l’intersection du boulevard Pie-IX et de la rue Sherbrooke sera réalisé d’ici 2017 au coût de 19 millions de dollars.
Photo: Ville de Montréal Le réaménagement de l’intersection du boulevard Pie-IX et de la rue Sherbrooke sera réalisé d’ici 2017 au coût de 19 millions de dollars.

Près de 40 ans après la tenue des Jeux olympiques de Montréal, les abords du Stade olympique demeurent tristement bétonnés. À compter du printemps prochain, le Parc olympique procédera à la plantation d’arbres le long de l’avenue Pierre-de-Coubertin, mais plusieurs voix s’élèvent pour inciter la Ville de Montréal à réaménager cette artère surdimensionnée afin d’accorder plus de place aux piétons et aux cyclistes.

Le maire Denis Coderre a dévoilé jeudi matin les détails du réaménagement de l’intersection du boulevard Pie-IX et de la rue Sherbrooke qui sera réalisé d’ici 2017 au coût de 19 millions de dollars. Un segment de la rue Rachel sera remplacé par un espace public doté d’une oeuvre d’art public. L’intention de la Ville est de rendre ce carrefour plus convivial pour les piétons.

Non loin de là, le Stade olympique aurait également besoin de certains réaménagements pour rendre ses abords plus accueillants aux piétons, estime le président-directeur général du Parc olympique, Michel Labrecque.

En novembre dernier, 113 arbres ont été plantés avec l’aide de la Société de verdissement du Montréal métropolitain (Soverdi) le long de la rue Sherbrooke. Au printemps, d’autres arbres seront plantés du côté sud du Stade, aux abords de l’avenue Pierre-de-Coubertin, confirme M. Labrecque.

Aller plus loin

Le conseiller de Projet Montréal dans Hochelaga, Éric Alan Caldwell, espère aussi que la Ville agira. Un projet est dans les cartons pour verdir et humaniser cet espace, mais il tarde à se réaliser. Selon le conseiller, plusieurs scénarios sont sur la table pour réduire le nombre de voies de circulation. L’un d’eux prévoit de ne conserver que les voies situées au sud du terre-plein actuel, indique-t-il.

Le Plan triennal d’immobilisations ne prévoit pas d’investissements à cet effet pour 2015, mais des travaux d’aqueducs pourraient être réalisés au cours des prochaines années. « Il ne faudrait pas manquer notre chance pour qu’une reconfiguration de l’avenue soit faite », fait valoir M. Caldwell.

Des nouvelles du toit du Stade

Au cours des prochains mois, le président-directeur général du Parc olympique, Michel Labrecque, entend remettre au gouvernement du Québec un dossier d’opportunité pour un nouveau toit du Stade olympique. Ce dossier présentera l’ensemble des options envisagées pour le toit, fixe ou rétractable. « C’est beaucoup de travail. C’est un endroit où on a déjà mis deux toitures qui ont été dysfonctionnelles. C’est plus compliqué qu’un SRB [service rapide d’autobus]. Et vous voyez ce qu’un SRB donne », a indiqué celui qui a dirigé la Société de transport de Montréal jusqu’en 2013. En attendant une solution, le toit actuel fait l’objet d’une étroite surveillance. « C’est toujours aussi compliqué à gérer qu’une navette spatiale », a commenté M. Labrecque.
2 commentaires
  • Jean-François Trottier - Inscrit 13 février 2015 06 h 05

    Et le stade ?

    Je reste dans Hochelaga. Chaque fois que je passe près du stade, je le compare à une soucoupe volante tombée par hasard au milieu du quartier. Et me vient l'image d'un stade sur lequel pousseraient des plantes grimpantes ou tombantes pour le lier au sol et à l'environnement...
    Ben non, il restera froid et désespérément blanc, avec son petit chapeau à multiples pointes, tissu mou sur béton dur.
    Ça pourrait être un centre familial et de détente, on pourrait aménager autour des espaces à pique-nique avec de petits braseros comme on en voit ailleurs, ça reste encore un trou d'ennui dans un quartier à échelle humaine.

    • Guillaume Melançon - Inscrit 13 février 2015 20 h 09

      L'idée de "verdir" le stade serais une excellente idée!