L’autoroute Bonaventure disparaîtra au profit du boulevard Robert-Bourassa

L’aménagement du nouveau boulevard fera disparaître l’autoroute sur pilotis construite en 1966.
Photo: Source Ville de Montréal L’aménagement du nouveau boulevard fera disparaître l’autoroute sur pilotis construite en 1966.

Montréal a fait une croix sur le développement immobilier initialement prévu au centre du futur boulevard urbain Robert-Bourassa qui remplacera l’autoroute Bonaventure. Le concept d’aménagement du projet dévoilé vendredi par le maire Denis Coderre prévoit plutôt des espaces publics dans les îlots centraux.

L’aménagement du nouveau boulevard, qui portera le nom de l’ancien premier ministre, fera disparaître l’autoroute sur pilotis construit en 1966. L’opération consistera à élargir les rues Duke et Nazareth et l’artère comportera quatre voies vers le nord et cinq voies vers le sud.

Accompagné du ministre des Transports, Robert Poëti, le maire Coderre a qualifié leprojet d’« entrée prestigieuse » pour Montréal et de « grand boulevard urbain digne d’une métropole du XXIe siècle ».

Présenté par la Société du Havre en 2007, le projet a subi de nombreuses modifications au fil des ans. La nouvelle mouture du projet évacue notamment l’aménagement d’une voie pour les autobus dans l’axe de la rue Dalhousie, une idée qui avait suscité une vive controverse il y a cinq ans. Les autobus en provenance de la Rive-Sud circuleront donc sur le futur boulevard.

Espaces verts

Et alors que le projet initial prévoyait des immeubles pouvant atteindre jusqu’à 36étages dans les îlots centraux, le nouveau concept privilégie désormais l’aménagement d’espaces publics verdis bordés de larges trottoirs. À ceux qui douteraient de l’intérêt de fréquenter un parc enclavé par neuf voies de circulation, Denis Coderre a fait valoir que cette proposition répondait aux critiques formulées lors des consultations publiques.

D’une largeur de 42 mètres, ces espaces correspondent à la superficie du square Dorchester et de la place du Canada réunis. « On a un problème d’espaces verts dans ce secteur-là. Il va y avoir des espaces publics extrêmement larges. […] Ça répond aux demandes de la population », a expliqué le maire.

Bien que des travaux d’infrastructures souterraines aient été réalisés au cours des dernières, la construction du nouveau boulevard commencera réellement en 2015 pour se terminer en 2017, à temps pour le 375e anniversaire de Montréal. Quant aux coûts, ils sont évalués à 141,7 millions.

Les travaux seront réalisés par phases, mais la circulation sera maintenue pendant le chantier, a assuré la Ville. Comme d’importants travaux seront en cours à l’échangeur Turcot et au pont Champlain, la Ville n’écarte pas la possibilité d’ajuster son calendrier si nécessaire.

Des pistes cyclables seront aménagées sur deux rues transversales, soit Ottawa et William, mais pas dans l’axe du nouveau boulevard. Questionné à ce sujet, le maire a indiqué qu’il s’agissait d’un choix de l’administration et qu’une piste serait probablement implantée dans l’axe de la rue Peel.

Et le tram-train?

Le maire de l’arrondissement du Sud-Ouest, Benoit Dorais, a semblé soulagé du résultat : « Je pense que c’est un projet tout à fait en phase avec ce que les citoyens ont demandé ». Il s’est réjoui du fait que le corridor d’autobus Dalhousie ait été enterré définitivement et que les îlots centraux accueillent des espaces publics plutôt que des immeubles.

M. Dorais a toutefois reconnu que ces espaces enclavés devront être animés. « Il y a un manque incroyable d’espaces verts. Mais il reviendra aux arrondissements de Ville-Marie et du Sud-Ouest de faire de l’animation parce que ça ne viendra pas seul », a-t-il dit.

Quant au Système léger sur rail (SLR) — ou tram-train — envisagé par Québec sur le pont Champlain, il pourrait circuler dans l’axe du boulevard Robert-Bourassa ou en souterrain sur le territoire montréalais, croit-il.

De son côté, le conseiller de Projet Montréal Craig Sauvé estime que l’artère redessinée ressemblera davantage à une autoroute qu’à un boulevard. « Le boulevard aura davantage de voies que la 720 », a-t-il signalé. Il s’inquiète aussi des îlots centraux qui seront difficilement accessibles. « Ça va être beau, mais est-ce qu’il va y avoir des gens ? »

5 commentaires
  • Robert Beauchamp - Abonné 20 décembre 2014 05 h 09

    La glorification

    Une petite vite M Coderre? On profite d'un changement de décor pour sauter sur l'occasion de glorifier encore un politicien; surtout quand c'est un membre de la famille. Pourquoi encore débaptiser? Pourquoi ne pas associer un nom à un nouveau projet?

  • Yves Capuano - Inscrit 20 décembre 2014 15 h 43

    Pourquoi détruire la plus belle entrée en ville?


    Je ne comprends pas pourquoi on détruit l'autoroute Bonaventure. Ne s'agit-il pas de l'entrée la plus spectaculaire en ville? J'ai toujours adoré arriver et partir de Montréal par cette autoroute car la vue sur le centre-ville est fantastique. Cette arrivée unique en plongée au centre-ville de Montréal, la plus romantique possible en passant, disparaîtra afin d'être remplacée par des boulevards qui semblent bien ordinaires. Tout ça pour supposément relier deux quartiers ensemble et rajouter quelques parcs? Ne pourrions-nous pas rajouter des parcs en recouvrant l'autoroute Ville-Marie à la place??!! Ça prendra beaucoup de temps et d'argent pour faire de ce boulevard Robert-Bourassa quelque chose de vraiment beau.

    Qu'arrivera-t-il au lien actuellement rapide entre l'autoroute Ville-Marie et l'autoroute Bonaventure pour aller prendre le pont Champlain ? On passera de Ville-Marie à Bonaventure par ce boulevard Robert-Bourassa de quelle façon ?Actuellement on peut quitter le centre-ville de Montréal rapidement dans seulement deux directions: Vers l'ouest et vers le pont Champlain par Ville-Marie et Bonaventure. Aller vers le nord , l'est et le nord-est prend au minimum 20 minutes afin d'aller rejoindre le boulevard Métropolitain ou la 25. J'espère qu'on ne ralentira pas la sortie du centre-ville au pont Champlain en passant par ce boulevard Robert-Bourassa. Cela affecterait dangereusement la productivité du centre-ville.

    La prolongation de l'autoroute Ville-Marie jusqu'au tunnel Louis H Lafontaine avec, entre autre, une sortie pour le stade olympique à PIE IX, serait bien plus importante pour augmenter la productivité de tout l'est de Montréal.

    Personnellement j'aurais simplement ajouté un TGV passant sur Champlain qui aurait passé parallèlement à l'autoroute Bonaventure actuelle, ce qui aurait ajouté une entrée spectaculaire au centre-ville par le train en plus de celle que nous avons déjà en voiture. Là, on n'aura ni l'une, ni l'autre. Merci Monsieur Co

  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 21 décembre 2014 15 h 17

    Concept à revoir

    Comment les citoyens pourront-ils avoir accès à l'ilot de verdure centrale de façon sécuritaire ? Va-t-on construire des passerelles qui vont surblomber les 7 voies ? Celles qui existent ailleurs ne sont ni esthétiques ni invitantes. L'on conçoit mal des familles avec des carosses et les personnes à mobilité réduite escalader ces marches. De plus, repirer l'air pollué que produiront ces milliers de véhicules au quotidien n'est pas sain ni écologique. Il vaudrait peut-être mieux regrouper les 7 voies ensembles et construire l'espace vert d'un seul côté. Ou faire comme à la Place de la Concorde à Paris, ériger un obélisque non accessible au centre. Rien n'empêche non plus de planter des arbres qui poussent en hauteur tout le long de ces avenues. Peut-être en alternant avec des conifères, vu nos hivers ? Quant au parc, Il pourraît être orné d'une sculpture monumentale que l'on transformera en fontaine l'été. Ça auraît le mérire d'attirer les citoyens beaucoup mieux qu'un parc à chiens, que Coderre désire.

  • Martin Gingras - Inscrit 21 décembre 2014 15 h 54

    Et on continue le gaspillage d'argent pour pas grand chose au final. Plus ca change plus c est pareil.

  • Jean-Charles Morin - Abonné 21 décembre 2014 21 h 02

    Pourquoi Robert Bourassa?

    Qu'a donc fait Robert Bourassa pour mériter un tel honneur? Ce politicien contorsionniste apparemment fait en caoutchouc, adepte fini de la pensée magique et que personne au Canada ne prenait vraiment au sérieux, n'a rien fait qui vaille pour le Québec. Qu'on laiisse donc ses cendres reposer en paix dans le cimetière de l'oubli.