Flotter sur la conjoncture «parfaite» pour revitaliser le Vieux-Port

Les architectes Vincent Léger et Daniel Smith font partie d’un groupe d’architectes, d’ingénieurs et de férus de développement urbain qui planchent depuis le printemps sur un projet de plateforme flottante dans le Vieux-Port de Montréal.
Photo: Smith Vigeant Architectes inc. Les architectes Vincent Léger et Daniel Smith font partie d’un groupe d’architectes, d’ingénieurs et de férus de développement urbain qui planchent depuis le printemps sur un projet de plateforme flottante dans le Vieux-Port de Montréal.

Richard Bergeron n’est pas le seul à rêver d’une piscine dans le Vieux-Port : des architectes montréalais tentent déjà depuis quelques mois de convaincre le gouvernement fédéral de donner son feu vert à un tel projet, à temps pour le 150e anniversaire du pays, a appris Le Devoir.

 

Le Canada aura 150 ans en 2017, alors que Montréal soufflera de son côté ses 375 bougies. Une conjoncture « parfaite » pour revitaliser un pan du Vieux-Port et célébrer ce qui fut pendant plus d’un siècle l’un des principaux théâtres de l’activité industrielle et commerciale du pays.

 

Les architectes Vincent Léger et Daniel Smith font partie d’un groupe d’architectes, d’ingénieurs et de férus de développement urbain qui planchent depuis le printemps sur un projet de plateforme flottante comprenant de véritables piscines dans lesquelles pourraient se baigner résidants de l’arrondissement de Ville-Marie, travailleurs du centre-ville et touristes de passage dans la métropole.

 

L’ébauche initiale prévoyait également l’installation d’aires de camping « clef en main » et la rénovation complète de la tour des Convoyeurs, face à laquelle serait située la plateforme flottante.

 

Construite au milieu des années 1950, la tour des Convoyeurs servait autrefois au déchargement des grains des bateaux vers les silos. À l’époque, deux tours marines trônaient sur le quai. Il s’agit du dernier édifice du genre sur le territoire du Vieux-Port, et plusieurs de ses composantes d’origine, telles que les jantes marines, les godets, les trémies et les tuyaux d’aspiration, sont encore en place, bien qu’inutilisées depuis des décennies.

 

MM. Léger et Smith aimeraient en faire une tourd’observation, offrant une vue du fleuve Saint-Laurent, du Vieux-Montréal, du centre-ville et de l’ensemble du Vieux-Port.

 

Boréalis Eco-Design LAB a présenté il y a un mois sa vision à la Société immobilière du Canada (SIC), l’entreprise d’État qui gère, au nom du gouvernement fédéral, les 117 acres du Vieux-Port.

 

Une quinzaine de jours plus tard, le chef de Projet Montréal, Richard Bergeron, proposait quant à lui de construire un « bain portuaire », sorte de passoire géante dans laquelle les baigneurs pourraient nager, en toute sécurité, dans les eaux du fleuve Saint-Laurent.

 

Alors que le projet de Richard Bergeron est calqué sur ce qui se fait à Copenhague, le projet du collectif montréalais s’inspire directement du projet +POOL à Brooklyn. Dans l’East River, cette piscine cruciforme, qui doit être inaugurée en 2016, offrira une pataugeoire, des aires de baignade et une piscine olympique, dans une eau propre.

 

À l’instar de la piscine new-yorkaise, celle conçue par Boréalis prévoit le filtrage de l’eau du fleuve avant son arrivée dans une piscine.

 

Si certains secteurs du Vieux-Port sont effectivement propices à la baignade, le filtrage de l’eau faciliterait la nage pendant une plus longue période, selon les concepteurs.

 

« On habite sur une île. Pourtant, c’est facile de l’oublier, note Daniel Smith. On veut alimenter une réflexion, tout comme M. Bergeron, sur ce que l’on peut faire avec le Vieux-Port avec ce projet-là. »

 

Évaluée à près de 5 millions de dollars, la vision de Boréalis pourrait être réalisée sur une période de 24 mois, en deux phases, c’est-à-dire la conception et la construction des structures flottantes, puis la réfection de la tour des Convoyeurs.

 

Richard Bergeron accueille avec enthousiasme le projet de Boréalis Eco-Design LAB même si celui-ci dépasse largement l’envergure visée par sa formation politique.

 

« C’est nettement au-delà de ce que nous nous imaginions. Nous, plus humblement, on souhaite donner accès à l’eau aux Montréalais. C’est quelque chose qui pourrait se faire dès l’an prochain, avec notre approche », dit-il.

 

M. Bergeron a déposé vendredi une motion visant à débattre au conseil municipal de l’installation d’un bain portuaire. Le chef de l’opposition officielle se dit certain de pouvoir persuader ses collègues de l’hôtel de ville.

 

Encore devra-t-il convaincre la Société immobilière du Canada. Projet Montréal n’avait pas communiqué avec les propriétaires des lieux avant de proposer la construction de ce bain portuaire.

 

« Surprise » par la proposition de M. Bergeron, la Société veut bien néanmoins connaître les détails du dossier. « On est intéressés à toute offre pour améliorer le divertissement et l’offre d’activités au Vieux-Port », a indiqué un porte-parole.

 

Celui-ci a confirmé qu’une rencontre avait été tenue avec Boréalis, comme c’est de temps à autre le cas avec d’autres groupes.

À voir en vidéo